loader

Principal

Les complications

Je suis diabétique

La santé du futur enfant et de la mère est affectée par trois composantes interdépendantes:

  1. La concentration d'insuline dans le sang;
  2. Nourriture correctement sélectionnée;
  3. Activité physique quotidienne de la mère.

La teneur en insuline dans le plasma est variable, ce qui est plus facile à mesurer et à contrôler pendant la grossesse. En outre, cette substance - la "norme de référence" dans le traitement du diabète à tout stade, car l'hormone peut stabiliser la concentration de glucose dans le sang au niveau approprié.

L'insuline est naturellement responsable de la régulation de la glycémie. Il est produit par le pancréas. Les fonctions principales de l’insuline sont d’arrêter la production de glucose par le foie, l’utilisation de cette substance, qui est réalisée du fait de sa distribution dans tout le corps, ainsi que la dissociation des dépôts graisseux et la stimulation de leur accumulation.

Diabète pendant la grossesse

Le diabète est une maladie qui augmente parfois le risque de complications pendant la grossesse et l'accouchement chez les femmes. Il est donc important de porter une attention particulière à la concentration de glucose dans le sang et de veiller à ce que sa teneur ne devienne pas la norme. Sinon, la mère attend des conséquences graves:

  1. Risque accru de fausse couche;
  2. Développement de complications du diabète, qui entraîne d'autres maladies;
  3. Possibilité de contracter une infection après l'accouchement;
  4. Polyhydramnios;
  5. Gestose (toxicose des femmes enceintes).

Le fœtus peut également souffrir d'un diabète chez la mère:

  1. Risque élevé de décès pendant le travail;
  2. Présence de complications avec la santé au début de la vie;
  3. La possibilité d'un diabète sucré à vie du premier type;
  4. Macrosomie (croissance excessive du fœtus dans l'utérus);
  5. Anomalies congénitales de développement ultérieur.

Le risque de complications dépend des facteurs suivants:

  1. La durée du diabète chez l'homme;
  2. Âge auquel la maladie a commencé
  3. Présence de complications pendant la grossesse.

L'essence de l'insulinothérapie

L'insulinothérapie est une activité dont l'action vise à stabiliser la glycémie et à éliminer le développement du diabète. La procédure est réalisée par injection artificielle dans le sang d'un médicament contenant une hormone. L'insuline utilisée chez les patientes enceintes est une hormone soluble à effet court. Son application est attribuée sous deux formes:

  1. Administration répétée;
  2. Introduction régulière

L'endocrinologue prend en compte le fait que la durée d'exposition des différents types d'insuline varie en fonction des caractéristiques du patient et l'évalue donc de manière individuelle. Quel que soit le type d'insulinothérapie choisi pour une femme enceinte, l'hormone doit être piquée en observant un certain régime.

La nécessité de poignarder le médicament se produit dans diverses situations: lors d'une détérioration critique de l'état de grossesse ou lors de l'accouchement. Par conséquent, les types de fonds contenant de l'insuline ont été développés spécifiquement pour un cas spécifique et leur principale différence est la durée de l'effet.

La mission principale, qui vise à obtenir une insulinothérapie, consiste à maintenir la glycémie chez une femme enceinte à un niveau sain. Cela permettra de prévenir les risques éventuels de complications pendant la grossesse et l'accouchement.

En relation avec le fait que le diabète au cours de la grossesse conduit à des résultats irréversibles, il est nécessaire de compléter le traitement par insuline par un ensemble de mesures:

  1. Examen régulier du patient par un obstétricien-gynécologue, un endocrinologue, un nutritionniste, un néphrologue, un oculiste et un cardiologue;
  2. Passage de l'ECG;
  3. Auto-mesure de la pression;
  4. Maintenir l'activité physique;
  5. Évasion du stress physique et mental excessif;
  6. L'administration de tests sanguins pour l'alpha-foetoprotéine, l'hémoglobine et les hormones;
  7. Conformité avec le régime alimentaire recommandé et le régime endocrinologue;
  8. Passage de l'échographie à divers stades de la grossesse.

Il est important de passer un examen échographique afin d'identifier à l'avance les complications possibles de la croissance fœtale. Faites ceci avec la fréquence suivante:

  1. 15-20 semaines (détection des malformations de l'enfant);
  2. 20-23 semaine (détermination de la présence de maladies cardiaques de l'enfant);
  3. 25-30 par semaine (la possibilité d'exclure le retard de développement du fœtus dans l'utérus).

Nutrition pour l'insulinothérapie

Afin de protéger la santé de l'enfant, ainsi que la leur, il est important que les futures mères diabétiques fassent attention à un régime strict. Le but de cet événement coïncide avec la mission de l'insulinothérapie: maintenir la glycémie à un niveau inhérent à une personne en bonne santé.

Le principe essentiel d'un régime prescrit pour le diabète est une réduction de la consommation de produits contenant des glucides. Après tout, cela contribue à l'interruption dynamique de la glycémie, alors ne faites pas face au diabète en effectuant une insulinothérapie sans suivre un régime.

L'apport quotidien de calories consommées par une femme enceinte devrait être compris entre 1 800 et 2 400 kcal. Le régime alimentaire d'un régime faible en glucides est le suivant:

Les règles du régime pauvre en glucides doivent être observées:

  1. Abandonner le sucre et le remplacer par des édulcorants à base de sucre ou non nutritifs;
  2. Adhérer à une alimentation fractionnée (c'est-à-dire fractionnée), c'est-à-dire manger par portions en petites quantités 6 fois par jour;
  3. Stab une dose d'insuline avant les repas;
  4. Refus de la production d'alcool;
  5. Inclure des listes de produits interdits et autorisés;
  6. Évitez les produits contenant des additifs chimiques, remplacez-les par des aliments faits maison.

La liste des produits interdits comprend:

  1. Sucre et produits à haute teneur;
  2. Boissons alcoolisées;
  3. Produits à base de farine;
  4. Analogues de sucre à haute teneur calorique (confiture, miel);
  5. Lait et produits laitiers fermentés à haute teneur en matières grasses;
  6. Sodas sucrés;
  7. Soupes avec viande ou bouillon de poisson;
  8. Saucisses;
  9. Du jambon
  10. Le bacon;
  11. Produits de macaroni;
  12. Chocolat

Vous devez compléter votre régime avec les produits suivants:

  1. Les soupes sur le bouillon de légumes;
  2. Les légumes;
  3. Fruits et fruits secs;
  4. Les baies;
  5. Verdure
  6. Les noix
  7. Haricots
  8. Kashi;
  9. Eau et eau minérale non gazeuse;
  10. Jus de fruits
  11. Smoothies

Choix de médicaments

L'insulinothérapie consiste à introduire des produits sanguins contenant de l'hormone insuline. Il en existe plusieurs types, qui diffèrent dans la durée de l’action. Pour chaque patient, le médecin désigne le remède individuellement, à partir des caractéristiques de son corps et du degré de la maladie.

Outre les injections, les pompes à insuline sont utilisées dans le traitement du diabète chez les femmes enceintes. En comparaison avec les injections, leur efficacité et leur sécurité pour la vie du fœtus ne sont pas prouvées. Le traitement avec des pompes à insuline est prescrit si la teneur en sucre dans le sang du patient n'est pas contrôlable ou si le besoin d'une dose d'hormone est élevé le matin.

