loader

Principal

Les complications

Extraits du livre " Insulinothérapie pour les nuls " sur spec. droit d'auteur Numéro de pièce 4

Anecdote. Le serment d'Hippocrate de 2011 commence par les mots: "S'il existe une police d'assurance...".

Pour ces extraits du livre sur le portail, My Diabetes copie pendant 1 mois et la copie des documents est interdite par la loi.

Le délai d'affichage de ce matériel sur le portail "My Diabetes" a expiré

Cependant, vous pouvez commander le livre entier en écrivant à l'adresse électronique de la RDA.

Lire aussi:

Moscou MHIF aide les patients à défendre leurs droits devant les tribunaux

Le Fonds d'assurance médicale obligatoire de la ville de Moscou fournira une assistance juridique aux patients souhaitant obtenir des institutions médicales une indemnisation pour préjudice moral et matériel

Indice glycémique des produits. Qu'est ce que c'est et pourquoi?

Tout ce que nous mangeons augmente le taux de sucre dans le sang, et cette capacité des produits est mesurée à l'aide de l'indice glycémique. Plus il est élevé, plus le sucre «saute» après avoir consommé le produit

Apprendre à gérer le diabète de type 2 est une tâche importante pour le médecin et le patient pour atteindre les objectifs du traitement

Ces dernières années, le nombre de patients atteints de diabète de type 2 augmente régulièrement. Dans le même temps, 5,1 millions de personnes1 par an dans le monde et 66 000 personnes2 en Russie meurent chaque année de complications liées au diabète. Selon les prévisions de l'OMS, le nombre total de décès dus au diabète sucré augmentera de plus de 50% au cours des 10 prochaines années 3. La prise en charge de cette maladie est un problème grave pour le médecin et le patient. Par conséquent, informer les patients sur le mode de vie approprié et sur les médecins - en ce qui concerne les approches novatrices en matière de thérapie - reste une tâche extrêmement importante. Des discussions sur les problèmes les plus importants liés au traitement de cette maladie commune ont eu lieu dans le cadre de la réunion du club de presse de la pharmacie Azbuka organisée par AstraZeneca.

Inscription sur le portail

Vous offre des avantages par rapport aux visiteurs ordinaires:

  • Participation à des compétitions et prix précieux
  • Communication avec les membres du club, consultations
  • Page personnelle et blog
  • Nouvelles sur le diabète chaque semaine
  • Forum et discussion
  • Chat textuel et vidéo

L'inscription est très rapide, prend moins d'une minute, mais combien utile!

Messages récents

Informations sur les cookies Si vous continuez à travailler avec ce site, nous supposons que vous acceptez l'utilisation de cookies.
Sinon, veuillez quitter le site

1. Insulinothérapie

L'insuline est une hormone pancréatique qui exerce une fonction régulatrice. Les cellules pancréatiques produisent de la proinsuline, qui est inactive. En raison de l'action des enzymes de la proinsuline, le peptide C est clivé. En conséquence, une insuline active est formée. Il pénètre dans la circulation sanguine et traverse le système de la veine porte dans le foie. Dans le foie, la moitié de l'insuline fournie se lie aux récepteurs. Le reste de l'hormone pénètre dans la circulation sanguine générale, puis dans les muscles et les tissus adipeux.

La majeure partie de l'hormone, environ 80%, est métabolisée dans le foie et les reins. Le reste est métabolisé dans les tissus musculaires et adipeux. La sécrétion d'insuline par le pancréas est divisée en deux parties: la base et la nourriture.

La sécrétion basale de l'hormone est d'environ 1 U / heure, ce qui assure le glucose optimal dans le sang lors des pauses entre les repas. La sécrétion d'insuline alimentaire se produit après un repas, à la suite de quoi le niveau de glucose dans le sang augmente.

La quantité d'insuline produite est d'environ 1 à 1,5 unité pour 10 à 15 g de glucides. Pendant la journée, il y a aussi une fluctuation de la sécrétion d'insuline. La plus grande quantité est produite au petit matin, la plus petite le soir.

Pour le traitement du diabète, le meilleur médicament est l’insuline humaine, obtenue par une méthode semi-synthétique ou biosynthétique. La méthode semi-synthétique consiste à remplacer l'alanine par la thréonine dans l'insuline porcine. La méthode biosynthétique consiste à intégrer une partie du génome humain dans le génome de la bactérie ou de la levure intestinale responsable de la formation de l'insuline. À la suite de cette manipulation, les micro-organismes commencent à synthétiser l'insuline humaine.

Les préparations d'insuline sont divisées en préparations d'action courte et prolongée. Les médicaments à courte durée d'action subissent une absorption rapide, ce qui fournit une grande concentration d'insuline dans le sang. Les insulines à courte durée d'action ont plusieurs voies d'administration: sous-cutanée, intramusculaire, intraveineuse.

Les insulines d'action prolongée se divisent en deux groupes: action moyenne et action prolongée.

Les médicaments ayant une durée d'action moyenne sont lentement absorbés, ce qui garantit leur action environ 1 à 1,5 heure après l'administration.

Les médicaments à action prolongée sont constitués de gros cristaux, ce qui permet une absorption encore plus lente. Les préparations de ce groupe commencent à agir 4 à 5 heures après l’administration. La durée de leur action est de 28 à 36 heures.

L'action maximale est atteinte après 8 à 14 heures après l'administration. Malgré un effet aussi durable des médicaments de ce groupe, une injection par jour ne suffit généralement pas. Cela s'explique par l'incapacité de fournir suffisamment d'insuline basale dans le sang pour ces jours.

Il existe un certain nombre d’indications pour la nomination d’une insulinothérapie. Ceux-ci comprennent le diabète de type I, pancréatectomie, l'incapacité à obtenir une compensation des processus métaboliques dans le régime alimentaire du diabète pendant la grossesse, ainsi qu'un certain nombre de conditions dans le cours de l'écoulement du diabète de type II.

De telles conditions comprennent la laque ou le coma hyperosmolaire-tatatsidoticheskaya, état prekomatosnoe, perte de poids nature progressive, une acidocétose condition, la réduction du C-peptide dans le sang de moins de 0,2 nmol / l dans le test de glucagon de la glycémie à jeun pendant 15 mmol / l, l'impossibilité de parvenir à une compensation métabolique pour destination fond hypoglycémiants dans sous forme de comprimés à l'émergence de la dose quotidienne maximale et la progression rapide des complications tardives du diabète, diverses interventions chirurgicales.

La thérapie à l'aide de préparations d'insuline est la plus proche de la sécrétion physiologique d'insuline pendant la journée. Il existe plusieurs principes de l'insulinothérapie.

Le premier principe est que la sécrétion basale d'insuline pendant la journée est assurée par la double administration de préparations d'insuline le matin et le soir. La dose totale de ces deux administrations d’insuline ne doit pas dépasser la moitié de la dose quotidienne totale du médicament.

Le second principe de l'insulinothérapie suggère que le remplacement de la sécrétion d'insuline alimentaire est dû à l'introduction de préparations à courte durée d'action avant chaque repas. La posologie des médicaments est calculée à partir de la quantité estimée de glucides que le patient prévoit de prendre. En outre, le niveau de glucose existant dans le sang avant de manger est pris en compte. Ce niveau de glycémie est déterminé par le patient indépendamment à l'aide d'un glucomètre individuel. Une telle insulinothérapie, qui comprend la prise de médicaments à action prolongée et à action rapide, a été appelée bolus basal.

Étant donné que le patient doit compter le nombre d'entrée chaque insuline de temps, en tenant compte du taux de glucose sanguin disponible et le nombre d'unités de pain, qu'il entend adopter pour le moment, la troisième position parle de la nécessité de l'éducation des patients. Il est également nécessaire d'effectuer un contrôle de qualité médical strict de l'insulinothérapie.

