loader

Principal

Les causes

Diabète sucré gestationnel ou gestationnel pendant la grossesse

Habituellement, la grossesse pour une femme est un moment de bienvenue et de joie. Hélas, parfois pendant cette période critique apporte la santé.

Un des problèmes possibles est le diabète gestationnel (GDD), qui est dû à des troubles métaboliques pendant la grossesse. Ce problème inquiète beaucoup de femmes plus justes, car chacune des femmes se soucie de la santé de leur enfant avant sa naissance.

Description de la pathologie

Il y a un diabète gestationnel (gestose) pendant la grossesse. La maladie est exprimée par la quantité constamment accrue de sucre dans le sang, ce qui peut avoir des conséquences négatives sur la santé de la femme enceinte et du fœtus. Il y a une violation du métabolisme et de la tolérance au glucose, ce qui provoque un diabète sucré "inférieur" chez les femmes enceintes dans 4% des cas. Dans ce cas, la moitié du sexe plus juste, qui a cette pathologie, il y a au cours de la vie un véritable diabète de type 2.

Habituellement, après avoir mangé, la quantité de glucose dans le sang augmente, et si la femme ne mange pas, sa performance reste normale. Le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse indique qu'une personne présente un risque accru de développer un diabète de type 2 à l'avenir. Souvent, la pathologie est détectée par les médecins dans la seconde moitié de la grossesse, mais elle survient généralement après l'accouchement lui-même. Pour produire un enfant en bonne santé, vous devez constamment maintenir le glucose dans des limites normales.

Causes du diabète

À la vingtième semaine de grossesse, le sang des femmes commence à produire activement de l'hormone insuline. Cela est dû à l'opposition à l'action d'autres hormones produites par le placenta. Ce phénomène est appelé "diabète des femmes enceintes" ou résistance à l'insuline.

Le placenta est l'organe par lequel le fœtus reçoit l'oxygène et la nutrition de la mère. Il produit des hormones qui contribuent à la préservation de la grossesse. Et l'œstrogène et le cortisol inhibent l'activité de l'insuline à la vingtième semaine de grossesse. Par conséquent, le corps d'une femme commence à produire beaucoup plus pour maintenir la concentration normale de sucre et si le pancréas ne fait pas face à cette tâche, il y a un diabète gestationnel.

Un pourcentage élevé de glucose dans le corps contribue à la perturbation des processus métaboliques chez la femme et le futur enfant, car le glucose dans le placenta pénètre dans le fœtus, contribuant ainsi à augmenter le fardeau de la PJ. Ce corps commence à travailler intensivement et libère également plus d'insuline, ce qui décompose le glucose et le transforme en graisse. Par conséquent, le poids du fœtus augmente plus rapidement que prévu, ce qui entraîne une hypoxie due au manque d'oxygène et à la masse excessive du corps de l'enfant.

Si, pendant la gestation du fœtus, la concentration de sucre dans le corps à jeun est supérieure à 6 mmol / l, il est recommandé d'effectuer une enquête pour un diagnostic précis.

Facteurs de risque

Toutes les femmes enceintes ne souffrent pas de diabète gestationnel. Il existe une prédisposition héréditaire dont le mécanisme est déclenché lorsque certaines circonstances se présentent. Le diabète pendant la grossesse complique son évolution dans 10% des cas. Les personnes qui présentent de tels signes courent un risque élevé d'apparition d'une maladie:

  • l'âge de plus de trente ans;
  • obésité sévère, troubles métaboliques;
  • ovaire polykystique;
  • présence de diabète de tout type chez les parents;
  • Diabète sucré lors d'une grossesse précédente;
  • la naissance d'un grand enfant lors d'une grossesse antérieure ou la présence de défauts dans son développement;
  • fausse couche plus de trois fois;
  • toxicose sévère au cours de la grossesse précédente;
  • maladies du système cardiovasculaire;
  • les hautes eaux, la mortinatalité dans l'anamnèse.

Moins sensibles à la maladie sont le sexe plus juste, moins de vingt-cinq ans qui ont un poids corporel normal, et une précédente grossesse et l'accouchement est allé sans complications, ainsi que ceux qui ont pas d'antécédents familiaux.

Symptomatique du diabète gestationnel

Habituellement, les femmes ne soupçonnent pas qu'elles souffrent d'une maladie telle que le diabète gestationnel, car souvent la maladie ne se manifeste pas. Pour cette raison, il est si important de diagnostiquer la pathologie en temps opportun.

En cas de pathologie de sévérité modérée, la future mère peut observer l'apparition de tels symptômes:

  • soif et faim constantes;
  • mictions fréquentes;
  • vision altérée.

Souvent, ces signes ne sont pas pris en compte, car la soif et la faim sont des compagnons fréquents de la grossesse.

Dans les cas graves, on peut observer:

  • diminuer ou augmenter le poids sans raisons évidentes;
  • se sentir fatigué, sec dans la bouche;
  • vision floue
  • démangeaisons de la peau et des muqueuses.

Comme vous pouvez le constater, le diabète sucré pendant la grossesse présente les mêmes symptômes que le diabète de type 1 ou de type 2 habituel.

Complications et conséquences du diabète

Chaque future mère devrait savoir ce qui est dangereux pour le diabète pendant la grossesse. Habituellement, le diabète gestationnel se développe moins tôt que la vingtième semaine de grossesse, si cela se produisait plus tôt, puis parlait d'une maladie auparavant inaperçue. Au fait, nous avons déjà écrit comment se comporter avec la future mère atteinte de vrai diabète. Chez les femmes enceintes dans les cas fréquents, il y a une toxicose tardive, une augmentation de la pression artérielle, des troubles du débit sanguin cérébral, l'apparition d'œdèmes. Souvent, les futures mères développent une infection des voies génitales.

Si vous ne maintenez pas constamment le taux de sucre dans le sang d'une femme, il peut y avoir des complications et des conséquences négatives pour le fœtus et la future mère.

Les médecins devraient expliquer aux futures mères à quel point le diabète gestationnel est dangereux. Souvent, des maladies telles que la gestose, l’insuffisance foetoplacentaire ou l’hypotrophie foetale peuvent se développer. Une femme enceinte peut avoir une acidocétose, une infection des voies génitales pouvant entraîner une naissance prématurée. Dans certains cas, il existe une perturbation de la vue et de l'activité des reins, ainsi que de la circulation sanguine. En conséquence, la femme enceinte peut présenter une faiblesse du travail qui, associée à un fœtus important, entraînera une césarienne. Après l'accouchement, le diabète sucré chez la femme enceinte peut déclencher l'apparition de maladies infectieuses.

Conséquences pour l'enfant

Le diabète sucré pendant la grossesse a souvent des conséquences défavorables pour le bébé. Le fœtus reçoit du glucose à travers le placenta, mais ne reçoit pas toujours l'insuline. Un pourcentage élevé de glucose sans insuline fœtale devient la cause des anomalies du développement. Un enfant peut naître avec des anomalies congénitales du cœur, du cerveau, des troubles respiratoires, des conditions hypoglycémiques.

le diabète gestationnel après le travail peut avoir des répercussions sous forme de foetopathie diabétique qui semble changer le corps de la proportionnalité, l'enfant en surpoids, la présence de son grand pourcentage de graisse corporelle, la viscosité sanguine améliorée, conduisant à la formation de caillots sanguins. C'est pourquoi il est si important d'identifier la maladie à temps pour suivre son cours.

Si l'échographie montre un foetus de grande taille, le médecin décide souvent de provoquer un accouchement prématuré afin d'éviter de traumatiser la femme. Le principal danger est qu'un gros fruit peut se révéler immature. À l'avenir, cela entraîne souvent un retard dans le développement du bébé et d'autres problèmes de santé.