Le diabète gestationnel chez une femme enceinte doit être traité avec un régime alimentaire. Ce n'est que si le régime nutritionnel prescrit ne fonctionne pas que vous pouvez passer à un traitement hormonal intensif.

Lorsqu'un patient tolère le diabète, quel que soit le type de maladie, on lui prescrit un traitement à l'insuline amélioré. De ce fait, il est possible d'abaisser le taux de sucre dans le sang et de protéger la santé de l'enfant et de la mère.

Insuline de ponction dans le sang suivie de seringues spécialisées, prenant le médicament des flacons.

L'hormone enceinte est autorisée à entrer sans restrictions. Mais lors de l'utilisation de préparations d'insuline similaires, il existe un certain nombre d'indications:

  1. Aspart nommer pendant la grossesse et l'allaitement;
  2. Humalog est conçu pour la classe B;
  3. Apidra est utilisé pour la classe C.

La sécurité de leur utilisation dans la lutte contre le diabète pendant la grossesse n’a pas été prouvée, de sorte qu’elles ne peuvent être appliquées que sous la direction de l’endocrinologue.

Avec une composition adéquate du complexe de traitement du diabète, le patient ne tombe pas dans les conséquences irréversibles de la maladie. L'une des tâches principales du traitement consiste à réduire le risque d'acidocétose, une phase aiguë d'hypoglycémie et d'hyperglycémie.

Nuances de thérapie

Avant de poignarder la drogue à la maison, le diabétique doit se préparer à la thérapie:

  1. Suivre une formation en autonomie;
  2. Obtenez une dose d'insuline auprès d'un établissement médical;
  3. Acquérir un équipement qui aide à contrôler la glycémie.

La posologie d'une hormone prescrite par un endocrinologue dépend de la charge mentale du patient.

Pour contrôler la glycémie, il est recommandé aux femmes enceintes de conserver un cahier spécial. Il devrait placer une liste de produits interdits et diabétiques, et noter la quantité de calories consommées, les graisses, les protéines, les glucides et le niveau d'activité physique. Ces dossiers analysés par le médecin, révèlent les erreurs faites par le patient, donnent des recommandations pour un traitement ultérieur.

La tâche de l'endocrinologue est de compenser autant que possible le métabolisme des glucides. Ensuite, les sautes de glycémie apparaîtront moins souvent et les complications du diabète ne dépasseront pas les femmes enceintes.

Lors de l'utilisation de l'hormone, l'une des méthodes de traitement suivantes peut être utilisée:

  1. Traditionnel Colorer le médicament tous les jours au même dosage. Dans ce cas, un médicament ayant une durée d'exposition courte et moyenne est utilisé. 2/3 de la norme quotidienne que le patient consomme à jeun avant le petit-déjeuner et le reste avant le dîner;
  2. Intense Il faut piquer 2 injections (avant le petit-déjeuner et avant le dîner). Dans ce cas, une hormone courte et moyenne est utilisée.

La technique est prescrite par le médecin en fonction du degré de la maladie et des caractéristiques du patient.

Le taux d'absorption de l'insuline dans la circulation sanguine dépend des nuances suivantes:

  1. Type de préparation;
  2. Dosage;
  3. Lieu d'injection;
  4. Vitesse de circulation sanguine;
  5. Activité musculaire
  6. Température corporelle dans la zone de l'injection proposée.

L'insuline est injectée dans le tissu adipeux sous-cutané par voie intramusculaire et intraveineuse.

Il existe des indications pour l'instauration d'un traitement par insuline pendant la période de gestation:

  1. Sang capillaire entier pour un estomac vide> 5,0 mmol / l
  2. Une heure après avoir pris> 7,8 mmol / l;
  3. Après 2 heures après les repas,.76,7 mmol / l.

La dose du médicament est calculée à partir du trimestre:

  1. Le premier est de 0,6 unité / kg;
  2. Le second - 0,7 unités / kg;
  3. Le troisième est de 0,8 U / kg.

Il y a un principe selon lequel il est nécessaire de piquer 2/3 de la dose quotidienne du médicament à jeun avant le petit-déjeuner et le reste avant le dîner.

Le jour de l'accouchement, la quantité d'hormone administrée est le quart de la norme. Il devrait être poignardé avec l'introduction ultérieure de 2-3 unités par heure, ainsi que pour contrôler le niveau de sucre dans le sang. Après la naissance d'un enfant, la dose de l'hormone doit être réduite à trois fois.

Si une intervention chirurgicale était permise pendant l'extraction du fœtus, après l'accouchement, la patiente ne devrait pas être nourrie et piquée son remède tout au long de la journée. Pendant l'opération, avec une glycémie supérieure à 8 mmol / l, une hormone avec une courte durée d'effet est utilisée.

À l'expiration de 5 jours après l'opération, le patient est transféré sur des médicaments plus longtemps exposés.

Si toutes les recommandations et règles relatives à la thérapie sont observées, une femme pourra éviter le risque de complications pendant la grossesse et l’accouchement.

Résistance à l'insuline et ses conséquences

La résistance à l'insuline est un trouble qui s'accompagne d'une réponse négative du corps à l'insuline. Il se produit avec l'administration artificielle et avec la production naturelle de l'hormone par le pancréas.

La résistance à l'insuline peut être détectée par la présence des symptômes suivants:

  1. Gain de poids à la taille;
  2. Hypertension (pression artérielle élevée);
  3. Les résultats indésirables des tests pour la teneur en cholestérol et en triglycérides;
  4. Protéinurie (présence de protéines dans l'urine).

La meilleure façon de se débarrasser du syndrome est de suivre un régime visant à réduire la quantité de glucides consommés. Une telle mesure n'est pas une méthode directe pour se débarrasser de la maladie, mais contribue à la restauration des processus métaboliques du corps.

Après 5 jours après le passage à un nouveau régime, les patients remarquent une augmentation de leur bien-être. Après 7 semaines à partir du début du régime, leurs tests de teneur en cholestérol et en triglycérides dans le sang reviennent à la normale. Ainsi, la probabilité de développer une athérosclérose diminue.

Le régime alimentaire dans le syndrome de sensibilité à l'insuline est similaire au régime alimentaire pour réduire la glycémie. L'essentiel est de suivre les règles du régime et le taux journalier de calories consommées, de protéines, de lipides et de glucides.

On peut donc en conclure que le diabète pendant la grossesse n'empêche pas la naissance d'un enfant en bonne santé avec un traitement approprié.

Insuline pendant la grossesse

Contenu

Le diabète, qui survient pendant la grossesse (gestationnelle), se déroule généralement selon le deuxième type et, pour la normalisation du sucre, il y a suffisamment d'ajustement nutritionnel et de mode de vie. Si ces mesures n'apportent pas le résultat souhaité et que l'insuline pendant la grossesse ne suffit pas, recourir à l'insulinothérapie. Cette méthode de traitement est prescrite après de nombreux examens et analyses, est la dernière mesure dans le traitement de cette affection, mais elle est très efficace et évite les complications pour la mère et l'enfant à naître.