Il existe une insulinothérapie traditionnelle et intensive. Lors d'une insulinothérapie traditionnelle, le patient semble dépendre de la prise alimentaire. Dans le cas où la prise de nourriture ne se produit pas, le patient peut développer un état d'hypoglycémie. L'insulinothérapie intensive présente des avantages et des inconvénients.

Les avantages de l'insulinothérapie intensive sont une compensation plus efficace des processus métaboliques et du niveau de glycémie; calcul indépendant du dosage du médicament aux patients en tenant compte du niveau existant de glycémie; changer les patients à leur propre discrétion la routine quotidienne, la qualité et la quantité de produits qu'il aimerait manger, ainsi que le dosage de l'activité physique; réalisation d'un traitement insulinique intensif de la prévention la plus efficace des complications tardives du diabète sucré, dont le risque est réduit d'environ 50 à 80%.

Les inconvénients de l'insulinothérapie intensive sont les suivants: le patient doit vérifier plusieurs fois par jour la glycémie, parfois jusqu'à cinq à six fois par jour; Il y a un besoin de formation des patients, ce qui nécessite certains coûts du personnel médical et du patient lui-même; Des états d'hypoglycémie légère se développent même avec une insulinothérapie intensive menée avec précision.

Les patients atteints de diabète sucré de type II dans la plupart des cas n'ont pas besoin de rendez-vous avec des préparations d'insuline. Néanmoins, dans certains cas, le patient doit prendre de l'insuline endogène. Ces patients sont divisés en deux groupes.

Le premier groupe comprend les jeunes patients (28-40 ans) qui ne sont pas obèses. Chez ces patients, la compensation des processus métaboliques dans le diabète sucré a été obtenue pendant longtemps par la nomination de médicaments réducteurs de sucre en comprimés.

Le deuxième groupe comprend les patients souffrant de diabète de type II, qui ont longtemps été utilisés pour traiter les préparations à base de sulfanylure contre lesquelles ils ont développé une résistance à ce groupe de médicaments. Dans ce cas, la résistance développée est secondaire. Une résistance apparaît chez environ 11% des patients atteints de diabète de type 2 3 ans après l'administration de préparations à base de sulfanylurée.

La raison de l'apparition de la résistance peut être le développement d'une carence complète de l'insuline dans le corps dans la progression de la maladie ou la progression de la déjà existante dans la résistance à l'insuline du corps contre l'alimentation des troubles chroniques et recevant la dose la plus élevée possible du médicament. La nomination de telles préparations d'insuline à de tels patients présente des difficultés plutôt importantes, dues à la présence d'une résistance à l'insuline des tissus corporels.

Avant de nommer l'insuline endogène, il est nécessaire d'épuiser complètement les possibilités thérapeutiques avec un régime et des médicaments réducteurs de sucre en comprimés.

Il existe plusieurs tactiques de thérapie à l’insuline. Parfois, l'insulinothérapie est temporaire et peut durer de quelques semaines à plusieurs mois. Cette tactique est utilisée en l'absence d'une véritable carence en insuline. Avec une telle thérapie, il est possible de restaurer la sensibilité des cellules productrices d'insuline, ainsi que des tissus corporels aux préparations de sulfanylurée. La suppression de l'introduction de l'insuline exogène devrait avoir lieu progressivement. Dans l'intervalle, le traitement est possible en association avec des médicaments réducteurs de sucre en comprimés.

Une autre tactique de traitement est la nomination d'insuline en association avec des médicaments réducteurs de sucre en comprimés dès le début du traitement. Dans ce cas, l'insuline de durée moyenne est utilisée. Ses injections sont effectuées la nuit; Ainsi, le début du médicament se produit tôt le matin.

Pendant la journée, les préparations à base de sulfanylurée sont utilisées pour atteindre un taux normal de glucose dans le sang. Initialement, la dose du médicament est faible, ce qui est nécessaire pour prévenir l'état d'hypoglycémie.

La dose d'insuline à la première administration ne dépasse pas 6 à 8 unités tous les 2 à 3 jours, la posologie est augmentée de 2 unités. L'augmentation de la posologie se produit jusqu'à ce que le taux de glycémie à jeun au petit matin tombe à 6-6,8 mmol / l.

Si la thérapie combinée est inefficace ou si des signes de décompensation des processus métaboliques apparaissent, il est nécessaire de transférer le patient à l'insulinothérapie.

Le dosage de l'insuline se fait en tenant compte des données suivantes: glycémie, heure de la journée, nombre d'unités de pain que le patient a l'intention de consommer et intensité de l'exercice avant et après avoir mangé. L'intervalle de temps entre l'introduction de l'insuline et la prise alimentaire est sélectionné individuellement.

Dans la plupart des cas, cet intervalle est compris entre 15 et 30 minutes. L'un des objectifs de l'insulinothérapie est de normaliser le niveau de glycémie à jeun. La dose du soir d'insuline est introduite vers 22-23 h, car son effet se produit dans les 8 à 9 heures.

Lors du calcul de la dose d’insuline en soirée, il faut envisager la possibilité de développer un état d’hypoglycémie le matin. Parfois, lorsqu'un taux accru de glycémie est détecté le matin, les patients commencent à augmenter la quantité d'insuline administrée le soir, ce qui entraîne une augmentation encore plus importante du taux de glycémie le matin à jeun.

L'augmentation de la glycémie le matin est due aux processus suivants. Avec l'introduction d'une grande quantité d'insuline le soir vers 2 ou 3 heures du matin, l'état d'hypoglycémie se développe.

Cela peut se manifester avec l'apparition des troubles du sommeil des cauchemars, on peut observer dans toutes les actions du patient qui sont inconscients, le matin, les patients ont rapporté l'apparition d'un mal de tête et un état de faiblesse. état Hypoglycémie pendant la nuit provoquant la libération compensatoire dans la circulation sanguine de glucagon, une hormone qui est opposée à l'action de l'insuline. Cela conduit au développement d'une hyperglycémie le matin et s'appelle le phénomène Somogy. Plus proche le matin, l'action de l'insuline est réduite et peut s'arrêter du tout, ce qui entraîne également une augmentation de la glycémie. Ce phénomène s'appelle le phénomène de "l'aube du matin".

Dans ce cas, il est nécessaire d'exclure le phénomène Somoji, pour lequel il est nécessaire de contrôler la glycémie vers 3 heures du matin. Après l'élimination de phénomène Somogyi doit être transféré l'administration d'insuline du soir à plus tard, et par la suite en augmentant progressivement la dose sous contrôle constant de la glycémie en 3 heures du jour au lendemain. Une fois que le cours des patients normalisent le matin glycémie, commence à contrôler la quantité de glucose dans le sang après un repas, il est nécessaire d'évaluer la pertinence de la dose administrée d'insuline avant le petit déjeuner.

La teneur en glucose dans le sang est déterminée après 1 à 1,5 heure après l'ingestion. La prise de 1 unité de pain entraîne une augmentation du taux de glycémie de 1,6 à 2,2 mmol / l. La diminution du taux de glucose de la même valeur se produit avec l'introduction d'une unité d'insuline. Cela suggère que le nombre d'unités administrées avant de manger de l'insuline est égal au nombre d'unités de pain que le patient prévoit de consommer. En cas de présence d'hyperglycémie avant de manger, la dose d'insuline doit être augmentée. En cas d'hypoglycémie, la dose d'insuline diminue.

Dans le cas de l'insulinothérapie traditionnelle, le comptage des unités de grains est pratiquement inutile. Pour une auto-surveillance constante du niveau de glycémie, les patients doivent avoir un glucomètre individuel. Dans le cas de taux de glucose supérieurs à 13 mmol / l et de la présence de glucose dans l'urine, une analyse devrait être effectuée pour détecter la présence d'acétonurie.