Diagnostic du diabète chez la femme enceinte

Il est nécessaire de diagnostiquer le diabète à temps pendant la grossesse. Pour ce faire, le médecin de chaque trimestre désigne un test sanguin pour le sucre. Normalement, chez une personne en bonne santé, il ne doit pas dépasser 5,1 mmol / l. Si les résultats du diagnostic sont plus élevés, le médecin oriente le test de tolérance au glucose. Tout d'abord, une femme prend du sang pour un examen à jeun, puis une heure après, elle boit un verre d'eau avec du sucre. Si les femmes enceintes montrent des signes de diabète sucré gestationnel, le test est répété deux semaines plus tard pour un résultat plus précis.

Le médecin pose le diagnostic de «diabète gestationnel» lorsque la glycémie est supérieure à la norme à jeun, 10 mmol / l après une heure après la réception de l’eau douce et 8,5 mmol / l en deux heures.

Préparation et analyse

L'étude du sang est réalisée avec l'effort physique et l'alimentation habituels. Le sang pour le diagnostic est pris du doigt.

En outre, une femme en position devrait faire un test spécial pour l’assimilation du glucose par son corps. Ce diagnostic est effectué plusieurs fois au sixième mois de la grossesse. Pour l'étude nécessite un plasma de sang, qui est pris sur un estomac vide. Parfois, vous aurez peut-être besoin d'un test d'hémoglobine glyquée, qui indique la quantité de glucose au cours des dix derniers jours. Si les résultats du test ne dépassent pas les valeurs normales, le test est répété à la vingt-huitième semaine du port de l'enfant.

Le test implique le respect de certaines règles:

  1. Vous ne pouvez pas changer le régime habituel et réduire l'activité physique trois jours avant l'étude.
  2. L'analyse est effectuée après quatorze heures après le dernier repas.
  3. Après avoir pris le matériel, vous devez utiliser de l'eau douce et passer un deuxième test en une heure.

Dans certains cas, le diagnostic peut indiquer la présence d'une hypoglycémie accompagnée d'une diminution des taux de glucose. Il est généralement associé à la famine. Les médecins ne recommandent pas d'éviter de longues pauses entre la consommation d'aliments, le régime alimentaire pour perdre du poids, comme on peut améliorer l'absorption du glucose par les cellules, ce qui ce qui concerne les problèmes dans le développement du fœtus.

Souvent, les analyses peuvent indiquer une condition limite, indiquant un risque élevé de pathologie. Ensuite, vous devez surveiller en permanence vos numérations sanguines.

Lorsque le diabète gestationnel pendant la grossesse, le médecin observe la femme, lui prescrit des recommandations et un traitement appropriés, ce qui réduit le risque de développement de pathologies chez l'enfant jusqu'à 1%.

Traitement de la maladie

Si la future mère est atteinte de diabète gestationnel, l'endocrinologue élabore un schéma thérapeutique. Il propose une thérapie individuelle complexe, à laquelle une femme doit adhérer avant la naissance d'un enfant. Les activités thérapeutiques comprennent:

  1. Nutrition complète avec diabète gestationnel.
  2. Activité physique
  3. Surveillance quotidienne régulière de la glycémie.
  4. Analyse d'urine continue pour les corps cétoniques.
  5. Mesure régulière de la pression artérielle.

Lorsque toutes les prescriptions d'un médecin sont prescrites pour le traitement du diabète sucré gestationnel, les femmes ne présument pas l'utilisation d'un traitement médicamenteux. Parfois, un traitement à l'insuline peut être nécessaire. Les comprimés destinés à abaisser la glycémie chez la femme enceinte sont contre-indiqués. Habituellement, les médecins prescrivent des injections.

Ce type de diabète est appelé gestationnel, car il est observé pendant la grossesse. Sa particularité est le fait que le diabète passe par lui-même après la naissance. Si le représentant du sexe faible avait une telle maladie, il est plus susceptible de développer un véritable diabète six fois. Il est nécessaire d'observer les patients après l'accouchement. Six semaines après la naissance, les médecins recommandent de passer un diagnostic de métabolisme. Le contrôle doit être effectué au moins une fois par an. S'il n'y a pas de signes de maladie, le diagnostic est effectué tous les trois ans.

Régime de diabète

L'alimentation dans le diabète gestationnel enceinte est obligatoire. Dans l'alimentation quotidienne d'une future mère, les glucides, les graisses et les protéines devraient être présents de la même manière. Ceux qui ont un excès de poids, recommandent de réduire et de stabiliser, des mesures pour cela doivent être appliquées et non pas rigides.

Le régime alimentaire suppose une consommation modérée de bonbons et de farine lors du diabète gestationnel de la grossesse. Il est préférable de ne pas manger de fruits et de légumes. Il est recommandé de remplacer une partie de la graisse par des fibres. En outre, vous devez boire une quantité suffisante de liquide s'il n'y a pas de problèmes rénaux.

Mangez de petits repas environ six fois par jour. La teneur en calories de l'alimentation devrait être d'environ trente kilocalories par kilogramme de poids corporel, soit avant la grossesse. Un régime avec le diabète gestationnel n'est pas difficile, en y adhérant, une femme réduit le risque de traiter la maladie avec des injections d'insuline.

Accouchement en présence de maladie

La GDD peut avoir des conséquences négatives lors de l'accouchement. Un enfant peut naître grand, si souvent le médecin nomme une césarienne afin que la femme ne se blesse pas pendant le travail.

Un enfant apparaît dans le monde avec une faible glycémie, mais il n’est pas nécessaire de l’augmenter, il finira par revenir à la normale par lui-même. Le personnel de maternité doit surveiller régulièrement cet indicateur.

Une fois que la femme a donné naissance à l'enfant, elle doit toujours respecter le régime pendant un certain temps pour finaliser la normalisation du glucose dans le corps.

Mais si les recommandations et le traitement pendant la grossesse étaient violés, le bébé observe souvent une fœtopathie diabétique, dont les signes incluent:

  • gonflement des tissus mous;
  • la jaunisse;
  • désorganisation des proportions du corps;
  • pathologie du système respiratoire;
  • coagulabilité accrue du sang.

Pronostic et prévention

Le diabète gestationnel passe presque toujours après l'accouchement. Mais les médecins recommandent de subir une seconde enquête pour la présence de la pathologie dans six semaines. Si la maladie n'est pas détectée, le test devrait avoir lieu tous les trois ans.

La meilleure mesure préventive consiste à suivre un régime qui consiste à limiter la consommation de bonbons et de farine. Il est également nécessaire de faire des exercices physiques pour faire des promenades régulières au grand air.

En outre, les femmes qui savent ce qu'est le diabète gestationnel doivent, avec une grande responsabilité, planifier la prochaine grossesse au plus tôt deux ans après l'accouchement, car il existe un risque de conséquences négatives.

Pour réduire le risque de la maladie, vous devez surveiller votre poids, faire de l'exercice, faire régulièrement des analyses de sang.

Tout médicament qu'une femme doit prendre après une conversation avec un médecin, car certains médicaments peuvent contribuer à l'apparition du diabète gestationnel.

L'émergence de la maladie pendant la grossesse peut difficilement être évitée. Les conséquences de la pathologie peuvent devenir négatives si les recommandations et les prescriptions du médecin traitant ne sont pas respectées. Dans les cas fréquents, le pronostic de l'affection est favorable avec l'approche correcte du traitement. Une approche spéciale est nécessaire pour planifier une nouvelle grossesse.

Pour les femmes enceintes, le diabète gestationnel n'est pas une phrase fatale, généralement une maladie survient après le travail. Le respect des mesures préventives à l'avenir réduit considérablement la possibilité de formation de vrai diabète. Une femme enceinte devrait surveiller de près sa santé.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Le diabète gestationnel est un type de diabète qui survient exclusivement chez les femmes pendant la grossesse. Après un accouchement, après un certain temps, il passe généralement. Cependant, si une telle violation n'est pas traitée, le problème peut se transformer en une maladie grave - le diabète de type 2 (et il s'agit d'une masse de complications et de conséquences désagréables).