Diabète sucré pendant la grossesse

L'insuline est une hormone produite par le pancréas et stimule le processus de réduction du taux de sucre dans le sang, qui augmente avec la prise de la prochaine portion de glucides dans l'organisme. En réponse, le pancréas commence à produire une hormone spéciale pour traiter ce glucose. Pour ce faire, il fournit son apport à toutes les cellules et à tous les tissus du corps en suspendant le processus de sa production dans le foie. Pour réduire la glycémie, le pancréas en bonne santé réagit en arrêtant la production d'insuline.

Si la sensibilité à l'insuline est perturbée, elle commence à être produite en excès, ce qui rend difficile l'administration de glucose aux cellules. L'insuline dans le sang dure longtemps, ce qui ralentit le métabolisme.

Une autre fonction de l'insuline est la stimulation de la synthèse des protéines dans les muscles. Il favorise également la conversion du glucose en graisse, en supprimant son clivage et en stimulant son accumulation, ce qui peut contribuer à l'obésité.

L'observation des femmes enceintes atteintes de diabète nécessite un contrôle particulier des médecins et des femmes elles-mêmes.

Habituellement, pour maintenir le sucre dans les limites de la norme, il suffit que les femmes enceintes observent un certain régime dont les principales règles sont les suivantes:

  • minimiser (ou mieux - rejeter complètement) la consommation de glucides facilement assimilables;
  • repas fractionnés (trois repas principaux et deux ou trois collations);
  • exercice modéré, par exemple, marcher, nager dans la piscine.

Pour détecter rapidement d'éventuelles violations du fœtus, les femmes enceintes doivent respecter scrupuleusement le calendrier de l'échographie.

  • 15-20 semaines. Pendant cette période, l'étude doit exclure les malformations graves du fœtus;
  • 20-23 semaines. À cette époque, le cœur du fœtus est soigneusement contrôlé afin d’exclure toute pathologie;
  • 28-32 semaines A cette époque, l'étude est menée pour identifier le retard dans le développement intra-utérin.

Indications pour l'insulinothérapie

Des indications à ce sujet peuvent également servir de signes de futur fœtopathie infantile, détectée lors d'une échographie. Les conséquences de cette maladie peuvent être très graves. Il est donc important d'identifier les violations dès le début.

système d'injection endocrinologiste sélectionné sur la base des résultats de l'observation du niveau de glycémie, et des caractéristiques individuelles. Mesurer le sucre et enregistrer les lectures recommandées 8 fois par jour: à jeun, avant un repas, une heure après un repas peu avant l'heure du coucher, à 03h00, et en cas de malaise. Les valeurs normales de glycémie chez les femmes enceintes vont de 3,3 à 6,6 mmol / l.

L'introduction de l'insuline est sans danger pour la mère et l'enfant, elle ne crée pas de dépendance et immédiatement après l'annulation de l'accouchement, ce qui n'entraîne aucun préjudice.

Les valeurs de glucose suivantes peuvent constituer la base de la nomination d'une insulinothérapie:

Ces patients doivent apprendre à contrôler tous les indicateurs importants:

  • le niveau de glycémie;
  • la dose de la substance injectée;
  • la présence d'acétone dans l'urine;
  • pression artérielle
  • épisodes d'hypoglycémie.

Il est nécessaire d'avoir un journal spécial d'introspection, où toutes ces informations seront enregistrées. Ce cahier devrait être montré au médecin lors des examens futurs pour surveiller l'état et la correction possible du traitement prescrit.

Si une femme n'a pas la possibilité d'effectuer ses mesures elle-même, elle peut le faire en laboratoire. Il est nécessaire de faire des tests 6-12 fois par semaine ou plus souvent.

Schémas de l'insulinothérapie

A ce jour, ses préparations sont assez connues et classées selon les signes suivants:

  • au début de l'action, "pic" et durée: (ultracourte, moyenne, prolongée, courte);
  • par espèce (humain, baleine, porc, bétail);
  • par le degré de purification: (traditionnel, monopole, monocomposant).

Il existe deux schémas thérapeutiques: traditionnel et basal-bolus.

Chez une personne en bonne santé, la quantité d'insuline est constamment maintenue à un niveau stable, ce qui correspond à la concentration basale. Il est produit si la glande n'est pas cassée, à jeun, partiellement consommée pour maintenir sa concentration de base, mais une grande partie de celle-ci s'accumule "pour le futur". Ceci est un bol alimentaire.

Il est utile en mangeant pour l'assimilation de substances qui nourrissent l'organisme:

  1. Lors de la nomination d'un schéma basique-bolus, cela implique la création d'une concentration de base en injectant un médicament à action prolongée ou un milieu pour la nuit et / ou le matin.
  2. Pour former un bolus dont le corps a besoin après avoir mangé, des injections sont effectuées sur des repas substantiels avec des préparations courtes ou ultra-courtes. Il existe donc une imitation du fonctionnement du pancréas dans le corps en mode normal.

Le programme traditionnel est différent à ce moment-là et les doses sont strictement les mêmes. Les mesures sont alors rares. Parallèlement à ce type de traitement, le patient doit respecter un certain régime alimentaire et surveiller chaque jour que la quantité de nutriments consommée avec les aliments reste inchangée.

Ce système se caractérise par la moindre flexibilité, car en y adhérant, le patient est obligé de dépendre fortement du régime et du programme. Avec cette approche, les injections se font généralement deux fois par jour pour deux personnes: avec des médicaments à action courte et moyenne. Soit le matin et le soir, un mélange de différentes espèces est injecté avec une piqûre.

Schémas de l'insulinothérapie chez la femme enceinte:

  • à СД1 - le programme "base-bolus";
  • à СД2 - il est opportun d'utiliser le schéma traditionnel.

Pour le traitement des femmes enceintes, les médicaments ultracourts sont généralement prescrits. Cela permet de faire une glycémie acceptable après avoir mangé et réduit le nombre d'hypoglycémies (la teneur en sucre chute en dessous de 3,3 mmol / l).

La plupart des médicaments sont injectés dans la graisse sous-cutanée (abdomen, épaule, haut de la cuisse). Ces injections sont effectuées à l'aide de seringues ou de seringues spéciales.

Il y a aussi l'utilisation d'une pompe à insuline. C'est un petit appareil portable qui fonctionne sur le principe d'un système de perfusion. Avec son aide, un médicament à action rapide est administré 24 heures sur 24. Cette méthode est souvent utilisée en cas de CD1, lorsque le patient présente une hypoglycémie mal contrôlée ou que le besoin de cette hormone augmente le matin (4-8 heures).

Suivi après la naissance et planification de la prochaine grossesse

Tous les patients diabétiques après l'accouchement ne peuvent pas prendre d'insuline, ce qui est absolument sans danger pour la mère et le bébé. Dans les trois jours suivant l'accouchement, ces patients prennent un test sanguin pour le sucre.

Ceci est fait pour vérifier la condition et ne pas manquer les violations possibles.

Les futures grossesses de ces femmes devraient être soigneusement planifiées sous la supervision d'un obstétricien-gynécologue et d'un endocrinologue, car ces patients présentent déjà un risque élevé de développer un diabète de type 2 plus tard dans la vie. Ils devraient surveiller de près leur santé et de visiter régulièrement un endocrinologue et un obstétricien-gynécologue.