Pour déterminer la qualité du métabolisme dans le diabète sucré compensation déterminer le taux de glycation de l'hémoglobine dans le sang. Le glucose entre en erythrocytes indépendamment de l'insuline, ainsi, le degré de glycosylation de l'hémoglobine est directement proportionnelle à la quantité de glucose dans les 110 jours des globules rouges si l'hyperglycémie est constante, subit ensuite une glycosylation environ 20% d'hémoglobine. En plus de l'hémoglobine, de nombreuses autres protéines sont glycosylées.

Ce fait est d'une grande importance dans la pathogenèse des complications tardives du diabète sucré. La teneur en hémoglobine glycosylée est examinée tous les 3 mois. Malgré le fait que pendant la rémission du diabète sucré, la sécrétion d’insuline reste faible, l’insulinothérapie se poursuit.

Dans cette période, il est possible de refuser l'introduction de l'insuline de durée d'action moyenne, car la sécrétion résiduelle d'insuline est similaire dans ses valeurs à la base.

Dans ce cas, seule l'insuline à courte durée d'action est administrée avant chaque repas. Son dosage est calculé à partir du nombre prévu d'unités de pain. Les patients utilisent une injection sous-cutanée d'insuline. L'administration intramusculaire et intraveineuse est utilisée dans les situations d'urgence.

L'apparition de l'effet après l'administration d'insuline à courte durée d'action dépend du site d'injection. L'action la plus rapide est observée lorsqu'il est administré sous la peau de l'abdomen. L'effet est observé après 15-30 minutes, atteignant son maximum après 45-60 minutes. L'action la plus lente est observée lorsqu'elle est administrée sous la peau de la cuisse. L'apparition de l'effet est notée après 1 à 1,5 heure, alors que seulement 75% de toute l'insuline est absorbée. La position intermédiaire est occupée par des injections dans la région des épaules.

Il est recommandé d'introduire de l'insuline à courte durée d'action sous la peau de l'abdomen et sous la peau de l'épaule ou des hanches - insuline de durée moyenne. Le taux d'absorption de l'insuline augmente lorsque le site d'injection est réchauffé.

Le site d'injection du médicament doit être constamment modifié. Les distances entre les injections doivent être d'au moins 12 cm. À l'heure actuelle, l'introduction d'insuline à l'aide de seringues-stylos est très répandue.

L'insulinothérapie s'accompagne d'un certain nombre de complications. La condition la plus courante est l'hypoglycémie et le coma hypoglycémique. Cette dernière est la complication la plus dangereuse de l'insulinothérapie. De plus, des réactions allergiques peuvent être à la fois locales et générales. Les réactions allergiques locales sont perceptibles lors de l'examen et sont localisées au site d'injection.

Il peut s'agir de démangeaisons, de rougeur ou de condensation. Les réactions allergiques courantes se manifestent par une urticaire, un œdème de Quinck ou un choc anaphylactique, ce dernier étant extrêmement rare.

Règles de thérapie à l'insuline intensive

Le principe de base de l'insulinothérapie est l'imitation de la sécrétion physiologique de l'hormone. L'insulinothérapie intensive est la norme du "traitement" du diabète sucré, à la fois des types 1 et 2. La concentration physiologique est obtenue en introduisant de l'insuline de durée d'action différente: la sécrétion basale est assurée par l'administration d'insuline de durée moyenne le matin et le soir; la sécrétion alimentaire est basée sur l'introduction d'une insuline courte avant chaque repas.

Indications pour l'insulinothérapie

Avec toutes les règles et les prescriptions du médecin, vous pouvez atteindre des concentrations de glucose normales et réduire le diabète comme un mode de vie qui vous permettra de vivre sans complications pendant de nombreuses années.

Indications pour l'insulinothérapie intensive.

  1. Diabète sucré de type 1, sauf lorsque le patient a besoin d'une surveillance constante en raison d'une maladie mentale ou de son âge.
  2. Diabète sucré de type 2, dans lequel les médicaments réducteurs de sucre n'apportent pas l'effet souhaité et l'utilisation de l'insuline est obligatoire.
  3. Diabète sucré gestationnel.

Avantages et inconvénients

Avantages de l'insulinothérapie intensive:

  • La concentration de glucose tout au long de la journée est dans les limites normales;
  • la quantité d'insuline administrée est déterminée par le patient indépendamment;
  • il n'y a pas de cadre clair pour le régime de jour et l'activité physique;
  • il n'y a pas de restrictions strictes sur la nourriture;
  • progression lente des complications du diabète.
  • contrôle fréquent de la glycémie (jusqu'à 6 fois, y compris la nuit);
  • consommables relativement chers, qui doivent nécessairement être achetés;
  • il existe un risque de progression du diabète sucré léger.

Types d'insulinothérapie

Un traitement insulinique intensif contre le diabète de type 2 a plusieurs types. Cela dépend du degré de diabète, des maladies concomitantes possibles, du mode de vie.

Temporaire

Applicable dans quelques semaines ou mois. L'indication est la production insuffisante d'insuline par le pancréas. L'utilisation temporaire de l'insuline va stabiliser la concentration de glucose dans le sang et augmenter la sensibilité des cellules aux médicaments réducteurs de sucre. La suppression du traitement doit être progressive et possible avec l'utilisation conjointe de préparations à base de sulfonylurée.

Combiné

Comprend l'utilisation de l'insuline elle-même et des médicaments hypoglycémiques. L'introduction de l'hormone commence par une dose minimale (maximum 8 unités). Vous pouvez augmenter de 2 unités après 48 heures. Lorsque la concentration en glucose atteint 6 mmol / l, une augmentation supplémentaire des doses d'insuline n'est pas requise.

Il est important de surveiller la glycémie nocturne et de ne pas autoriser l’hypoglycémie. En l'absence de l'effet positif approprié de l'insulinothérapie combinée, le patient est transféré à l'utilisation constante de l'insuline.

Comment calculer la quantité d'insuline administrée

Considérons le calcul de l'insuline à action rapide. Pour chaque unité de pain, 1,4 unité d'hormone est injectée. Supposons qu'il soit prévu de manger 6 unités (elles peuvent être déterminées dans des tables d'unités de pain). 6 * 1,4 = 8,4. Pour simplifier, ce nombre est arrondi à 8.

Si la mesure du sucre était supérieure aux valeurs normales, ajoutez quelques unités supplémentaires. À 10 mmol / l, ce sera 1 unité et à 11 déjà 2 unités. En d'autres termes, à chaque introduction d'insuline, il est important que le glucomètre détermine la concentration de glucose et commence à partir des valeurs obtenues.

Règles pour l'insulinothérapie intensive

Règle 1

La quantité de glucose dans la matinée et après les repas devrait être maintenue dans des conditions normales, individuelles pour une personne, des frontières. Ces normes sont également déterminées pour des groupes de personnes. Par exemple, pour les femmes enceintes devraient maintenir le niveau de glucose dans la gamme 3,5-6,0, et pour ceux qui utilisent constamment des injections d'insuline, la concentration ne doit pas dépasser les limites admissibles pratiquement toute la journée.

Règle 2

L'introduction d'insuline devrait imiter les fluctuations normales présentes dans un pancréas sain.

  1. Avant les repas, une petite insuline est injectée et pendant la journée, deux fois la moyenne ou la durée.
  2. Après le sommeil, l'hormone est injectée ensemble à court et à moyen, avant le dîner - seulement court, avant d'aller au lit - de durée moyenne.
  3. Utilisez des distributeurs d'insuline modernes, qui non seulement mesurent la quantité de glucose, mais augmentent également indépendamment la quantité d'insuline administrée dans l'hyperglycémie.

Règle 3

Il est nécessaire non seulement d’entrer les bonnes doses d’insuline, mais aussi d’adhérer à une bonne nutrition et de pratiquer quotidiennement une activité physique. Le médecin développe spécifiquement un plan de nutrition et présente les tables glycémiques que les proches doivent avoir.