Chaque femme en début de grossesse est inscrite à la consultation des femmes sur le lieu de résidence. Grâce à cela, pendant toute la période de prise en charge de l'enfant, la santé de la femme et de son fœtus est observée par des spécialistes, et des contrôles périodiques du sang et de l'urine sont obligatoires pour la surveillance.

Si tout d'une augmentation soudaine de glucose détecté dans l'urine ou le sang, une unité d'un tel cas ne devrait pas provoquer la panique ou de toute peur, parce que la maternité est considérée comme la norme physiologique. Si les résultats des tests ont montré plus de deux de ces cas, avec glycosurie (sucre dans l'urine) ou d'hyperglycémie (sucre dans le sang) trouvé pas après un repas (ce qui est la norme) et pris sur un estomac vide dans l'analyse, il est possible de parler de diabète gestationnel grossesse.

Causes du diabète gestationnel, risques et symptômes

Selon les statistiques, environ 10% des femmes souffrent de complications pendant la grossesse et parmi elles, il existe un groupe à risque, dans lequel le diabète gestationnel est possible. Celles-ci incluent les femmes:

  • avec une prédisposition génétique,
  • avec excès de poids ou obésité,
  • avec des maladies ovariennes (par exemple, polycystose),
  • avec grossesse et accouchement à l'âge de 30 ans,
  • avec des naissances antérieures accompagnées de diabète sucré gestationnel.

Il peut y avoir plusieurs raisons à l'apparition de la GDD, mais cela est principalement dû à une violation de la fidélité au glucose (comme dans le cas du diabète de type 2). Cela est dû à un stress accru chez les femmes enceintes sur le pancréas, qui ne peuvent pas faire face à la production d'insuline, à savoir, il contrôle le taux normal de sucre dans le corps. "Le coupable" de cette situation est le placenta, qui sécrète des hormones qui résistent à l'insuline, tout en augmentant le taux de glucose (résistance à l'insuline).

« Confrontation » hormones du placenta insuline se produit habituellement à 28-36 semaines de grossesse, et, en règle générale, cela est dû à la diminution de l'activité physique, ce qui peut être expliqué plus et le gain de poids naturel pendant la gestation.

Les symptômes du diabète gestationnel pendant la grossesse sont les mêmes que ceux du diabète de type 2:

  • soif accrue,
  • manque d'appétit ou sensation constante de faim,
  • la survenue d'un malaise dû à une miction fréquente,
  • augmentation possible de la pression artérielle,
  • vision altérée.

S'il y a au moins un des symptômes ci-dessus, ou si vous êtes à risque, assurez-vous d'informer votre gynécologue, donc il vous a examiné le HSD. Le diagnostic définitif est non seulement en présence d'un ou plusieurs symptômes, mais aussi sur la base des tests qui doivent être corrects pour passer, mais il a besoin de consommer des produits qui font partie de votre menu du jour (ne pas les changer avant l'analyse de la livraison!) Et mener une vie normale.

La norme pour les femmes enceintes sont les suivantes:

  • 4-5,19 mmol / litre - sur un estomac vide,
  • pas plus de 7 mmol / litre - 2 heures après avoir mangé.

Lorsque les résultats douteux (à savoir, une légère augmentation) le test est effectué avec la charge de glucose (après 5 minutes après que le patient à jeun de test boire un verre d'eau dans laquelle on dissout 75 g de glucose sec) - pour la détermination exacte du diagnostic probable de GDM.

Diabète gestationnel: quels sont les symptômes et comment menace-t-il la femme enceinte et l'enfant?

La grossesse est une période de charge fonctionnelle accrue pour la plupart des organes d'une femme enceinte. Dans ce cas, un certain nombre de maladies peuvent se décompenser ou de nouvelles conditions pathologiques peuvent apparaître. Un de ces troubles particuliers à la grossesse est le diabète sucré gestationnel. Cela ne constitue généralement pas une menace significative pour la vie de la future mère. Mais en l'absence d'un traitement adéquat, le diabète gestationnel affecte négativement le développement intra-utérin de l'enfant et augmente le risque de mortalité infantile précoce.

Qu'est-ce que le diabète?

Le diabète est la maladie endocrinienne avec une perturbation marquée, principalement du métabolisme des glucides. Son principal mécanisme pathogénique est l'insuffisance absolue ou relative de l'insuline - une hormone produite par des cellules spéciales du pancréas.

La carence en insuline peut être basée sur:

  • diminution du nombre de cellules β des îlots de Langerhans dans le pancréas responsables de la sécrétion d'insuline;
  • violation du processus de conversion de la proinsuline faiblement active en une hormone active mature;
  • la synthèse d'une molécule d'insuline anormale avec une séquence d'acides aminés modifiée et une activité réduite;
  • modification de la sensibilité des récepteurs cellulaires à l'insuline;
  • augmentation de la production d'hormones dont l'action s'oppose aux effets de l'insuline;
  • incohérence de la quantité de glucose entrant produite par le pancréas de l'hormone.

L'effet de l'insuline sur le métabolisme des glucides est dû à la présence de récepteurs spécifiques des glycoprotéines dans les tissus dépendants de l'insuline. Leur activation et leur transformation structurelle ultérieure entraînent une augmentation du transport du glucose dans les cellules avec une diminution du taux de sucre dans le sang et dans les espaces intercellulaires. En outre, l'action de l'insuline stimule à la fois l'utilisation du glucose avec la libération d'énergie (processus de la glycolyse) et son accumulation dans les tissus sous forme de glycogène. Le dépôt principal dans ce cas est la musculature du foie et du squelette. La libération de glucose à partir du glycogène se produit également sous l'action de l'insuline.

Cette hormone affecte le métabolisme des graisses et des protéines. Il a un effet anabolisant, inhibe la désintégration des graisses (lipolyse) et stimule la biosynthèse de l'ARN et de l'ADN dans toutes les cellules insulino-dépendantes. Par conséquent, avec une faible production d'insuline, une modification de son activité ou une diminution de la sensibilité des tissus, des perturbations métaboliques à multiples facettes se produisent. Mais les principaux signes du diabète sont des modifications du métabolisme des glucides. Dans le même temps, il y a une augmentation du taux de glucose de base dans le sang et l'apparition d'un pic excessif de sa concentration après avoir mangé et chargé le sucre.

Le diabète décompensé entraîne des troubles vasculaires et trophiques dans tous les tissus. Dans ce cas, même les organes indépendants de l'insuline (reins, cerveau, cœur) souffrent. L'acidité des principaux secrets biologiques change, ce qui contribue au développement de la dysbactériose du vagin, de la cavité buccale et des intestins. La fonction de barrière de la peau et des muqueuses diminue, l'activité des facteurs de défense immunitaires locaux est supprimée. En conséquence, avec le diabète sucré, le risque de maladies infectieuses et inflammatoires de la peau et du système génito-urinaire, les complications purulentes et la perturbation des processus de régénération sont considérablement augmentés.

Types de maladie

Il existe plusieurs variétés de diabète. Ils diffèrent les uns des autres en ce qui concerne l’étiologie, les mécanismes pathogéniques de la carence en insuline et le type de flux.