Après 2-3 mois à partir de la livraison, ces patients sont recommandés:

  • si le niveau de glycémie à jeun dépasse 7,0 mmol / l - un test spécial de tolérance au glucose;
  • augmentation progressive de l'activité physique;
  • adhérence à un régime avec excès de poids.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Pendant la grossesse dans le corps féminin, des transformations se produisent dans tous les systèmes et organes: certaines d'entre elles sont une variante de la norme, d'autres sont de nature pathologique. Le diabète gestationnel est une condition anormale assez commune, qui disparaît après la naissance dans la grande majorité des situations cliniques. Nous examinons ci-dessous quelles sont les causes qui conduisent au développement du diabète gestationnel, à quel point ce syndrome est dangereux, comment la maladie est administrée.

A propos du diabète gestationnel

Diabète gestationnel - augmentation de la quantité de glucose dans le plasma. Les endocrinologues estiment que cette pathologie peut devenir un facteur de risque supplémentaire pour l’émergence du diabète à part entière chez les femmes à l’avenir. Les médecins recommandent aux patients ayant reçu un diagnostic de diabète gestationnel, de suivre une quantité stable de glucose dans le plasma tout au long de leur vie et de suivre un régime rationnel.

Habituellement, le niveau de sucre se stabilise automatiquement après la livraison, mais dans certaines situations, cela ne se produit pas. Le diabète gestationnel nécessite un contrôle clinique et peut être corrigé par un régime alimentaire ou d'autres thérapies non médicamenteuses.

Une caractéristique du GDM est une augmentation du taux de glucides immédiatement après un repas. Sur un estomac vide, la quantité de glucose reste plus souvent normale. Tout trouble métabolique pendant la grossesse est un facteur de risque. Pour donner naissance à un enfant en bonne santé, les femmes devraient s'efforcer de normaliser le taux de sucre et de stabiliser le métabolisme des glucides.

Pathogenèse et facteurs de risque

Pendant la grossesse, le corps féminin est sujet aux effets prononcés des changements hormonaux. L'une des conséquences d'une poussée hormonale est la violation de la tolérance au glucose. Généralement, le diabète gestationnel se développe au deuxième ou troisième trimestre.

Le mécanisme d'apparition de la pathologie est le suivant: le pancréas chez la femme enceinte commence à produire une quantité excessive d'insuline. Cela permet de compenser l'effet d'hormones spécifiques sur la quantité de sucre. Le corps ne parvient pas toujours à faire face à une surabondance d'insuline, ce qui entraîne l'apparition de symptômes typiques du diabète.

La probabilité d'occurrence d'une GDD est augmentée s'il existe des facteurs supplémentaires parmi lesquels:

  • excès de poids, qui a été observé avant même la grossesse;
  • facteurs ethniques - les pathologies diabétiques surviennent plus souvent chez les représentants de la race asiatique et négroïde;
  • état prédiabétique avant la grossesse;
  • prédisposition génétique - la présence de diabète dans la famille immédiate;
  • grossesse fœtale antérieure importante;
  • polyhydramnios - quantité excessive de liquide amniotique;
  • la présence de fausses couches dans l'anamnèse;
  • mortinatalité avec une grossesse antérieure;
  • avoir plus de 30 ans.

Le risque augmente si la pathologie endocrinienne gestationnelle est diagnostiquée au cours d'une grossesse précédente. Parfois, une GDD se produit sans la présence des facteurs d'influence ci-dessus.

Symptomatologie

Dans un certain nombre de situations cliniques, des perturbations métaboliques sont présentes, mais elles ne se manifestent en aucune façon. Identifier la pathologie ne permet qu'un examen diagnostique complet dans la clinique. Il est également possible de diagnostiquer indépendamment le sucre dans le sang.

Les manifestations modérées et sévères des troubles métaboliques provoquent des symptômes typiques du diabète:

  • soif (polydipsie);
  • violation de la production d'urine - augmentation de la quantité d'urine, mictions fréquentes et abondantes;
  • un sentiment constant de faim;
  • vision altérée.

Dans de rares cas, les complications diabétiques se développent - neuropathie, pathologies vasculaires, maladies associées à la malnutrition des tissus et des cellules. La soif et la faim n'indiquent pas nécessairement la présence du diabète, de sorte que le diagnostic ne peut que diagnostiquer le laboratoire.

Influence sur le fœtus et l'accouchement

L'augmentation du taux de sucre a un impact négatif sur le fœtus et le corps de la mère. Les complications les plus dangereuses et les conséquences de la pathologie:

  • la macrosomie - la croissance anormale du fœtus et son poids excessif (cela affecte négativement l'activité des organes internes de l'enfant et constitue un facteur de risque supplémentaire lors de l'accouchement);
  • présence de cardiopathie congénitale;
  • anomalies du cerveau foetal;
  • risque d'avortement spontané;
  • ictère des nouveau-nés;
  • gonflement des tissus, excès de dépôts lipidiques;
  • des proportions perturbées du fœtus - un gros ventre, des membres fins;
  • hypoglycémie, viscosité sanguine anormale, risque accru de thrombose;
  • faibles niveaux de magnésium et de calcium;
  • pathologies respiratoires.

Plus la concentration de glucose dans le plasma est élevée, plus la probabilité de macrosomie est élevée. Un grand fœtus dans ce cas n'est pas un indicateur de santé congénitale, mais un signe d'anomalie. Souvent, la tête et le cerveau du nouveau-né ont une taille normale, mais la ceinture humérale et le corps du bébé augmentent, ce qui rend difficile la traversée du canal génital. La solution la plus efficace dans cette situation est la césarienne.

La macrosomie entraîne souvent un avortement spontané. L'accouchement avec diabète gestationnel est plus grave et dangereux. Le risque de traumatisme à la naissance et de complications augmente. Un danger supplémentaire est qu'un gros fœtus peut ne pas être suffisamment mature. De telles situations nécessitent des procédures de réanimation urgentes ou l'utilisation d'une chambre de pression et d'un incubateur.

Mais même si la naissance était relativement normale, il est trop tôt pour que les mères et les médecins puissent se détendre. Le diabète gestationnel tardif provoque souvent une hypoglycémie permanente chez le nouveau-né. L'enfant ne reçoit plus de la mère par le placenta la quantité nécessaire de glucose, ce qui entraîne une diminution de son taux de sucre dans le corps.

Les femmes qui ont survécu au diabète gestationnel devraient poursuivre leur traitement après l'accouchement. Le principal danger est que leur pancréas continue à fonctionner à la limite de ses fonctionnalités. Le niveau d'insuline peut diminuer ou il existe une tolérance excessive des tissus et des cellules à cette hormone, ce qui constitue un risque direct de développer un diabète de type II à part entière.

Diagnostic

Taux élevé de sucre chez la femme enceinte - la raison d'un examen plus complet et détaillé. La méthode de diagnostic la plus précise est un test de tolérance au glucose. Le niveau de glucides est mesuré non seulement sur un estomac vide, mais aussi après avoir bu un verre d'eau contenant du glucose dissous. Le fait est que chez les femmes enceintes, le taux de sucre à jeun reste souvent normal.

Un autre test indicatif est un test pour l'hémoglobine glyquée. Cette étude montre le taux de glucose plasmatique dans les 7-9 jours précédents. Le test vous permet également de surveiller l'efficacité des procédures thérapeutiques.

Les analyses pour GDM sont recommandées à chaque trimestre. Le niveau maximal admissible est de 5,1 mmol / l. Des scores plus élevés nécessitent un examen attentif.