Règle 4

Auto-surveillance de la concentration en glucose. Les mesures sont effectuées avant les repas et en cas d'aggravation provoquée par une hypo- ou une hyperglycémie.

Règle 5

Ne pas adhérer à certaines doses d’insuline administrées. Cet indicateur devrait varier et dépendre de la prise alimentaire, de l'exercice, des états émotionnels, de l'heure de la journée, des maladies concomitantes.

Règle 6

Avant d'ajuster la prise d'insuline, le régime alimentaire et l'exercice, assurez-vous de consulter votre médecin. Il est important qu'il détermine les capacités de l'organisme et établisse un programme approximatif qui sera considéré comme la base et à partir duquel il sera nécessaire de construire à l'avenir.

Règle 7

La communication avec le médecin doit être permanente. Ceci est nécessaire à la fois pour la prochaine visite et en cas de situation d'urgence.

Règle 8

L'attitude et la motivation doivent être présentes. La discipline peut être attribuée à la composante la plus importante de l'insulinothérapie intensive.

Règle 9

Soutien mutuel de parents et d'amis. Il est possible de visiter des groupes particuliers de patients atteints de diabète sucré ou d'autres maladies.

Règle 10

L'efficacité du traitement comporte plusieurs points:

  • temps d'apparition des complications du diabète sucré;
  • le rythme de leur progression;
  • le niveau d'hémoglobine glyquée.

Par conséquent, vous devez surveiller votre condition régulièrement, rendre visite au médecin au moins tous les six mois, effectuer un bilan de santé à la clinique ou une auto-surveillance à la maison.

Insulinothérapie: types, indications, caractéristiques de la conduite

L'insulinothérapie du diabète est la méthode de traitement la plus progressive de la maladie de type 1. Cela implique l'introduction d'un médicament à base d'insuline pour compenser les perturbations du métabolisme des glucides.

Le traitement à l'insuline vous permet d'obtenir des résultats efficaces non seulement avec le diabète, mais aussi avec certaines maladies mentales.

Quand ai-je besoin d'injections d'insuline?

Une insulinothérapie est prescrite pour:

  • diabète sucré de type 1;
  • l'acidocétose diabétique - une complication dangereuse du diabète sucré pouvant entraîner la mort;
  • la schizophrénie.

Il peut également être nécessaire d'administrer de l'insuline tout en fournissant les premiers soins pour un coma diabétique.

Dans le diabète sucré, deux types de régimes d'insuline sont prescrits pour:

  • premier diabète diagnostiqué, s'il existe une intolérance individuelle aux médicaments qui diminuent le sucre;
  • la première fois diagnostiquée, accompagnée d'une forte concentration de glucose tout au long de la journée;
  • inefficacité des préparations hypoglycémiques;
  • violations graves dans le travail des reins et du foie;
  • symptomatique d'une carence en insuline;
  • exacerbation des maladies chroniques;
  • maladies infectieuses;
  • nécessité d'une intervention chirurgicale;
  • acidocétose - détection dans les urines de corps cétoniques;
  • maladies du sang;
  • grossesse et allaitement;
  • déshydratation du corps;
  • avant et coma.

Types d'insulinothérapie

L'insulinothérapie est divisée en plusieurs variétés:

  • bolus de base;
  • traditionnel ou combiné;
  • pompage;
  • intensif.

Insulinothérapie basique

Chez une personne saine, à jeun, la concentration d'insuline est stable. Cet indicateur est appelé taux basal ou basal. En mangeant, l'excès de glucose sous l'influence de l'hormone est converti en glycogène et déposé dans les tissus adipeux. Si le corps produit de l'insuline en quantité insuffisante, le sucre à forte concentration s'accumule dans le sang.

L'insuline basique est synthétisée entre les repas. Entre le début de la consommation et pendant les 5 heures suivantes, une hormone bolus est produite, ce qui favorise l'assimilation du glucose par les cellules.

Dans le cas d'une insulinothérapie bolus basique, une insuline courte ou prolongée est administrée le matin ou le soir, ce qui permet de simuler le fonctionnement naturel du pancréas.

Thérapie Traditionnelle

Avec l'insulinothérapie combinée, les deux types d'insuline sont injectés simultanément, ce qui permet de réduire le nombre d'injections au minimum (une à trois injections par jour). Mais il n'est pas possible d'imiter le fonctionnement du pancréas, ce qui rend impossible la compensation complète du métabolisme glucidique dans le diabète de type 1.

Avec le schéma combiné, le patient fait 1 à 2 injections par jour du médicament, soit deux tiers de l’insuline moyenne et un tiers de l’insuline courte.

Thérapie par pompe

La pompe à insuline est appelée dispositif électronique spécial, qui introduit 24 heures sur 24 sous la peau une insuline courte ou ultra-courte à des doses minimales.

L'insulinothérapie par pompe se fait en plusieurs modes:

  • apport continu d'insuline avec des doses minimales, à laquelle la vitesse physiologique est simulée;
  • régime bolus - le patient programme indépendamment la fréquence des injections et la posologie du médicament.

Le mode continu imite la sécrétion de fond de l'hormone, grâce à laquelle il est possible de remplacer l'insuline longue. Le bolus est recommandé avant les repas ou lorsque l'indice glycémique est augmenté. Il vous permet de remplacer l'insuline courte et ultra-courte.

Si vous combinez un régime continu et un régime bolus, la glande pancréatique fonctionne autant que possible. Dans ce cas, le cathéter doit être changé après 2-3 jours.

Soins intensifs

Si un patient diabétique est pas en surpoids, et il ne se sent pas des émotions fortes, le médicament d'insuline est administré quotidiennement pendant la moitié d'une unité ou d'unités par kilogramme de poids corporel. Sous l'influence d'une insulinothérapie intensive, la synthèse naturelle de l'hormone est activée.

Règles de l'insulinothérapie

Avec l'introduction de l'insuline, vous devez remplir certaines conditions:

  • calculer correctement la quantité de médicament afin qu'elle puisse utiliser le glucose;
  • l'hormone artificielle injectée doit imiter complètement la sécrétion produite par le pancréas (par exemple, l'administration doit être la plus active après avoir mangé).

La nécessité de se conformer aux exigences ci-dessus est expliquée par des schémas de thérapie à l'insuline, dans lesquels la dose quotidienne de l'hormone est divisée en insuline courte et longue.

Les injections d'insuline longue sont généralement effectuées le matin ou le soir. Ils sont une imitation complète de l'hormone sécrétée par le pancréas.

Une insuline courte est injectée après un régime riche en glucides. La dose du médicament dans ce cas est déterminée individuellement, compte tenu du nombre d'unités de grains dans les aliments consommés.

Ajustement posologique

Selon la durée de l'action, il existe 4 types d'insuline: ultracourte, courte, moyenne, longue ou prolongée. Le moment de l'action est indiqué dans l'instruction, mais peut varier en fonction des caractéristiques individuelles de la personne. Par conséquent, les médicaments sont généralement choisis par le médecin traitant à l'hôpital, en fonction des résultats des tests.

Ensuite, l'ajustement de la dose est effectué. Pour ce faire, le patient tient un journal de nutrition et contrôle la glycémie. Le journal enregistre la quantité de nourriture et d'activité physique. La quantité de nourriture est calculée en unités de pain: 1 unité de pain correspond à 25 grammes de pain ou 12 grammes de glucides.

Généralement, une unité d'insuline est nécessaire pour disposer d'une unité de grain, mais dans certains cas, 2,5 unités sont nécessaires.

Schéma de l'insulinothérapie pour le diabète de type 1

Lorsque le traitement des patients souffrant de diabète insulinodépendant, 1-2 fois par des injections d'insuline de base de jour, et avant le repas - bol, ce qui permet de remplacer la sécrétion physiologique d'une hormone produite par le pancréas. Une méthode similaire de traitement du diabète est appelée traitement associant plusieurs administrations ou traitement par bolus basal. Une thérapie de ce type est une thérapie à l'insuline intensive.