  • le diabète sucré de type 1 avec déficit absolu en insuline (affection incurable liée à l'insuline) est dû à la mort cellulaire des îlots de Langerhans;
  • Diabète sucré de type 2 caractérisé par une résistance à l'insuline des tissus et une sécrétion d'insuline altérée;
  • diabète gestationnel, avec une hyperglycémie d'abord diagnostiquée pendant la grossesse et généralement après l'accouchement;
  • D'autres formes de diabète, en raison des troubles endocriniens combinés (endocrinopathie) ou un dysfonctionnement des infections du pancréas, les intoxications, l'exposition au médicament, une pancréatite, maladies auto-immunes ou de maladies génétiquement déterminées.

Les femmes enceintes doivent faire la distinction entre le diabète gestationnel et la décompensation du diabète sucré préexistant.

Caractéristiques du diabète gestationnel

La pathogenèse du développement du diabète chez la femme enceinte comprend plusieurs composants. Le rôle le plus important est joué par le déséquilibre fonctionnel entre l’action hypoglycémiante de l’insuline et l’effet hyperglycémiant d’un groupe d’autres hormones. L'augmentation progressive de la résistance à l'insuline des tissus aggrave le tableau de la déficience relative en insuline. Un manque d'exercice, une augmentation du poids corporel avec une augmentation du pourcentage de tissu adipeux et une augmentation souvent marquée du contenu calorique total des aliments deviennent des facteurs de provocation.

Le contexte des troubles endocriniens pendant la grossesse sont des changements métaboliques physiologiques. Déjà dans les premiers stades de la gestation, il y a une réorganisation du métabolisme. En conséquence, avec le moindre signe de diminution de la consommation de glucose au niveau du fœtus, la voie principale du métabolisme énergétique des glucides passe rapidement à une voie lipidique de réserve. Ce mécanisme de protection est appelé phénomène de jeûne rapide. Il assure le transport constant du glucose à travers la barrière fœtoplacentaire, même lorsque les réserves de glycogène disponibles et le substrat de gluconéogenèse dans le foie de la mère sont épuisés.

Au début de la grossesse, un tel ajustement métabolique est suffisant pour répondre aux besoins énergétiques de l'enfant en développement. À l'avenir, il se développera une hypertrophie des cellules β des îlots de Lagnergan et une augmentation de leur activité fonctionnelle afin de surmonter la résistance à l'insuline. L'augmentation de la quantité d'insuline produite est compensée par l'accélération de sa destruction, due au travail accru des reins et à l'activation de l'insulinase placentaire. Mais déjà au deuxième trimestre de la grossesse, le placenta en cours de maturation commence à exercer la fonction endocrine, ce qui peut affecter le métabolisme des glucides.

Les antagonistes de l'insuline sont synthétisés par le placenta et steroidopodobnye hormones stéroïdes (progestérone et lactogène placentaire) et les œstrogènes sécrétés mère de cortisol surrénalien. Ils sont considérés comme potentiellement diabétiques, avec la plus grande influence exercée par les hormones fétoplacentaires. Leur concentration commence à augmenter de 16 à 18 semaines de gestation. Et généralement, les premiers signes de diabète gestationnel apparaissent en laboratoire chez la femme enceinte présentant un déficit en insuline à la 20ème semaine. Le plus souvent, la maladie est détectée à 24-28 semaines et une femme peut ne pas présenter de plaintes typiques.

Parfois, seul un changement dans la tolérance au glucose est diagnostiqué, qui est considéré comme un prédiabète. Dans ce cas, le manque d'insuline se manifeste uniquement par un apport excessif en glucides avec de la nourriture et avec d'autres moments de provocation.

Selon les données modernes, le diabète des femmes enceintes ne s'accompagne pas de la mort des cellules pancréatiques ou de modifications de la molécule d'insuline. C'est pourquoi les troubles endocriniens qui surviennent chez une femme sont réversibles et se résorbent le plus souvent peu après la naissance.

Qu'est-ce qui est dangereux pour un diabète gestationnel?

Lorsqu'on identifie le diabète gestationnel chez une femme enceinte, on se pose toujours des questions sur son impact sur l'enfant et sur la nécessité ou non d'un traitement. Après tout, le plus souvent, cette maladie ne représente pas une menace immédiate pour la vie de la future mère et ne change même pas son état de santé de manière significative. Mais le traitement est nécessaire avant tout pour prévenir les complications périnatales et obstétricales de la grossesse.

Le diabète sucré entraîne une violation de la microcirculation dans les tissus de la mère. Le spasme des petits vaisseaux s'accompagne de dommages à l'endothélium, l'activation de la peroxydation lipidique provoque un syndrome chronique de DVS. Tout cela contribue à une insuffisance fœtoplacentaire chronique avec hypoxie foetale.

Une consommation excessive de glucose chez l'enfant n'est pas non plus un phénomène inoffensif. Après tout, son pancréas ne produit pas encore la quantité requise d’hormone et l’insuline de la mère ne pénètre pas dans la barrière fœtoplacentaire. Et rien n'améliore le niveau de glucose, ce qui entraîne des désordres circulatoires et métaboliques. Et là encore, l'hyperlipidémie devient la cause de changements structurels et fonctionnels des membranes cellulaires, aggravant l'hypoxie des tissus foetaux.

Hyperglycémie provoque dans une cellules bêta hypertrophie des enfants du pancréas ou déjà épuisé. En conséquence, un nouveau-né peut développer de graves violations du métabolisme glucidique avec des conditions critiques mettant sa vie en danger. Si le diabète gestationnel est pas corrigée dans le 3 trimestre de la grossesse, le fœtus développent macrosomie (gros poids corporel) avec l'obésité dysplasique spléno- et hépatomégalie. Dans ce cas, le plus souvent à la naissance, l'immaturité du système respiratoire, cardiovasculaire et digestif est notée. Tout cela s'applique à la fœtopathie diabétique.

Les principales complications du diabète gestationnel comprennent:

  • hypoxie du fœtus avec un retard dans son développement intra-utérin;
  • livraison prématurée;
  • mort foetale intra-utérine;
  • mortalité infantile élevée chez les enfants nés de femmes atteintes de diabète gestationnel;
  • macrosomie, ce qui conduit à des complications pendant le travail et augmente le risque de malformations congénitales chez l'enfant (fracture de la clavicule, la paralysie de Erb, une paralysie du nerf phrénique, un traumatisme crânien et du rachis cervical) et des dommages aux voies tribales de la mère;
  • gestose, prééclamation et éclampsie chez une femme enceinte;
  • infections récurrentes des voies urinaires pendant la grossesse;
  • infection fongique des muqueuses (y compris des organes génitaux).

Certains médecins attribuent l'avortement spontané aux complications précoces des complications du diabète gestationnel. Mais le plus probable, la cause de la fausse couche est la décompensation du diabète antérieurement pas diagostirovannogo pregastatsionnogo.

Symptômes et diagnostic

Souffrant de diabète, les femmes enceintes présentent rarement des symptômes caractéristiques de cette maladie. Les signes typiques sont généralement exprimés modérément, en outre, les femmes considèrent généralement leurs manifestations physiologiques de 2 et 3 trimestres. La dysurie, la soif, les démangeaisons cutanées, une prise de poids insuffisante peuvent se produire non seulement avec le diabète gestationnel. Par conséquent, les études en laboratoire constituent le principal diagnostic de cette maladie. Une échographie obstétricale aide à clarifier la gravité de l'insuffisance fœtoplacentaire et à identifier les signes de pathologie du développement fœtal.

L'étude de dépistage consiste à déterminer le taux de glucose dans le sang d'une femme enceinte à jeun. Il est effectué régulièrement à partir de la 20ème semaine de gestation. Lors de la réception de la glycémie seuil, un test est défini pour déterminer la tolérance au glucose. Et chez les femmes enceintes appartenant à un groupe à haut risque pour le développement du diabète gestationnel, il est souhaitable de procéder à un tel test lors de la première apparition à la réception et à plusieurs reprises pendant une période de 24 à 28 semaines, même à un taux de glucose à jeun normal.