Méthodes de thérapie

La pathologie diabétique nécessite une thérapie complexe et progressive. La méthode de traitement la plus efficace est la diétothérapie. Le menu pour le diabète gestationnel est compilé par un spécialiste, en tenant compte de l'état actuel du patient et de la présence de maladies supplémentaires.

La liste des activités de traitement comprend d'autres procédures:

  • surveillance constante du glucose (idéal - mesure des indicateurs quatre fois par jour: après les repas et à jeun);
  • effectuer des analyses d'urine pour détecter la présence de corps cétoniques - le cas échéant, le traitement est inefficace;
  • exercice physique dosé;
  • stabilisation du poids corporel;
  • insulinothérapie (si nécessaire);
  • contrôle de la pression sanguine.

La présence d'une résistance à l'insuline nécessite une thérapie plus radicale lors de l'utilisation de médicaments, mais généralement, le cours du médicament est prescrit après la naissance, car tout médicament peut affecter la santé du fœtus. Après la naissance d'un enfant, le pancréas des femmes nécessite une protection et une prévention. Des tests répétés de pathologie diabétique sont effectués 6 à 8 semaines après la naissance et tous les 6 mois pendant 3 ans.

L'activité physique modérée des femmes enceintes évitera non seulement les problèmes de surpoids, mais affectera également les articulations et les vaisseaux sanguins qui sont en grossesse. Il est peu probable que des cours à plein temps dans la salle de fitness fonctionnent, mais la natation, des exercices avec un fitball (une balle spéciale pour les femmes enceintes), l'aérobic sont des options idéales pour stabiliser le métabolisme des glucides. Les exercices aident à consommer une quantité accrue de sucre, la transformant en énergie.

Une insulinothérapie est prescrite si les méthodes conservatrices ne produisent pas d'effet thérapeutique prononcé. Les médicaments sont injectés exclusivement sous forme d'injections: si les patients le font eux-mêmes, ils doivent maîtriser la technique de l'injection correcte et observer strictement la posologie.

Régime alimentaire

La règle de base de la nutrition dans le diabète est la restriction de la quantité de glucides, en particulier ceux appelés "rapides". Celles-ci incluent des bonbons, des brioches, des sodas, des fruits (bananes, kakis), de la restauration rapide. Les glucides rapides nécessitent une quantité accrue d'insuline, ce qui entraîne une surcharge supplémentaire du pancréas.

La préférence doit être donnée aux aliments riches en protéines alimentaires (volaille, veau, poisson) et aux graisses saines. Un régime pauvre en glucides de haute qualité est rarement prescrit pendant la grossesse, car la mère et le fœtus ont besoin d’énergie, mais après l’accouchement, cette nutrition est une excellente méthode de prévention du diabète.

Avec GDD, respectez les recommandations suivantes:

  • mangez en petites quantités: mangez de petites portions et ne sautez pas de repas;
  • la partie principale des glucides est consommée pendant le petit-déjeuner;
  • exclure du régime frit, mariné, épicé et gras;
  • si vous avez des nausées le matin, gardez un biscuit près du lit et mangez quelques tranches avant de sortir du lit;
  • Ne pas manger de produits semi-finis et d'aliments instantanés (bouillie, nouilles, purée de sacs) - ces produits augmentent fortement l'indice glycémique et augmentent le risque de troubles métaboliques;
  • donner la préférence à des produits riches en fibres végétales - bouillies à base de céréales, les légumes, la qualité des pâtes de matière première (cellulose utile pour tout enceinte - il stimule le fonctionnement de l'appareil digestif et ralentit l'absorption des composés de lipides dans le sang);
  • la source préférée de protéines est la viande diététique (dinde, poulet, poisson);
  • réduire la quantité de graisse animale;
  • faire cuire pour un couple, faire cuire, cuire au four, mais ne pas utiliser une poêle à frire;
  • cuire à l'huile végétale;
  • assurez-vous que le corps reçoit la quantité nécessaire de liquide - au moins 2 litres par jour (buvez du thé vert, des jus, de l'eau minérale);
  • les aliments doivent être aussi variés et utiles que possible: s'il n'y a pas suffisamment de vitamines et d'autres composés utiles, utilisez des complexes vitaminiques spéciaux.

Les aliments peu caloriques (légumes frais sous forme pure ou en salade) peuvent être consommés pendant les collations et dans les situations où vous devez satisfaire votre faim sans avoir besoin de calories supplémentaires. Un menu plus détaillé est constitué par des spécialistes en diétothérapie ou en endocrinologie.

La teneur quotidienne en calories est réduite grâce aux lipides et aux glucides digestibles. Si le taux de corps cétoniques dans l'urine résultant d'un tel régime augmente, la réduction des composés glucidiques est alors trop radicale. Calculez la quantité exacte de glucides dans le régime aidera votre médecin.

Toute violation des processus métaboliques pendant la grossesse - une occasion pour aller à la clinique et subir un examen complet. Ne pensez pas que la maladie se stabilise: même si cela se produit, les pathologies endocriniennes peuvent à nouveau se faire sentir et se transformer en diabète de type II à part entière. Par conséquent, il est préférable d'éliminer les violations des processus métaboliques dans leur première étape.

Diabète gestationnel - facteurs de risque, caractéristiques du traitement et effets sur le développement du fœtus

Selon la définition, le diabète sucré est une violation du métabolisme glucidique, découverte pour la première fois pendant la grossesse. Le diabète des femmes enceintes survient chez environ 3 à 6% de toutes les femmes qui attendent un enfant.

Chez 30% des femmes, le diabète se répète au cours de la prochaine grossesse. Il commence généralement à la cinquième ou sixième mois de grossesse (24-28 semaines) et disparaît généralement peu de temps après la naissance, mais dans 30-45% des femmes peut être associée à un risque accru de développer un diabète de type 2.

Grossesse et diabète

Dans le processus de la digestion, le tube digestif décompose les glucides en sucres simples tels que l'amidon, le saccharose ou le glucose. Ensuite, le glucose est absorbé dans le sang. Il insuline, une hormone produite par le pancréas est molécules de glucose et « poussées » eux dans les cellules afin qu'ils puissent être utilisés comme source d'énergie.

Si le corps produit trop peu d'insuline ou si les cellules ne réagissent pas correctement, le sucre commence à s'accumuler dans le sang.

Carte de diabète des femmes enceintes

Dans le développement du diabète sucré chez la femme enceinte la clé est les changements hormonaux qui se produisent dans le corps. Pendant la grossesse, les cellules deviennent plus résistantes à l'insuline - et elles ne "laissent" pas volontairement pénétrer le glucose et par conséquent, la demande pour cette hormone augmente.

Pour la plupart des femmes, ce n'est pas un problème - le pancréas augmente simplement la production d'insuline. Cependant, il arrive que le pancréas ne supporte pas la libération de plus d'insuline.

Chez la plupart des femmes après l'accouchement, l'auto-guérison du diabète gestationnel est observée et le taux de glucose redevient normal.

Causes et facteurs de risque du diabète maternel

Les chercheurs diffèrent de manière significative dans l'évaluation des causes du diabète chez les femmes enceintes. Pour comprendre les causes de ce trouble, vous devez examiner attentivement le processus de métabolisme de la molécule de glucose dans le corps.