Le plan de traitement et la dose optimale pour le patient sont choisis par le médecin traitant, en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'organisme et des complications existantes. Dans la plupart des cas, l'insuline basale représente 30 à 50% de la dose quotidienne.

Schéma de l'insulinothérapie pour le diabète de type 2

Avec le diabète sucré non insulino-dépendant, le patient reçoit progressivement de petites doses d'hormone basale dans des médicaments conçus pour réduire la concentration de glucose dans le sang. Au stade initial, 10 unités d'insuline basale doivent être administrées par jour, de préférence au même moment.

Si, en combinant les injections d'un médicament basal avec des comprimés hypolipidémiants, la progression de la maladie continue, le médecin transfère complètement le patient en mode injection. Vous pouvez également utiliser des recettes de médecine traditionnelle, après avoir consulté le médecin. Dans ce cas, vous ne pouvez en aucun cas annuler automatiquement l'insulinothérapie, qui menace de complications dangereuses.

Caractéristiques de l'insulinothérapie dans le traitement des enfants

Le corps de l'enfant présente des différences significatives par rapport à l'adulte. Par conséquent, avec la nomination de l'insulinothérapie, une approche individuelle est nécessaire, ce qui permet d'utiliser le schéma thérapeutique le plus simple et d'obtenir le résultat optimal présenté par une bonne compensation. Généralement, les enfants sont invités à administrer le médicament 2 à 3 fois par jour. Pour minimiser le nombre d'injections, combinez l'insuline courte et moyenne.

Chez les petits patients, le corps est plus sensible au traitement par l'insuline. Par conséquent, ajustez le dosage en plusieurs étapes, de sorte que sa plage ne change pas plus de 2 unités à la fois. Si nécessaire, un changement de 4 unités, mais une seule fois. Ne pas ajuster le dosage du matin et du soir en même temps.

Les modifications apportées au dosage n'apparaîtront que quelques jours plus tard.

Traitement à l'insuline pendant la grossesse

Les femmes enceintes reçoivent une insulinothérapie pour maintenir le glucose à un certain niveau:

  • le matin à jeun - 3,3-5,6 miles par litre;
  • après un repas - 5,6-7,2 miles par litre.

Pour évaluer l'efficacité du traitement, contrôler pendant 1 à 2 mois la teneur en sucre dans le sang. En raison du fait que le métabolisme peut souvent changer pendant la grossesse, vous devrez constamment ajuster le mode d'administration de l'insuline.

Avec le diabète insulino-dépendant est recommandé pour les femmes enceintes système dans lequel l'administration du médicament est effectué au moins deux fois par jour, ce qui peut empêcher le matin et la glycémie postprandiale.

L'introduction d'insuline d'action courte et moyenne est recommandée avant le premier et le dernier repas. Il est important de faire la bonne distribution: les deux tiers de la dose quotidienne sont utilisés pour l’injection du matin et le tiers pour la dose du soir.

Il est conseillé à certaines femmes de ne pas pénétrer dans le médicament avant le dîner, mais avant le coucher pour éviter la survenue d'une hyperglycémie la nuit et à l'aube.

Insulinothérapie pour troubles mentaux

En psychiatrie, le traitement par insuline est généralement prescrit pour la schizophrénie. Les injections se font le matin à jeun. Commencez par l'introduction de 4 unités du médicament, en augmentant progressivement la dose à 8. La particularité de ce schéma thérapeutique est que les samedis et les dimanches, l'insulinothérapie n'est pas réalisée.

L'insulinothérapie dans la schizophrénie est réalisée en trois étapes.

Au stade initial du patient, environ trois heures se trouvent dans un état hypoglycémique. Ensuite, pour revenir à la concentration de glucose normale, un patient très doux offrir du thé (il doit être chaud), auquel est ajouté n'est pas moins de 150 grammes de sucre, et le petit-déjeuner, les hydrates de carbone saturés. En conséquence, le contenu en glucose dans le sang augmente, ce qui permet au schizophrène de revenir à la normale.

La prochaine étape - augmenter la dose d'insuline, à cause de laquelle le patient éteint la conscience, et il passe dans un état dépressif, appelé une comparaison. Après le développement du sopor, attendez 20 minutes, puis arrêtez l'attaque d'hypoglycémie. A cette fin, par voie intraveineuse, en utilisant un compte-gouttes, 20 ml de solution à 40% de glucose sont administrés. Lorsque le patient retourne à l'état conscient, il a arrosé avec du sirop de sucre (eau tiède 200 ml dilué avec 150-200 grammes de sucre), le thé bien sucré et un petit-déjeuner copieux.

Au troisième stade, continuer à augmenter la posologie quotidienne du médicament. En conséquence, le patient tombe à la limite entre la copulation et le coma. Dans un tel état, le patient est maintenu pendant pas plus d'une demi-heure et élimine ensuite l'hypoglycémie de la même manière que celle utilisée dans le deuxième stade du traitement.

Dans le traitement de la schizophrénie, 20 à 30 séances d'insulinothérapie sont effectuées pendant lesquelles le patient est placé dans un état critique. Ensuite, la dose du médicament est progressivement réduite et complètement supprimée.

Comment l'insulinothérapie est-elle réalisée?

Dans le traitement de l'insuline, utiliser le schéma suivant:

  • le site du corps dans lequel il est prévu de faire une injection, pétrir;
  • après l'injection du médicament, la nourriture doit être prise au plus tard dans une demi-heure;
  • il est contre-indiqué l'administration de plus de 30 unités d'insuline pendant la journée.

La dose exacte d'insuline et le schéma d'administration optimal sont choisis par le médecin traitant en tenant compte des caractéristiques individuelles du patient. Pour les injections, vous pouvez utiliser des seringues à insuline régulières, fournies avec des aiguilles fines ou des seringues-stylos, qui sont devenues particulièrement populaires chez les patients atteints de diabète sucré.

L'utilisation de stylos à seringue présente plusieurs avantages:

  • Une aiguille spéciale minimise la douleur lors de l'injection;
  • facilité d'utilisation;
  • la capacité de faire des injections à tout moment et à différents endroits.

Dans un ensemble avec des stylos-seringues sont vendues des bouteilles avec le médicament, ce qui vous permet de combiner différents types d'insuline et d'utiliser différents schémas et schémas thérapeutiques.

Dans les deux types de diabète, l'insulinothérapie est réalisée selon le schéma suivant:

  • Avant le petit-déjeuner, le patient entre dans une insuline courte ou longue;
  • Avant un repas, une hormone courte est injectée;
  • Avant le souper, une insuline courte est également nécessaire.
  • Avant de se coucher, le patient fait une injection d'un médicament long.

Il existe plusieurs zones du corps utilisées pour l'injection d'insuline. En outre, dans tous les domaines, le médicament est digéré à des taux différents. Le taux maximum de digestion est caractérisé par l'abdomen. Si la zone d'injection choisie est incorrecte, l'insulinothérapie risque de ne pas avoir l'effet escompté.

Résultats du traitement à l'insuline

L'insulinothérapie est considérée comme efficace si elle vous permet d'obtenir les indicateurs suivants:

  • le niveau de sucre à jeun - 4,4-7 miles par litre;
  • la concentration de glucose post-prandiale était de 6,7 à 11,1 millimoles par litre;
  • la teneur en hémoglobine glyquée n'est pas inférieure à 8%;
  • une forte diminution de la glycémie pas plus d'une fois par semaine.

Complications dans le traitement de l'insuline

L'insulinothérapie, malgré les avantages considérables qu'elle présente pour les personnes atteintes de diabète, peut entraîner des complications indésirables: allergies, hypoglycémie ou lipodystrophie.