Glycémie de 7 mmol / l dans le capillaire à jeun ou le sang total de 6 mmol / L de plasma veineux à jeun - sont les valeurs de laboratoire pour le diagnostic significatif à un diabète gestationnel. En outre, le signe de la maladie est la détection d'une hyperglycémie supérieure à 11,1 mmol / L avec une mesure aléatoire au cours de la journée.

Effectuer un test de tolérance au glucose (test de tolérance au glucose) nécessite de respecter scrupuleusement les conditions. Dans les 3 jours, une femme doit suivre le régime alimentaire et l'activité physique habituels, sans les restrictions recommandées pour le diabète. Le dîner à la veille du test doit contenir 30 à 50 g de glucides. L'analyse est effectuée strictement sur un estomac vide, après 12-14 heures de jeûne. Pendant le test, le tabagisme, la prise de médicaments, l'activité physique (y compris monter les escaliers), manger et boire sont exclus.

Le premier test est pris à jeun. Après cela, la femme enceinte reçoit une solution de glucose fraîchement préparée (75 g de matière sèche pour 300 ml d'eau). Pour évaluer la dynamique de la glycémie et identifier ses pics cachés, il est souhaitable de prendre des échantillons répétés toutes les 30 minutes. Mais souvent, il suffit de déterminer la glycémie, 2 heures après la prise de la solution.

Normalement, 2 heures après la charge en sucre, la glycémie ne doit pas dépasser 7,8 mmol / l. Une diminution de la tolérance est indiquée aux taux de 7,8-10,9 mmol / l. Et le diabète sucré gestationnel est diagnostiqué avec un résultat de 11,0 mmol / l.

Le diagnostic du diabète sucré gestationnel ne peut pas être basé sur la détermination du glucose dans les urines (glucosurie) ou sur la mesure du taux de glucose par glucomètres à domicile avec des bandelettes de test. Seules des analyses sanguines de laboratoire normalisées peuvent confirmer ou exclure cette maladie.

L'algorithme de dépistage et de diagnostic sur GDF

Problèmes de traitement

Insulinothérapie

Une auto-surveillance du taux de glucose dans le sang veineux périphérique à l'aide de glucomètres est nécessaire. La femme enceinte effectue l'analyse à jeun et 1-2 heures après avoir mangé, en enregistrant les données avec l'apport calorique de la nourriture dans un journal spécial.

Si le régime hypocalorique associé au diabète gestationnel ne conduit pas à une normalisation des paramètres glycémiques, le médecin décide du rendez-vous de l'insulinothérapie. Dans ce cas, l'insuline courte et ultracourte est administrée sous forme d'injections multiples, en tenant compte de la teneur en calories de chaque repas et du taux de glucose. Parfois, l'insuline avec une durée d'action moyenne est également utilisée. À chaque rendez-vous, le médecin ajuste le schéma thérapeutique en tenant compte des données d'auto-surveillance, de la dynamique du développement du fœtus et des signes échographiques de la fœtopathie diabétique.

Les injections d'insuline sont effectuées par des seringues spéciales sous-cutanées. Le plus souvent, une femme n'a pas besoin d'aide extérieure pour cela, la formation est assurée par un endocrinologue ou le personnel de l'école de diabète. Si la dose quotidienne nécessaire d'insuline est supérieure à 100 U, il peut être décidé d'installer une pompe à insuline sous-cutanée permanente. L'utilisation de médicaments hypoglycémiants oraux pendant la grossesse est interdite.

En tant que thérapie auxiliaire, on peut utiliser des médicaments pour améliorer la microcirculation et le traitement de l'insuffisance foetoplacentale, Hofitol, vitamines.

Nutrition pour le diabète sucré gestationnel

Pendant la grossesse, la thérapie de base est la base du traitement du diabète et de la tolérance réduite au glucose. Cela prend en compte le poids corporel et l'activité physique de la femme. Les recommandations alimentaires comprennent la correction du régime alimentaire, de la composition des aliments et des calories. Le menu de grossesse avec diabète gestationnel devrait en outre assurer l’apport de nutriments essentiels et de vitamines, favoriser la normalisation du tractus gastro-intestinal. Entre les 3 repas principaux, vous devez organiser des collations et le contenu calorique principal devrait être dans la première moitié de la journée. Mais la dernière collation avant la nuit devrait également inclure des glucides dans une quantité de 15-30 g.

Que pouvez-vous manger quand vous êtes enceinte? Cette variétés faibles en gras de la volaille, la viande et le poisson, les aliments riches en fibres (légumes, légumineuses et céréales), les herbes fraîches, le lait à faible teneur en matières grasses et les produits laitiers, les œufs, les huiles végétales et les noix. Pour déterminer quels fruits peuvent être introduits dans l'alimentation, vous devez évaluer le taux d'augmentation de la glycémie peu après la prise. Les pommes, les poires, les grenades, les agrumes et les pêches sont généralement autorisés. Il est acceptable de manger des ananas frais en petites quantités ou du jus d'ananas sans ajouter de sucre. Mais les bananes et les raisins sont mieux exclus du menu, ils contiennent des glucides faciles à digérer et contribuent à la croissance rapide maximale de la glycémie.

Pédiatrique et pronostic

Les naissances dans le diabète gestationnel peuvent être naturelles ou par césarienne. La tactique dépend du poids attendu du fœtus, des paramètres du bassin de la mère, du degré de compensation de la maladie.

Aux naissances indépendantes, le taux de glucose est surveillé toutes les 2 heures et tend à entraîner des conditions hypoglycémiques et hypoglycémiques - toutes les heures. Si une femme prenait de l'insuline pendant la grossesse, le médicament pendant le travail est injecté à l'aide d'infusomat. Si elle suit un traitement diététique suffisant, la décision d'utiliser l'insuline est prise en fonction du niveau de glycémie. En césarienne, une surveillance de la glycémie est nécessaire avant l'intervention chirurgicale, avant de retirer le bébé, après avoir enlevé la brûlure, puis toutes les 2 heures.

Grâce à la détection rapide du diabète gestationnel et à l'obtention d'une compensation stable de la maladie pendant la grossesse, le pronostic pour la mère et l'enfant est favorable. Néanmoins, les nouveau-nés courent un risque de mortalité infantile et nécessitent une surveillance étroite du néonatologiste et du pédiatre. Mais pour une femme, les conséquences du diabète d'une femme enceinte peuvent apparaître même après plusieurs années d'administration réussie sous forme de diabète de type 2 ou de prédiabète.

Je vais devenir mère - FIV, planification, grossesse, accouchement et après l'accouchement

Les titres

Diabète sucré gestationnel (HSD): le danger d'une grossesse "douce". Conséquences pour l'enfant, régime alimentaire, symptômes

Selon l'Organisation mondiale de la santé, il y a plus de 422 millions de personnes atteintes de diabète dans le monde. Leur nombre augmente chaque année. La maladie touche de plus en plus les jeunes.

Les complications du diabète entraînent de graves pathologies vasculaires, les reins, la rétine sont affectés, l'immunité en souffre. Mais cette maladie est gérable. Avec un traitement correctement prescrit, les conséquences graves sont retardées dans le temps. Pas une exception et diabète des femmes enceintes, qui s'est développé pendant la gestation. Cette maladie s'appelle diabète sucré gestationnel.

Contenu

  • La grossesse peut-elle provoquer le diabète sucré?
  • Quels sont les types de diabète sucré pendant la grossesse?
  • Groupe de risque
  • Qu'est-ce que le diabète gestationnel pendant la grossesse?
  • Conséquences pour l'enfant
  • Quel est le danger pour une femme
  • Symptômes et signes du diabète sucré gestationnel chez les femmes enceintes
  • Analyses et timing
  • Traitement
  • Insulinothérapie: à qui s'adresse-t-on et comment se déroule-t-il?
  • Diet: les produits autorisés et interdits, les principes de base de la nutrition des femmes enceintes atteintes de la GDD
  • Exemple de menu pour la semaine
  • Médecine traditionnelle
  • Comment accoucher: une naissance naturelle ou une césarienne?
  • Prévention du diabète gestationnel chez les femmes enceintes

La grossesse est un provocateur?