Quand diabète pendant la grossesse Le corps de la femme produit des quantités suffisantes d'insuline, mais l'action de l'insuline bloquent partiellement les autres hormones, dont le nombre est considérablement augmenté pendant la grossesse (ceux-ci comprennent, par exemple, la progestérone, la prolactine, l'oestrogène, le cortisol).

Il y a un développement de la résistance à l'insuline, c'est-à-dire que la sensibilité des cellules à l'action de l'insuline diminue. Les cellules pancréatiques produisent une quantité croissante d'insuline pour maintenir une glycémie normale malgré des conditions défavorables.

En conséquence, en règle générale, environ 24 à 28 semaines de grossesse, leur surcharge se produit et la perte de contrôle sur le métabolisme des glucides. Et à mesure que le placenta se développe, de plus en plus d'hormones sont produites, ce qui augmente la résistance à l'insuline. Le niveau de sucre dans le sang dépasse les normes actuelles. Cette condition s'appelle hyperglycémie.

Causes du diabète de grossesse Complexe et pas entièrement compris. Il est clair que dans le corps d'une femme enceinte, il existe de nombreux changements fonctionnels et adaptatifs qui, chez certaines femmes, peuvent entraîner une augmentation du taux de sucre (glucose) dans le sang.

Le diabète sucré peut survenir chez toute femme enceinte, mais il existe certaines facteurs de risque, qui augmentent le risque de développer un diabète sucré.

Ces facteurs comprennent:

  • avoir plus de 35 ans;
  • multiplicité
  • naissance prématurée dans le passé pour des raisons inconnues;
  • l'apparence d'un enfant présentant des anomalies congénitales;
  • naissance d'un enfant pesant plus de 4 kg lors d'une grossesse précédente;
  • l'obésité;
  • diabète sucré de type 2, ou diabète de femmes enceintes dans la famille;
  • le diabète des femmes enceintes lors d'une grossesse précédente;
  • l'hypertension.

Facteurs qui réduisent le risque de diabète chez les femmes enceintes

Certains médecins estiment que parmi un certain groupe de femmes enceintes, vous pouvez refuser de faire un diagnostic de diabète chez les femmes enceintes.

Pour être dans ce groupe, toutes les conditions suivantes doivent être remplies:

  • avoir moins de 25 ans;
  • avoir le poids correct;
  • pas entrer dans un groupe racial ou ethnique à un risque élevé de diabète (espagnol, africains, amérindiens et citoyens sud-américains, des représentants de l'Asie du Sud ou de l'Est, les îles du Pacifique, les descendants de la population indigène de l'Australie);
  • Ne pas avoir de parents proches dans la famille avec le diabète;
  • ne jamais avoir jamais fixé un taux trop élevé de sucre dans le sang;
  • ne pas avoir les complications détectées, caractéristiques du diabète sucré des femmes enceintes lors de grossesses précédentes et d'un enfant ayant un poids de naissance supérieur à 4-4,5 kg.

Comment le diabète affecte la grossesse

Le diabète sucré non contrôlé, qu'il soit apparu seulement après le début de la grossesse ou a été découvert plus tôt, augmente le risque de fausse couche. Les enfants recevant trop de glucose du corps de la mère souffrent d'obésité, de macrosomie, c'est-à-dire d'hypertrophie intra-utérine.

Ce trouble est qu'un enfant grandit trop dans l'utérus. Les enfants pesant plus de 4 à 4,5 kg constituent l’un des critères de la macrosomie. Les enfants présentant cette déficience ont un aspect caractéristique - souvent, le corps est beaucoup plus grand que la tête, la peau est enflammée et le pelage des oreillettes apparaît également.

Les naissances par voie naturelle ne sont pas recommandées si un enfant souffre de macrosomie. Malheureusement, en plus des blessures, un enfant atteint de macrosomie est également exposé à une encéphalopathie, c'est-à-dire à des dommages au cerveau. L'encéphalopathie conduit à un retard mental ou à la mort d'un enfant.

De plus, l'enfant est exposé à une hypoglycémie sévère (ce qui peut conduire à un coma diabétique), polyglobulie (c.-à un niveau trop élevé de globules rouges (hématies)) et hyperbilirubinémie (niveaux trop élevés de bilirubine dans le sang).

La macrosomie augmente le risque d'autres maladies à la fin de la vie de l'enfant. Ce sont des problèmes associés au surpoids et à l'obésité, au syndrome métabolique, à l'hypertension, à la tolérance au glucose, à la résistance à l'insuline.

Diabète maternel augmente le risque d'apparition de l'enfant, ainsi que les anomalies congénitales telles que:

  • malformations cardiaques;
  • anomalies rénales;
  • défauts du système nerveux;
  • déficiences du tractus gastro-intestinal;
  • des carences dans la structure des membres.

Un diabète non contrôlé ou non diagnostiqué peut causer:

  • polyhydramnios;
  • œdème;
  • infection des voies urinaires;
  • pyélonéphrite;
  • empoisonnement de la grossesse.

Comment le diabète affecte-t-il l'accouchement?

Si l'enfant présente une macrosomie, qui peut être facilement détectée par échographie, les naissances naturelles deviennent dangereuses pour les femmes et le fœtus.

Grands enfants incapables de passer par les marques de naissance naturelles. Par conséquent, le problème commun est la durée du travail et même leur arrêt. Chez les mères présentant une hypertrophie intra-utérine, une atonie secondaire de l'utérus, des lésions du canal génital et même des ruptures peuvent survenir.

Les complications concernent le fœtus lui-même, qui est plus enclin aux traumatismes lors de l'accouchement de manière naturelle.

  • incohérence des épaules et paralysie associée du plexus brachial ou du nerf diaphragmatique;
  • épaule disloquée;
  • une fracture du sternum;
  • fracture des os de l'épaule.

Toutes les complications de la grossesse augmentent le risque de complications lors de l'accouchement. Pour les prévenir, il est nécessaire de se rappeler l'étude de la concentration de glucose pendant la grossesse et - en cas de détection du diabète - de normaliser le glucose au niveau souhaité jusqu'à la naissance.

Le traitement du diabète pendant la grossesse a un impact énorme sur l'évolution de la grossesse et de l'accouchement.

Diagnostic du diabète sucré chez la femme enceinte

L'étude des femmes enceintes est réalisée selon le schéma ADA. Il ne nécessite pas que le chercheur ne mange rien pendant un certain temps. Les tests sont effectués quels que soient les aliments que vous mangez et l'heure de la journée.

Lors de la première visite chez un gynécologue, chaque femme enceinte devrait vérifier la glycémie. Si le résultat n'est pas normal, l'étude doit être répétée. Un autre résultat déviant donne le droit de diagnostiquer le diabète.

Le test de dépistage consiste à consommer 50 g de glucose dissous dans 250 ml d'eau et au bout d'une heure (60 minutes) à mesurer la concentration de glucose dans le sang.

Le test doit être effectué à jeun:

  • le résultat obtenu est correct lorsque la concentration en glucose: 200 mg% indique un diabète.

Avec les résultats corrects de ces tests, la prochaine étude est menée à la semaine 32. Les résultats non normaux indiquent la probabilité de diabète.

Il arrive que le médecin saute le test de dépistage et prescrit immédiatement un test de tolérance au glucose par voie orale.