Les complications les plus fréquentes sont les réactions allergiques aux sites d'injection. Habituellement, un problème similaire se produit lorsque la technologie d'injection d'insuline est perturbée: des aiguilles contondantes ou trop épaisses sont utilisées, une préparation à froid est utilisée pour les injections, un site d'injection est mal sélectionné.

L'hypoglycémie se développe généralement à la suite d'une surdose d'insuline ou d'un jeûne prolongé. En outre, la cause de cette maladie peut être le stress, le surmenage émotionnel, le surmenage physique. En même temps que le patient développe un fort appétit, la sueur commence à s’absorber en abondance, la tachycardie et le tremblement des extrémités sont observés.

Lipodystrophie - dissolution de la graisse sous-cutanée au site d'injection. Pour prévenir ce phénomène, il est recommandé d'injecter dans différents domaines, mais de manière à ne pas réduire l'efficacité du traitement.

Insulinothérapie pour les nuls

Mélanges d'insuline à courte durée d'action et d'insuline NPH

Insuline humaine biphasique génétiquement modifiée

Insuman Comb 25

De même que pour l'insuline à courte durée d'action et l'insuline NPH, ils agissent séparément dans le mélange

Mélanges d'analogues ultracourtes d'insuline et d'analogues de l'insuline protamine

Insuline diphasique Lizpro

Humalog Mix 25

Humalog Mix 50

De même que pour les analogues de l'action ultracourte et de l'insuline NPH, dans le mélange ils agissent séparément

Insuline Aspart biphasée

Dans des conditions physiologiques, une personne en bonne santé produit de 23 à 60 U d'insuline par jour, soit 0,6 à 1,0 U / kg de poids corporel. La sécrétion basale d'insuline se produit tout au long de la journée et fait 1-2 unités d'insuline par heure. En outre, pour chaque repas, il existe également une sécrétion maximale ou en bolus d'insuline, soit 1 à 0-2,0 U pour 10 à 12 g de glucides.

La thérapie par l'insuline consiste à modéliser au maximum la sécrétion physiologique d'insuline chez un patient atteint de diabète sucré. Tous les types d'insuline disponibles sont utilisés pour cela.

Il existe deux modes d’insulinothérapie les plus courants:

- intensif (basal - balistique)

Dans une insulinothérapie intensive pour simuler la sécrétion basale sont l'injection le plus couramment utilisé 2 insuline à action intermédiaire (DSI) avant le petit déjeuner et avant le dîner ou avant le coucher, ou une seule injection d'insuline à action prolongée à l'heure du coucher. La sécrétion d'insuline dans les aliments est simulée par administration sous-cutanée d'insuline courte ou ultracourte avant les repas de base (petit-déjeuner, déjeuner, dîner). Un tel régime de traitement à l'insuline est recommandé pour les patients atteints de diabète de type 1 et de type 2. Si sa nomination est possible de maintenir le contrôle glycémique optimal fourni l'éducation du patient et de la maîtrise de soi, cependant, et cette méthode présente des inconvénients - à savoir, augmente le risque d'hypoglycémie chez les patients.

Avec l'insulinothérapie traditionnelle, les injections d'insuline de courte et moyenne durée ne sont effectuées que avant le petit-déjeuner et le dîner. L'insuline à courte durée d'action (ICD) avant le déjeuner n'est pas administrée dans ce mode dans le calcul de l'hyperglycémie postprandiale par l'action de l'insuline semi-prolongée introduite au petit-déjeuner. Avec ce mode d'administration de l'insuline, il n'est généralement pas possible d'obtenir une bonne compensation du métabolisme des glucides. Ce schéma n'est pas souvent utilisé et, en règle générale, chez les patients âgés atteints de diabète de type 2, dont l'espérance de vie n'est pas élevée et l'utilisation d'une insulinothérapie intensive est inacceptable en raison du risque d'hypoglycémie.

Un exemple de calcul d'un schéma indicatif de thérapie à l'insuline intensive:

Patient A. 20 ans, poids 65 kg, hauteur 178 cm, est entré à l'hôpital avec des plaintes de soif, polyurie (jusqu'à 4 à 6 litres par jour), faiblesse générale, perte de poids de 8 kg par semaine. Ces symptômes sont notés pendant environ une semaine. Avec un examen objectif, la peau sèche et les muqueuses visibles sont révélées. Sur les organes sans pathologie. Le taux de glycémie à jeun est de 16,8 mmol / L, l'acétone urinaire est positive. Compte tenu des données cliniques et de laboratoire, le diabète sucré de type 1 est diagnostiqué.

1. La dose quotidienne approximative d'insuline chez un patient présentant un diabète sucré nouvellement diagnostiqué est déterminée à partir du calcul de 0,3 à 0,5 U / kg de poids corporel: 65 × 0,5 = 32 U

Dans le diabète de type 1 nouvellement diagnostiqué est généralement attribué qu'une insuline d'action courte (DAI), qui a introduit 3-6 fois par jour fractionnaires en fonction de la gravité de l'hyperglycémie et la disponibilité acétonurie 3-4 heures d'intervalle. Dans les cas 3 fois l'administration CIM administré avant les principaux repas à des doses qui dépendent de la quantité d'unités de pain (BU) - est 1 -1,5 1,0 2,0 XE UI d'insuline (respectivement, avant le petit déjeuner, le déjeuner et le dîner) et le niveau de glycémie avant de manger. Lorsque le niveau de glucose non supérieure à 6,7 mol / l d'insuline est administré à une dose calculée par le nombre de HE, à des doses plus élevées de la correction de l'insuline est effectuée sur la base que 1 UI d'insuline diminue la glycémie environ 2,2 mmol / l. Dans les cas où la quantité détectée d'injections d'insuline acétonurie augmenté à 4-6 avec podkolok supplémentaire désigné dans les interstices entre l'injection principale (la dose avec des injections supplémentaires de la CIM est habituellement 4-6 unités).

La plupart de la dose quotidienne d'insuline (2/3) est affecté à la première moitié de la journée, le reste - au second semestre et, le cas échéant, pour la nuit. Selon les données du profil glycémique, réalisées quotidiennement lors de la sélection d'une dose quotidienne d'insuline, la dose d'insuline est ajustée. Comme la normalisation de la glycémie et de l'élimination acétonurie patient diabétique de type 1 attribué insuline intensive programmée, comprenant une CIM d'injection et DSI. Supposons que dans cet exemple provisoirement attribué la dose d'insuline par jour (ED 32) était suffisante pour obtenir une compensation des troubles de glucides et n'a pas besoin de procéder à la correction. À partir de cette dose, le nombre de DCI et de DSI doit être calculé.

2. Une dose d'insuline à courte durée d'action d'insuline à courte durée d'action (ICD) correspond aux 2/3 des besoins quotidiens totaux: 322 / 3 = 21ED

dose 3.Sutochnaya d'insuline à action intermédiaire (DSI) est un tiers de l'exigence quotidienne totale: 321 / 3 = 11 UI

4. Le matin, on introduit 2/3 de la dose quotidienne totale de DSI: 112 / 3 = 7 ED; et le soir 1/3 - 4 unités

5. La dose de DCI est répartie comme suit:

dans la soirée (dîner) dose dose quotidienne de DCI: 211 / 4 = 5 unités

au petit-déjeuner et au déjeuner au total - 3/4 de la dose quotidienne de DCI: 213 / 4 = 16 unités. La distribution pour chaque injection est de 50% (8 ED) ou le déjeuner pour 2-4 ED plus, car habituellement l'après-midi, plus de glucides sont utilisés qu'au petit-déjeuner (6ED et 10 ED)

Ainsi, le calcul de la dose d'insuline devrait aboutir à un schéma d'insulinothérapie, qui est fixé dans les antécédents médicaux et dans la liste des prescriptions:

8. 30 - 6 U. S. Actrapidi HM + 7 E. S. Protafani HM

13. 30 - 10 unités de S.Actrápidi HM

32 U / JOURS, P / K

Affectation du schéma traditionnel de l'insuline des patients actuellement plus justifiée que les personnes âgées ayant un second type de diabète, chez qui le traitement avec l'alimentation par voie orale et les médicaments ne sont pas efficaces, ou au début de la maladie sont identifiés foie humain, du rein, des complications vasculaires phase organique. Dans le cadre du schéma traditionnel de l'insuline doit être compris l'introduction de l'insuline dans les « deux » injection: avant le petit déjeuner ICD couplé à la DSI et le même mélange avant le dîner.