L'Association américaine du diabète rapporte que 7% des femmes enceintes développent un diabète sucré gestationnel. Dans certains d'entre eux, après la naissance, le glucose est normal. Mais 60% des 10-15 ans manifestent un diabète de type 2 (CD2).

La gestation agit comme un provocateur du métabolisme du glucose altéré. Le mécanisme de développement de la forme gestationnelle du diabète est plus proche du CD2. La femme enceinte développe une immunité à l'insuline sous l'influence des facteurs suivants:

  • synthèse dans le placenta des hormones stéroïdiennes: œstrogène, progestérone, lactogène placentaire;
  • augmentation du cortex de la formation de cortisol surrénalien;
  • violation du métabolisme de l'insuline et réduction de ses effets dans les tissus;
  • augmentation de l'excrétion d'insuline par les reins;
  • activation de l'insulinase dans le placenta (une enzyme qui décompose l'hormone).

La condition s'aggrave chez les femmes qui présentent une résistance physiologique (insensibilité) à l'insuline, qui ne s'est pas manifestée cliniquement. Ces facteurs augmentent le besoin d'hormones, les cellules bêta du pancréas le synthétisent en quantité accrue. Cela conduit progressivement à leur appauvrissement et à une hyperglycémie stable - une augmentation du taux de glucose dans le plasma sanguin.

Quels types de diabète pendant la grossesse sont

La grossesse peut accompagner différents types de diabète. La classification de la pathologie en fonction du moment de la survenue implique deux formes:

  1. le diabète, qui existait avant la grossesse (DM 1 et DM 2) - prégestational;
  2. diabète gestationnel (HSD) des femmes enceintes.

En fonction du traitement requis, la GDD est:

  • compensé par l'alimentation;
  • compensé par un régime alimentaire et de l'insuline.

Le diabète peut être en phase de compensation et de décompensation. La gravité du diabète gestationnel dépend de la nécessité d'appliquer différentes méthodes de traitement et de la gravité des complications.

L'hyperglycémie qui s'est développée pendant la grossesse n'est pas toujours associée au diabète gestationnel. Dans certains cas, cela peut être une manifestation du diabète de type 2.

Qui entre dans la zone à risque pour le développement du diabète sucré pendant la grossesse

Les changements hormonaux susceptibles de perturber le métabolisme de l'insuline et du glucose surviennent chez toutes les femmes enceintes. Mais la transition vers le diabète n'arrive pas à tout le monde. Pour cela, des facteurs de prédisposition sont nécessaires:

  • surpoids ou obésité;
  • déficience de tolérance au glucose existante;
  • épisodes de sucre s'élevant avant la grossesse;
  • Diabète de type 2 chez les parents enceintes;
  • avoir plus de 35 ans;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • dans l'anamnèse, il y a eu des fausses couches, des mortinaissances;
  • naissance dans le passé d'enfants pesant plus de 4 kg, ainsi que de malformations.
Vidéo actuelle

Diagnostic du diabète caché chez la femme enceinte

Mais laquelle de ces causes affecte le développement de la pathologie dans une plus large mesure, n'est pas complètement connue.

Qu'est-ce que le diabète gestationnel?

La GSD est la pathologie qui s'est développée après 15-16 semaines de portage d'un enfant. Si l'hyperglycémie est diagnostiquée plus tôt, il existe un diabète caché qui existait avant la grossesse. Mais l'incidence maximale est observée au 3ème trimestre. Le synonyme de cette maladie est le diabète gestose.

Du diabète gestationnel, le diabète pendant la grossesse diffère en ce qu’après un épisode d’hyperglycémie, le sucre augmente progressivement et n’a pas tendance à se stabiliser. Cette forme de la maladie avec une probabilité élevée passe dans les types DM 1 ou 2 après l'accouchement.

Pour déterminer les autres tactiques, toutes les puerpères atteintes de GDM en période post-partum déterminent le niveau de glucose. Si elle ne se normalise pas, on peut alors supposer que le diabète de type 1 ou de type 2 se développe.

Influence sur le fœtus et conséquences pour l'enfant

Le danger pour un nourrisson en formation dépend du degré de compensation de la pathologie. Les conséquences les plus graves sont observées avec une forme non compensée. L'influence sur le fœtus est exprimée comme suit:

  1. Malformations foetales à un taux de glucose élevé dans les premiers stades. Leur formation est due à une insuffisance énergétique. Dans les premiers stades du pancréas, l'enfant n'est pas encore formé, donc le corps maternel doit travailler pour deux. La violation du travail entraîne une faim d'énergie des cellules, une violation de leur division et la formation de défauts. Suspecté cette condition peut être due à la présence de polyhydramnios. Un apport insuffisant en glucose dans les cellules se manifeste par un retard du développement intra-utérin, un faible poids de l'enfant.
  2. Un taux de sucre incontrôlé chez une femme enceinte présentant un diabète sucré gestationnel aux 2e et 3e trimestres entraîne une fœtopathie diabétique. Le glucose pénètre dans le placenta en quantité illimitée, l'excès se dépose sous forme de graisse. Si votre insuline est en excès, il y a une croissance accélérée du fœtus, mais il y a une disproportion des parties du corps: un gros ventre, une ceinture humérale, des petits membres. Le cœur et le foie augmentent également.
  3. Une concentration élevée d'insuline perturbe la production de surfactant - une substance qui recouvre les alvéoles des poumons. Par conséquent, une détresse respiratoire peut survenir après la naissance.
  4. Le bandage du cordon ombilical d'un nouveau-né porte atteinte à la consommation de glucose en excès, la concentration de glucose de l'enfant diminue fortement. L'hypoglycémie après l'accouchement entraîne des troubles neurologiques, une violation du développement mental.

En outre, les enfants nés de mères atteintes de diabète gestationnel augmente le risque de traumatisme de la naissance, la mort périnatale, les maladies cardio-vasculaires, les maladies du système respiratoire, des troubles du métabolisme du calcium et du magnésium, des complications neurologiques.

Pourquoi un taux de sucre élevé est-il dangereux pour les femmes enceintes?

HSD ou diabète déjà existant augmente la possibilité d'une toxicose tardive (gestose), elle se manifeste sous différentes formes:

  • l'hydropisie des femmes enceintes;
  • néphropathie de 1 à 3 degrés;
  • prééclampsie;
  • éclampsie.

Les deux dernières conditions nécessitent une hospitalisation en réanimation, une réanimation et un accouchement précoce.

Les troubles immunitaires, qui accompagnent le SD, entraînent des infections du système génito-urinaire - cystite, pyélonéphrite, ainsi que des candidoses vulvovaginales récidivantes. Toute infection peut entraîner une infection du bébé in utero ou lors de l'accouchement.

Les principaux signes du diabète gestationnel pendant la grossesse

Les symptômes du diabète gestationnel ne sont pas exprimés, la maladie se développe progressivement. Certains signes d'une femme sont confondus avec des changements normaux de la condition pendant la grossesse:

  • fatigue accrue, faiblesse;
  • soif;
  • mictions fréquentes;
  • Prise de poids inadéquate avec un appétit prononcé.

Souvent, l'hyperglycémie est une découverte accidentelle lors du dépistage obligatoire du glucose dans le sang. Cela sert d'indication pour un examen plus approfondi.