Traitement du diabète chez la femme enceinte

Dans le cas du diagnostic du diabète chez la femme enceinte, le traitement est effectué dans le but d'obtenir la concentration correcte de glucose dans le sang de la mère.

Le traitement commence par l'introduction d'un régime diabétique avec restriction des sucres simples. Si après un régime de 5 à 7 jours, la glycémie n'est pas atteinte, l'insulinothérapie est recommandée.

L'injection d'insuline est la réalité inévitable de la plupart des diabétiques

Licence photo: CC BY

Un diagnostic et un traitement précoces du diabète chez la femme enceinte peuvent prévenir l'apparition de complications indésirables pendant la grossesse, telles que:

  • prééclampsie;
  • infections du tractus gastro-intestinal;
  • césarienne;
  • la mort du fœtus;
  • maladies périnatales chez l'enfant.

Le traitement du diabète de grossesse repose sur l’introduction d’un régime alimentaire et la consommation éventuelle d’insuline.

Le diabète chez la femme enceinte

Le régime diabétique pendant la grossesse devrait être individuel et déterminé par:

  • poids corporel;
  • semaines de grossesse;
  • activité physique.

Une femme diabétique devrait consulter un diététicien ou un diabétologue qui choisira un programme de nutrition spécial pour elle. Cependant, les recommandations alimentaires de base sont les mêmes que pour les personnes atteintes de diabète de type 2.

Celles-ci comprennent:

  • manger à une certaine heure, toutes les 2-3 heures (de 4 à 5 repas par jour);
  • la nourriture ne devrait pas être abondante: petites portions;
  • Un régime avec diabète La maternité devrait être riche en fibres, dont la source est tout d'abord les aliments à base de céréales complètes, les légumes et les fruits;
  • dans le régime alimentaire doit être limité aux glucides rapides contenus dans les bonbons, les boissons gazeuses et autres produits;
  • la consommation de fruits devrait être réduite en raison de la teneur en sucres simples;
  • Évitez: les produits laitiers entiers, moule à fromage, les viandes grasses et les saucisses, les oiseaux gras (canards, oies), les abats, le beurre, la crème, la margarine solide, les produits de confiserie de type fast-food et autres aliments gras;
  • produits interdits à remplacer: pain complet et autres produits de grains entiers, produits laitiers demi-écrémé (en particulier les produits fermentés), viande maigre, volaille, poisson, bonne viande fumée, huile végétale, margarine molle et beaucoup de légumes;
  • dans le régime alimentaire de la mère devrait être la teneur en sel limitée jusqu'à 6 grammes par jour, vous devez donc limiter la consommation de viande, saucisses, conserves, fromage à pâte dure, plats cuisinés, les sauces, les mélanges et les épices telles que l'arrêt végétatif dosalivat nourriture sur une assiette;
  • rappelez-vous le bon ratio de nutriments dans l'alimentation, où la protéine devrait donner 15-20% d'énergie, les glucides avec un faible indice glycémique de 50-55% et les graisses 30-35%.

Si, après une semaine, un traitement avec un régime diabétique n'aide pas à normaliser la glycémie, vous devez commencer un traitement par l'insuline. Le but du traitement est de parvenir à un alignement optimal du métabolisme de la femme enceinte.

Application d'insuline pendant la grossesse

L'insuline pendant la grossesse, ses doses et la durée des injections, sont prises en tenant compte du taux de glucose dans le sang, du travail physique intensif, des habitudes alimentaires et de l'heure du repas. L'insuline est utilisée à la fois pour une action rapide et prolongée.

En conséquence, le site d'injection est également sélectionné. Le médecin détermine les doses constantes d'insuline afin de minimiser les fluctuations de la glycémie. Il est très important de respecter la période prescrite d'injection, de nutrition et d'activité physique.

L'insuline à action rapide est administrée 15 minutes avant les repas ou immédiatement après. Cette commande permet à l'insuline de fonctionner de manière optimale et évite les sauts brusques de l'hypoglycémie. Un effort physique accru nécessite une augmentation de la dose d'insuline. Une forte dose est également nécessaire si les cétones se trouvent dans l'urine ou dans le sang. Les maladies, y compris les vomissements et le refus de nourriture, ne sont pas exemptes d'insuline.

Femmes utilisant insulinothérapie pendant la grossesse, doit tenir compte de la possibilité d’hypoglycémie, même s’ils restent à un certain moment de l’injection.

Cela peut être causé par:

  • un passeport alimentaire;
  • une dose trop importante d'insuline;
  • trop peu de glucides dans les aliments;
  • augmentation de l'activité physique;
  • chauffage de la peau (dans ce cas, le taux d'absorption de l'insuline augmente).

En cas d'apparition des premiers symptômes, il est nécessaire de boire ou de manger quelque chose de sucré dès que possible.

Insuline pendant la grossesse: comment et pourquoi nommer

Le rôle de l'insuline

L'insuline est une hormone naturelle du corps humain produite par certaines régions du pancréas. La tâche principale de la substance endogène est de réguler la concentration de glucose dans le sang, en maintenant ses fluctuations dans les limites de la norme. À son tour, le glucose se forme dans l'organisme en réponse aux aliments sucrés ou glucidiques et, s'il est trop produit, il provoque une série de défaillances des processus internes. Pour éviter cela, le pancréas sécrète de l'insuline, ce qui favorise l'utilisation du glucose et ne contrôle pas simultanément le processus de sa synthèse dans le foie.

En outre, l'insuline favorise la transformation du glucose en matières grasses, en bloquant ses procédés de clivage et de stimuler le dépôt, contrôle la formation de protéines, favorise la conversion des glucides en énergie.

Causes de la carence en insuline pendant la grossesse

  • DM précédemment diagnostiqué (avant la conception).
  • Résistance à l'insuline La perte de sensibilité des tissus à la substance entraîne un manque de réponse. En conséquence, avec la production normale de l'hormone, les processus auxquels participe l'insuline échouent. Ce type de pathologie est similaire à la manifestation du diabète de type 2. Après l'accouchement, la résistance à l'insuline est rétablie dans la plupart des cas.
  • Synthèse insuffisante de l'hormone. Se produit dans le cas d'anomalies du pancréas. À la suite de la défaite de l'organisme, les cellules des îlots de Langerhans produisent moins d'insuline que nécessaire. Après l'accouchement, la charge sur la glande disparaît et, avec le temps, les processus de formation d'insuline sont rétablis.
  • Prédiabète. Cette condition dans laquelle le métabolisme des glucides est perturbé, la tolérance au glucose est réduite. La condition est déterminée par le niveau accru de glycémie après ingestion. La pathologie peut être formée avant la conception, mais se déroule en secret et ne se manifeste que pendant la grossesse. Avec une détection rapide et un traitement adéquat, le prédiabète est normalement contrôlé. Mais comme il ne passe pas après l'accouchement, la femme devra constamment contrôler l'état de la glycémie.
  • Le diabète. À en juger par les données cliniques, environ 3% des femmes ayant présenté une demande à la clinique après avoir passé les tests ont déjà développé une maladie. Il peut s'agir de 1 ou 2 types, ou d'une forme rare. Dans certains cas, les gynécologues peuvent recommander un avortement, car il existe un risque de fausse couche ou de graves conséquences pour l'enfant sous forme de malformations.