Un exemple de calcul d'un schéma indicatif de l'insulinothérapie traditionnelle:

Patient K. 72 ans, poids 70 kg, admis au service d'endocrinologie du district dans la direction du endocrinologue de guidage avec un diagnostic de diabète de type 2, d'abord identifié. Le glucose dans le sang à jeun était de 9,1 mmol / L, l'urine négative pour l'acétone. Interrogé, il est apparu clairement que le patient était plus préoccupé par une acuité visuelle réduite. Faiblesse générale, fatigue, bouche sèche et légère, augmentation de la soif inquiète pendant 4 à 5 ans, mais n'a pas consulté un médecin. Oculiste fundus a révélé de multiples hémorragies vasculaires bien sûr, les vaisseaux sanguins nouvellement formés, « coton » et exsudats maculaires solides, le stade de la rétinopathie diabétique proliférante diagnostiquée.

L'indication aux fins de l'insulinothérapie chez ce patient est le stade organique de la rétinopathie.

1.Sutochnaya besoin d'insuline chez un patient souffrant de diabète nouvellement diagnostiqué (non insulino préalablement préparé) est 0,3-0,5 U / kg de poids corporel: 700,3 = 21 unités. Comme dans le cas précédent, seul le DAI est initialement attribué avant les repas principaux. À l'avenir, à mesure que la dose quotidienne d'insuline finale sera sélectionnée, la dose de DCI et de DSI sera calculée. Supposons que dans notre cas, les besoins quotidiens en insuline sont de 28 unités.

2. Les 2/3 de la dose quotidienne d'insuline sont administrés le matin: 282 / 3 = 18ED.

3. La proportion de DCI: DSI dans la matinée devrait être d'environ 1: 2, soit 6 ED et 12 ED, respectivement.

4. 1/3 de la dose quotidienne d'insuline est administrée dans les heures du soir 281 / 3 = 10ED.

5. La proportion de DCI: DSI dans les heures du soir peut être 1: 1 (5 ED et 5 ED respectivement) ou 1: 2.

Le calcul de la dose d'insuline devrait aboutir à un schéma d'insulinothérapie, enregistré dans l'historique de la maladie et dans la liste des prescriptions:

Insulinothérapie en tant que méthode complexe de traitement des patients atteints de diabète sucré

Les méthodes les plus progressives de traitement du diabète comprennent l'insulinothérapie, qui combine des mesures avec la direction principale - la compensation des violations du métabolisme glucidique par l'introduction de préparations d'insuline. La technique a montré d'excellents résultats cliniques dans le traitement du diabète, de certaines maladies mentales et autres.

  • Traitement des patients présentant un diagnostic IDDM;
  • Thérapie temporaire des patients atteints de diabète de type 2 qui subissent des interventions chirurgicales en cas d’IRVA et d’autres maladies;
  • Traitement des patients atteints de diabète de type 2 en cas de consommation inefficace de médicaments réduisant le taux de sucre dans le sang.

Une complication, telle que l'acidocétose diabétique, est fréquente chez les personnes atteintes de diabète.

Règles de premiers secours pour le coma diabétique.

L'huile de lin est-elle utile? La réponse que vous apprendrez de cet article.

Le schéma de mise en œuvre de l'insulinothérapie est décrit dans le livre de Jorge Canales "Virtuosic Insulin Therapy". Le livre a absorbé toutes les données connues sur la maladie, les méthodes de diagnostic utilisées et beaucoup d'informations utiles.

La publication est recommandée pour la lecture par les patients atteints de diabète pour une approche compétente du traitement de leur maladie et la compréhension des règles de base pour la manipulation d'un médicament tel que l'insuline.

Si le patient n’a pas de poids excessif et qu’il n’ya pas de forte surcharge émotionnelle, le médicament est prescrit pour une demi-unité par kilo de poids corporel une fois par jour. Dans ce cas, une insulinothérapie intensifiée est conçue pour agir comme un imitateur de la sécrétion physiologique de l'hormone.

Cette tâche nécessite les conditions suivantes:

  1. L'insuline dans le corps du patient doit être fournie à un dosage suffisant pour éliminer le glucose.
  2. L'insuline injectée de l'extérieur devrait devenir une imitation absolue de la sécrétion basale, sécrétée par le pancréas (y compris le pic de sa séparation après les repas).

Ces exigences déterminent le schéma d'une insulinothérapie intensifiée, lorsque la dose quotidienne d'insuline est divisée en insulines ayant un effet court ou prolongé. Ces derniers sont introduits le plus souvent le matin et le soir, simulant complètement le produit de la vie du pancréas.

Une technique combinée impliquant la mise en commun de toute l'insuline dans un mamelon s'appelle l'insulinothérapie traditionnelle.

Le principal avantage de la technique est la réduction du nombre d'injections au minimum (de 1 à 3 au cours de la journée).

Absence de thérapie - absence de possibilité d'une imitation à part entière de l'activité physiologique du pancréas, qui empêche de compenser complètement le métabolisme glucidique du patient.

Ainsi schéma de l'insulinothérapie traditionnelle comme suit: Le patient a reçu 1-2 injections par jour, avec des insulines sont administrés simultanément ayant à la fois courte, de sorte que la longue période d'exposition. ISD (insulines période d'exposition moyenne) est de 2/3 de la SSc total, le tiers partie restante représente DAI.

Une pompe à insuline est une sorte d'appareil électronique qui fournit des injections d'insuline hypodermique 24 heures sur 24 avec une période d'action courte ou ultracourte en mini-doses.

La pompe à insuline peut fonctionner selon différents modes d'administration du médicament:

  • Administration continue d'hormone pancréatique microdosée, appelée débit basal.
  • La vitesse du bolus, lorsque la périodicité du médicament et son dosage sont programmés par le patient lui-même.

Lors de l’utilisation du premier mode, il se produit une imitation de la sécrétion d’insuline de fond, ce qui permet de remplacer l’utilisation des insulines «longues» en principe. L'utilisation du deuxième régime est justifiée immédiatement avant la prise de nourriture du patient ou au moment de l'augmentation de l'indice glycémique.

L'association de ces taux aussi près que possible simule la sécrétion d'insuline dans le corps du propriétaire d'un pancréas sain. Le patient doit remplacer le cathéter après 3 jours.

Avec diabète sucré

Insulinothérapie du diabète sucré de type 1

Le régime de traitement des patients atteints de DID implique l'administration d'une insuline basale une ou deux fois par jour et un bolus, juste avant les repas. La thérapie à l'insuline du diabète sucré de type 1 est conçue pour remplacer complètement la sécrétion physiologique de l'hormone produite par le pancréas d'un organisme sain.

La combinaison des deux schémas est appelée thérapie de bolus basal, ou un régime avec des injections multiples. Une des variétés de cette thérapie est simplement une insulinothérapie intensifiée.

Insulinothérapie du diabète sucré de type 2

Les patients atteints de diabète de type 2 ont besoin d'un traitement spécifique.

Dans ce cas, l'insulinothérapie du diabète de type 2 commence par l'addition progressive de petites doses d'insuline basale aux médicaments hypoglycémiants à faible dose pris par le patient.