Base pour le diagnostic, tests pour le diabète latent

Le ministère de la Santé a défini le délai dans lequel un test sanguin obligatoire pour le sucre est effectué:

S'il existe des facteurs de risque à 26-28 semaines, un test de tolérance au glucose est effectué. Si des symptômes de diabète apparaissent pendant la grossesse, le test de glycémie est effectué selon les indications.

Une seule analyse dans laquelle une hyperglycémie est détectée ne suffit pas pour poser un diagnostic. Le contrôle est nécessaire dans quelques jours. En outre, avec une hyperglycémie répétée, un endocrinologue est nommé. Le médecin détermine le besoin et le calendrier du test de tolérance au glucose. Habituellement, ce n'est pas moins d'une semaine après l'hyperglycémie fixée. Pour confirmer le diagnostic, le test est également répété.

Les résultats de test suivants témoignent de la GDD:

  • un indice de glucose sur un estomac vide supérieur à 5,8 mmol / l;
  • une heure après la prise de glucose - supérieure à 10 mmol / l;
  • en deux heures - au-dessus de 8 mmol / l.

De plus, selon les témoignages, des études sont effectuées:

  • hémoglobine glycosylée;
  • analyse d'urine pour le sucre;
  • profil de cholestérol et de lipides;
  • test sanguin biochimique;
  • coagulogramme;
  • hormones sanguines: progestérone, œstrogène, lactogène placentaire, cortisol, alpha-foetoprotéine;
  • l'analyse de l'urine selon Nechiporenko, Zimnitsky, le test de Reberg.

Les femmes enceintes atteintes de prégastatine et de diabète gestationnel effectuent une échographie du fœtus à partir du 2ème trimestre, une dopplerométrie des vaisseaux du placenta et du cordon ombilical, une CTG régulière.

Prise en charge des femmes enceintes atteintes de diabète et de traitement

L'évolution de la grossesse avec le diabète existant dépend du niveau de maîtrise de soi de la femme et de la correction de l'hyperglycémie. Ceux qui étaient atteints de SD avant la conception devraient suivre une "école du diabète" - des classes spéciales qui enseignent un comportement alimentaire approprié, un contrôle indépendant du taux de glucose.

Indépendamment du type de pathologie, les femmes enceintes ont besoin de l'observation suivante:

  • visiter le gynécologue toutes les 2 semaines au début de la gestation, chaque semaine - à partir de la seconde moitié;
  • Consultations en endocrinologie une fois toutes les deux semaines, avec une décompensation - une fois par semaine;
  • observation du thérapeute - chaque trimestre, ainsi que dans la détection de la pathologie extragénique;
  • ophtalmologiste - une fois par trimestre et après l'accouchement;
  • neurologue - deux fois pour la grossesse.

L'hospitalisation obligatoire est envisagée pour l'examen et la correction du traitement chez les femmes enceintes atteintes de diabète gestationnel:

  • 1 fois - au premier trimestre ou dans le diagnostic de la pathologie;
  • 2 fois - dans 19-20 semaines pour corriger la condition, déterminer le besoin de changer le régime de traitement;
  • 3 fois - avec le diabète de type 1 et de type 2 - à 35 semaines, GSD - à 36 semaines pour se préparer à l'accouchement et choisir un mode d'accouchement.

Dans les conditions d'un hôpital, le nombre d'études, la liste des analyses et la multiplicité de l'étude sont déterminés individuellement. La surveillance quotidienne nécessite une analyse de l'urine pour le sucre, la glycémie et le contrôle de la pression artérielle.

L'insuline

Le besoin d'injections d'insuline est déterminé individuellement. Tous les cas de GDD ne nécessitent pas cette approche, pour certains, une alimentation assez saine.

Les indicateurs de la glycémie sont les suivants:

  • glycémie à jeun sur un régime alimentaire de plus de 5,0 mmol / l;
  • une heure après les repas, au-dessus de 7,8 mmol / l;
  • 2 heures après l'ingestion, la glycémie est supérieure à 6,7 mmol / l.

Attention s'il vous plaît! Les femmes enceintes et allaitantes ne sont pas autorisées à utiliser des médicaments hypoglycémiques autres que l'insuline! Les insulines à longue durée d'action ne sont pas utilisées.

La base de la thérapie est la préparation d'insuline d'action courte et ultracourte. Avec le diabète de type 1, un traitement par bolus basal est effectué. Pour le diabète de type 2 et la GDD, il est également possible d'utiliser un traitement traditionnel, mais avec des ajustements individuels déterminés par l'endocrinologue.

Chez les femmes enceintes ayant un faible contrôle de l'hypoglycémie, des pompes à insuline peuvent être utilisées pour simplifier l'administration de l'hormone.

Régime dans le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Manger une femme enceinte avec un diabète gestationnel doit respecter les principes suivants:

  • Souvent et petit à petit. Il est préférable de faire 3 repas principaux et 2-3 petites collations.
  • La quantité de glucides complexes est d'environ 40%, celle des protéines de 30 à 60% et celle des graisses de 30%.
  • Buvez au moins 1,5 litre de liquide.
  • Augmenter la quantité de fibres - il est capable d'adsorber le glucose de l'intestin et de le retirer.
Vidéo actuelle

Régime dans le diabète sucré gestationnel enceinte

Les produits peuvent être divisés en trois groupes conditionnels, présentés dans le tableau 1.

Diabète sucré gestationnel pendant la grossesse - scores aux tests et régime alimentaire

La grossesse est l'étape la plus importante et la plus responsable de la vie de toute femme. C'est la période où un véritable miracle se produit à l'intérieur - une petite vie se développe. Mais souvent, à la naissance de l'enfant, de vieilles "plaies" se font sentir, ce que la future mère a oublié il y a longtemps. Cela est dû au fait que, dans le contexte des changements hormonaux dans le corps, l'immunité affaiblit souvent et le corps ne peut plus résister activement aux infections et aux maladies. Parfois, au cours de cette période critique, il existe des défaillances assez graves associées à des violations du métabolisme glucidique et des spécialistes diagnostiquent le diabète sucré pendant la grossesse.

Le plus souvent, l'état pathologique commence à se développer à partir de 15-16 semaines. Il est noté chez 4-6% des femmes portant un enfant. En règle générale, après la naissance, les symptômes du diabète gestationnel disparaissent, mais le risque de développer un diabète normal dans le futur augmente. À quel point la maladie est-elle dangereuse, pourquoi se développe-t-elle et existe-t-il des mesures pour la prévenir?

Le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse: une description de la maladie

Le diabète sucré est une maladie chronique du système endocrinien causée par un manque relatif ou absolu d'hormone insuline. En conséquence, il y a une augmentation persistante de la glycémie (hyperglycémie), qui s'accompagne d'une violation du métabolisme des glucides, des lipides, des protéines et de l'eau. C'est-à-dire que cette maladie affecte presque tous les organes et systèmes du corps.

Le diabète sucré est divisé en deux types:

  1. Diabète de type 1 - le corps produit des quantités insuffisantes d'insuline ou est incapable de le produire du tout.
  2. Diabète de type 2 - le pancréas conserve ses fonctions et produit de l'insuline, mais en raison des dommages subis par les récepteurs de l'insuline, les cellules des tissus ne peuvent pas l'absorber. Ce type est typique pour les personnes ayant un poids corporel excessif et le manque d'activité physique, les personnes d'âge avancé.

Le diabète pendant la grossesse est appelé «gestationnel», car il est détecté pour la première fois à la naissance du bébé et est directement lié à la position de la future mère. Dans la pratique prénatale, le diabète est difficile à qualifier de phénomène commun: seules 4% des femmes enceintes ont un diagnostic similaire. Mais la connaissance de lui ne sera pas inutile pour préparer la naissance d'un enfant.