Les autres causes du diabète incluent: les anomalies génétiques des cellules et / ou les actions de l'insuline endogène, les maladies liées au VR, le diabète dû à l'action de médicaments ou de produits chimiques, diverses maladies qui augmentent les facteurs de diabète.

Insulinothérapie chez la femme enceinte

Après la découverte de méthodes pour obtenir de l'insuline, les médecins ont la possibilité de restaurer artificiellement les processus naturels dans l'organisme. À ce jour, il existe de nombreux types de substances obtenues à l'aide du génie génétique, de manière naturelle ou synthétique.

L'utilisation de ces médicaments peut simuler le fonctionnement normal du pancréas. Avant de manger, on injecte une courte insuline dont l'action est similaire à la réponse de l'hormone humaine à la prise alimentaire et l'insuline à action prolongée est une production basale qui se produit entre les repas. En outre, il existe un régime de base en bolus d'administration d'insuline, dans lequel il existe plusieurs manières de combiner des médicaments avec des temps d'action différents. Avec un schéma d'utilisation des médicaments bien choisi, une imitation qualitative de la fonction pancréatique est obtenue.

Chaque femme enceinte est sélectionnée de la manière la plus efficace pour contrôler la teneur en glucose. Si le schéma thérapeutique initial ne donne pas l’effet souhaité, le médecin doit en étudier les raisons et prescrire un nouveau traitement.

En général, les femmes enceintes devraient de préférence prescrire des médicaments d'origine génétique (solubles, biphasiques, isophane). Ils sont les plus proches dans leurs qualités d'une substance endogène, tandis que les insulines animales ou synthétiques peuvent déclencher non seulement des effets secondaires, mais également nuire au développement de l'enfant.

Types d'insuline

  • L'insuline soluble (humaine génétiquement modifiée) est un médicament à courte durée d'action. Il est approuvé pour une utilisation chez les femmes enceintes et allaitantes sans aucune restriction. Pendant le cours, il est recommandé de prendre en compte les besoins en insuline du corps en fonction de la période de gestation.
  • L'insuline isophane est un médicament humain (en suspension) - à action moyenne. Autorisé pour affectation sans restrictions.
  • Les insulines aspart et lispro - sont des analogues de l'hormone humaine, ont un effet ultra-court. Aspart est moins souvent prescrit aux femmes enceintes, car l'expérience de son utilisation est plutôt limitée et il n'y a pas d'image complète de son influence sur le développement de l'embryon ou du fœtus. Il est prescrit avec prudence pendant la gestation, pendant l'allaitement - sans restrictions. Les propriétés de l'insuline lispro n'ont pas été complètement élucidées jusqu'à la fin. L'expérience d'utilisation chez les femmes enceintes et allaitantes est limitée. Un rendez-vous éventuel devrait avoir lieu après une analyse approfondie de l'état et des indications du patient.
  • L'insuline glargine (identique à l'insuline humaine) a un effet durable. L'expérience de l'utilisation du médicament n'est pas suffisante. Mais les femmes qui l'ont piqué pendant la gestation, la nature de la grossesse et de l'accouchement ne différaient pas par rapport aux autres patients qui recevaient une insulinothérapie avec d'autres médicaments.

Besoins quotidiens d'un organisme en nombre d'insuline, provenant d'une sorte de diabète et d'une grossesse à terme, guidé par des parités:

  • SD-1: en 1 trimestre: ½ ED pour 1 kg de poids corporel, sur les autres durées - 0,7 ED pour 1 kg. Le schéma posologique recommandé est un schéma d'injection basale en bolus.
  • SD-2: l'utilisation de schémas traditionnels de thérapie à l'insuline est autorisée. Une injection répétée d'une courte action peut être administrée avant le déjeuner / dîner en fonction de la glycémie.

Le plus souvent pendant la grossesse, des préparations à ultra et à courte durée d'action sont prescrites. En plus des effets rapides sur les taux de glucose, ces médicaments sont également excrétés par l'organisme à un taux élevé. Avec leur aide, il est plus facile de contrôler les fluctuations diurnes de la glycémie. Il n'est pas recommandé d'administrer des médicaments d'action prolongée et prolongée (jusqu'à 24 heures) aux femmes enceintes, car celles-ci travaillent longtemps, et des différences de glycémie imprévisibles compliquent la conduite d'un contrôle supplémentaire.

But de l'insuline

Les données de laboratoire constituent la base de la prescription de médicaments imitant le fonctionnement du pancréas. Pour être en mesure de prescrire adéquatement un traitement pour une femme enceinte, les recommandations suivantes doivent être respectées:

  • Vérifiez le niveau de glycémie plusieurs fois par jour pendant toute la période de gestation. Les médecins recommandent de prendre des mesures 4 à 7 fois (à jeun, 1 à 2 heures après chaque repas, avant d'aller au lit).
  • Pour se concentrer sur les valeurs de la glycémie: avant les repas - 3,3-5,5 mmol / l, après - de 5,5 à 7,2 mmol / l.
  • Surveiller une fois tous les 1-3 mois le niveau de glycohémoglobine, en se concentrant sur ses indices d'au moins 6,5%.
  • Effectuer le plus tôt possible une échographie du fœtus pour déterminer correctement la durée de la grossesse et déterminer plus précisément les paramètres du futur enfant, nécessaires pour une observation et une comparaison ultérieures.
  • Les femmes qui avaient eu le diabète avant la conception devaient subir une échographie à 18-22 semaines, faire un ECG du fœtus pour vérifier la présence / l'absence d'anomalies dans le développement.
  • Selon le niveau de glycémie, il convient de le vérifier toutes les 1-2 semaines avant la 34e semaine de grossesse, inclusivement. Après cette période, il est nécessaire d'être inspecté chaque semaine.
  • Si la future mère a peu de contrôle ou mal déterminé la date de conception et dont l'accouchement est prévu avant 39 semaines, il est nécessaire de vérifier régulièrement le développement des poumons d'un futur enfant.

Les indications pour effectuer l'insulinothérapie sont les indications de la glycémie:

  • Jeûne avec inefficacité du régime - plus de 5 mmol / l
  • Après 1 heure après avoir mangé - plus de 7,8 mmol / l, après 2 heures - plus de 6,7.

L'insuline peut être affecté et si les indices glycémiques dans la plage normale, mais l'échographie a montré un développement anormal du fœtus, ou une tendance à augmenter polyhydramnios.

Si endocrinologue décidera de la nomination de l'insuline, la grossesse est effectué un stage de formation sur la glycémie auto-surveillance, tenir un journal. En outre, une femme devrait avoir un outil d'autogestion du diabète, et si elle ne dispose pas de vérifier personnellement la concentration de glucose, puis - sur une base régulière à tester dans un laboratoire (6-12 et plus de tests par semaine).

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Actovegin - instructions pour l'utilisation, les examens et analogues de médicaments pour le traitement des troubles métaboliques et vasculaires du cerveau, des tissus trophiques.

Le problème d'un taux de glucose élevé dans le sang ne concerne pas seulement les diabétiques qui luttent contre cette maladie à vie: une maladie comme celle-ci se développe souvent pendant la grossesse chez les femmes.

Aujourd'hui, nous parlerons du traitement du diabète avec des remèdes populaires.Une telle maladie complexe et grave du système endocrinien, comme le diabète, nécessite un traitement complexe.