Les patients d'abord face à une insuline basale Ainsi, l'analogue de l'hormone avec une période sans pic d'exposition prolongée (par exemple, l'insuline glargine) doit rester à une dose quotidienne de 10 UI. Dans cette injection, il est souhaitable de faire dans le même temps de la journée.

Si la maladie progresse et la combinaison des « agents hypoglycémiques en comprimés + insuline basale » ne fonctionne pas, le médecin conduisant l'insuline traduit pleinement au mode d'injection.

La teinture d'origine d'une noix à l'usage compétent aidera ou aidera à réguler le niveau de glucose dans le sang.

Lisez à propos des symptômes de l'angiopathie diabétique dans cet article.

Les enfants

L'insulinothérapie chez les enfants nécessite une approche individuelle. Des schémas plus courants d’administration du médicament en 2 ou 3 fois. Pour réduire le nombre d'injections chez les enfants, la combinaison de l'insuline avec une période d'exposition courte et moyenne est pratiquée.

Le mode le plus simple est important, dans lequel une bonne compensation est maintenue. Le nombre d'injections n'affecte pas l'amélioration de l'hémoglobine glyquée. Les enfants de plus de 12 ans ont montré une intensification de l'insulinothérapie.

La sensibilité à l'insuline des enfants étant supérieure à celle de l'adulte, un ajustement progressif de la dose du médicament est très important. La plage de variation recommandée doit être de 1 à 2 unités par 1, la limite maximale étant de 4 unités.

Il faut plusieurs jours pour évaluer les résultats du changement. Dans ce cas, les médecins ne recommandent pas un changement simultané des doses d'insuline matin et soir.

Pendant la grossesse

Tenue d'insuline pendant la grossesse est de maintenir les niveaux de glucose de 3,3 à 5,6 mmol / l - diagnostic le matin à jeun, de 5,6 à 7,2 mmol / l - après avoir mangé.

La détermination des valeurs de l'hémoglobine A glycosylée permet d'évaluer l'efficacité du traitement sur une période de 1 à 2 mois.

Le métabolisme du corps d'une femme enceinte est extrêmement instable, ce qui nécessite une correction fréquente du schéma de traitement à l'insuline.

L'insuline est administrée avant le premier et avant le dernier repas, avec une période d'exposition courte ou moyenne. Leurs doses combinées peuvent être utilisées.

Il existe une répartition précise de la dose quotidienne totale, à laquelle les 2/3 de la partie insuline tombent avant le petit-déjeuner et 1/3 avant le dîner.

Pour prévenir l'hyperglycémie nocturne et à l'aube, la dose du soir "avant le dîner" est remplacée par une injection faite juste avant le coucher.

En psychiatrie

L'insulinothérapie prescrite en psychiatrie concerne le plus souvent les patients - les schizophrènes.

La première injection d'insuline se fait à jeun le matin. La dose initiale est de 4 unités. ajouter quotidiennement 4 à 8 unités d'insuline. La caractéristique de la thérapie est l'absence d'injection le week-end (samedi, dimanche).

Le traitement du premier stade consiste à maintenir le patient en état d’hyperglycémie pendant environ 3 heures. Pour "arrêter" la situation, le patient se voit proposer un verre contenant un thé sucré chaud contenant au moins 150 grammes de sucre. Le thé riche en glucides est complété par du thé. Progressivement, le niveau de sucre est rétabli et le patient arrive à son état habituel.

Le deuxième stade de la thérapie, dans lequel la dose de médicament augmente, est associé à une aggravation du degré de désactivation de la conscience du patient. L'assourdissement se développe progressivement en sopor. Pour éliminer l'hyperglycémie, ils commencent 20 minutes après le début de la sopor.

Le troisième stade du traitement, associé à la poursuite de l'augmentation quotidienne de la posologie de l'insuline, conduit à l'apparition d'un état limite entre le coma et la copulation. Cette condition ne peut durer plus d'une demi-heure, après quoi il est nécessaire d'arrêter l'hyperglycémie. Le contour est similaire à celui utilisé pour la "coupure" du patient.

La durée du traitement couvre 2 ou 3 douzaines de séances avec la comorbidité coma obtenue. Lorsque le nombre requis de ces états critiques est atteint, la dose quotidienne d'insuline nécessite une réduction progressive (de 10 à 14 unités par jour) jusqu'à l'annulation de l'hormone.

Effectuer l'insulinothérapie

L'insulinothérapie est réalisée selon un schéma particulier:

  • Avant l'injection sous-cutanée, il est nécessaire d'étirer correctement le site d'injection.
  • Pour effectuer des injections, utilisez des seringues à insuline munies d'une aiguille fine ou d'un stylo-seringue.

L'utilisation de seringues est préférable aux seringues pour plusieurs raisons:

  1. Une aiguille spéciale réduit au minimum les douleurs de l'injection.
  2. Commodité de fonctionnement, permettant de faire des injections à tout moment et au moment voulu.

La prise d'aliments après l'injection d'insuline doit avoir lieu dans un intervalle de temps ne dépassant pas une demi-heure. La dose maximale est de 30 unités.

Dans ce cas, le schéma exact de l'insulinothérapie ne doit être établi que par un médecin qui prend en compte les facteurs les plus divers et l'état de santé du patient dans son ensemble.

Une approche individuelle permet de minimiser les complications possibles de l'insulinothérapie.

Le schéma de l'insulinothérapie comprend:

  • Injection d'insuline de courte ou longue durée avant le petit déjeuner;
  • Injection de pré-insuline d'insuline avec une courte période d'exposition au corps du patient;
  • Injection du soir avant le dîner, qui comprend une insuline "courte";
  • Injection d'insuline avec une longue période d'action avant le sommeil du patient.

On distingue sur le corps du patient différentes zones d'injection, le taux d'absorption du médicament dans lequel il diffère. L'estomac est le plus "sensible" à l'insuline. Les endroits pour les injections choisis de manière incorrecte peuvent causer des problèmes de patient liés à l'insulinothérapie.

Ce phénomène, comme l’augmentation de la miction chez l’homme, peut être le signe du développement du diabète.

Quelle devrait être la nutrition au prédiabète, vous pouvez apprendre d'ici.

Les complications

Conséquences possibles de l'insulinothérapie:

  • L'apparition de réactions allergiques au niveau des sites d'injection sous la forme de rougeurs et de démangeaisons de la peau. L'émergence de telles réactions est le plus souvent associée à la mauvaise technologie de l'acupuncture, qui se traduit par l'utilisation d'aiguilles épaisses ou contondantes, l'introduction d'insuline trop froide, le mauvais choix du site d'injection,
  • Réduire le taux de sucre et le développement de l'hypoglycémie. Ces conditions s'expriment par une aggravation de la faim, une augmentation de la transpiration, l'apparition de tremblements et une augmentation du rythme cardiaque. Le développement de ces symptômes est facilité par l'utilisation de fortes doses du médicament ou un volume alimentaire insuffisant. Parfois, le développement de l'hypoglycémie est facilité par des troubles mentaux, des chocs ou une surcharge physique.
  • L'apparition de lipodystrophie post-insulinique, qui se manifeste par la disparition d'une couche de graisse sous-cutanée au niveau des sites d'injection.

Pour réduire le risque de ce phénomène, il convient de choisir avec beaucoup de soin les lieux d’injection, respectez toutes les règles d’administration de l’insuline.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Si vous soupçonnez une pathologie de la glande thyroïde, vous devez vous adresser à un spécialiste du profil étroit.

MINISTERE DE LA FEDERATION DE RUSSIE: "Jeter le glucomètre et les bandelettes de test. Plus de Metformine, Diabeton, Siofor, Glukofazh et Yanuvia! Traitez-le avec ceci. "

Le pancréas est un organe complexe qui remplit à la fois deux fonctions: le système endocrinien et le système digestif. Le suc pancréatique et les hormones qu'il produit sont impliqués dans le métabolisme.