Causes de la maladie et ses caractéristiques

Le principal facteur responsable du diabète gestationnel est une violation du métabolisme des glucides, entraînant une augmentation persistante de la glycémie. Dans le contexte de la grossesse, ce phénomène peut être divisé en deux causes principales:

  • Des fruits en croissance L'enfant se développe continuellement dans le corps de la mère pendant 40 semaines. Pendant tout ce temps, il a quotidiennement besoin d’énergie, dont le fournisseur est des glucides. Le glucose est un aliment nécessaire pour un futur enfant. Le corps de la mère doit consacrer des efforts considérables à sa production, car le glucose est nécessaire au développement du fœtus.
  • La progestérone. L'hormone stéroïde, responsable de la sécurité et de la réussite de la grossesse, affecte la quantité d'insuline dans le corps, interférant en partie avec sa production. En réponse à ces mesures, le pancréas produit de l'insuline avec une force redoublée afin de maintenir le taux de sucre requis dans le sang. La charge sur cet organe atteint une ampleur impressionnante et si le pancréas ne le supporte pas, les symptômes du diabète sucré apparaissent.

Pendant la grossesse, le placenta produit des hormones spéciales nécessaires pour le bon développement du fœtus. Si elles bloquent la production d'insuline, un état de résistance à l'insuline, qui est, les cellules deviennent insensibles à l'insuline et le taux de glucose dans le sang augmente.

Dans le processus de l'accouchement, on peut observer des sauts de glycémie associés à des tensions physiques et émotionnelles visant l'apparence de l'enfant à la lumière. Après l'accouchement (dans les 1 à 2 semaines), les résultats du test sont généralement normalisés. Cependant, il existe toujours un risque élevé de développer le diabète à l'avenir.

Facteurs de risque

Il n'est pas nécessaire que, pendant la grossesse, une femme soit diagnostiquée avec un "diabète sucré". Mais il existe des "facteurs de risque", en présence de conditions favorables au développement de la maladie. Lorsqu'elle planifie une grossesse, toute femme peut déterminer à l'avance si elle est à risque. Pour cela, vous devez faire attention aux fonctionnalités suivantes:

  • L'hérédité pesée - la présence de parents proches souffrant de diabète sucré augmente significativement le risque de développer la maladie;
  • Surpoids, tendance à l'obésité avant la grossesse (surtout si la quantité de kilogrammes excédait la norme de 20% ou plus).
  • Polyhydramnios basé sur des données échographiques.
  • histoire obstétricale Accablé - grossesse difficile dans le passé, la pathologie du développement de l'enfant, fausse couche, avortement raté, la mort fœtale intra-utérine.
  • La naissance d'un grand enfant - plus de 4 kilos.
  • Fin de grossesse (plus de 30 ans).
  • La violation de la tolérance de l'organisme au glucose est une augmentation périodique des taux de sucre dans le sang.
  • Affiliation nationale. Selon les observations des médecins, le diabète gestationnel est le plus souvent détecté dans un certain groupe ethnique (Hispaniques, Asiatiques et Africains).

Si le patient est présent dans l'histoire, au moins l'un des facteurs ci-dessus, il est nécessaire de passer un test spécial pour identifier le niveau d'insuline dans le corps et le degré d'augmentation du sucre dans le sang. Cela vous permettra de poser un diagnostic précis et de prendre des mesures en temps opportun lors de la recherche d'un malaise.

Les symptômes

Un diagnostic clair ne peut être établi que sur la base des résultats des études de laboratoire. Ce n'est pas par hasard que, pendant la grossesse, avant chaque visite chez le médecin, une femme est censée faire une analyse de son urine et de son sang.

En portant une attention particulière aux résultats des tests, il est important de prendre en compte le fait que chez les femmes en position un critère légèrement différent de glucose dans le sang. En moyenne, il est supérieur de 0,7 à 1 mmol / L à celui d'un adulte en bonne santé et atteint normalement 7 mmol / l. Les données ci-dessus sont un signe clair de diabète gestationnel, nécessitant la confirmation du diagnostic en effectuant des tests et des tests supplémentaires. Même avant la prochaine livraison des tests, vous pouvez suspecter cette maladie, en se concentrant sur un certain nombre de signes de diabète:

  • Sécheresse constante dans la bouche, soif incessante;
  • Envie fréquente d'uriner;
  • Fatigue accrue, faiblesse;
  • Insomnie, instabilité psychoémotionnelle
  • Diminution de l'acuité visuelle;
  • Problèmes d'appétit;
  • Démangeaisons localisées dans le périnée

Le problème est que la symptomatologie décrite ci-dessus est typique d'un certain nombre d'autres maladies, qui retardent le moment de la détection du diabète et l'adoption de mesures pour son traitement. Par conséquent, le diagnostic de laboratoire est la seule méthode fiable de détection du diabète pendant la grossesse.

Méthodes diagnostiques - Indicateurs d'analyse

Même si les premières semaines de la grossesse, le statut de future mère n'a pas été identifié des facteurs indiquant la possibilité de développer un diabète, il est obligatoire d'être testé pour le diabète pendant la grossesse. Le test sanguin pour le glucose est prescrit dans chaque trimestre de grossesse. Si le taux de sucre dans le sang est supérieur au taux de 5,1 mmol / l, le médecin prescrira test supplémentaire pour la tolérance au glucose.

Quelle est cette étude? Le jour fixé, à jeun, la femme enceinte se trouve dans un établissement médical où elle prend du sang dans la veine. Immédiatement après, elle devra boire un liquide très sucré contenant environ 50 grammes de sucre.

Une heure plus tard, le médecin reprendra le sang veineux pour l’analyse. Après 60 minutes, l’analyse se répète, c’est-à-dire qu’au total, le sang sera prélevé trois fois. Une étude en laboratoire du matériel prélevé montrera comment l'organisme est capable de métaboliser la solution de sucre et d'absorber le glucose.

Le diagnostic de "diabète gestationnel" est confirmé si l'analyse est la suivante:

  1. Le taux de sucre "à jeun" est supérieur à 5,1 mmol / l;
  2. Après 1 heure - plus de 10 mmol / l;
  3. Après une heure de plus de 8,5 mmol / l.

Pour confirmer le résultat, le test est répété après 2 semaines.

Traitement

En portant l'enfant, la future mère doit être constamment sous la surveillance d'un spécialiste qualifié. Le traitement d'une femme enceinte atteinte de diabète gestationnel se réduit au régime alimentaire et à l'activité physique. Dans 70% des cas, cela donne un effet positif. Mais si ces mesures n'apportent pas de résultats tangibles, recourir à des injections d'insuline.

De plus, une grossesse avec un diabète de type 1 nécessite une préparation préalable - même au stade de la planification, une femme doit prendre des préparations d'insuline. La grossesse dans le diabète de type 2 nécessite également une surveillance médicale constante.

Dans le diabète de type 1, le dosage du médicament dépend de la gravité de la maladie. La tâche du médecin est de calculer la dose quotidienne d'insuline nécessaire pour une femme enceinte et, sur la base de ce chiffre, d'écrire la quantité d'injection pour une application. En plus de l'insulinothérapie par diabète gestationnel, les activités suivantes aideront:

  • Analyse d'urine régulière Si les résultats montrent des corps cétoniques, cela indique une évolution incontrôlée du diabète.
  • Contrôle du taux de sucre dans le sang. En utilisant des dispositifs spéciaux et des bandelettes de test, surveillez la condition 4 fois par jour à jeun ou quelques heures après un repas.
  • Contrôle du poids corporel. Le taux de gain de poids pendant toute la grossesse ne doit pas dépasser 12 kg. Une femme doit suivre strictement cet indicateur.
  • Contrôle de la pression sanguine.

Si l'état pathologique est diagnostiqué sous une forme légère, le traitement diététique et la phytothérapie seront le salut. En outre, une activité physique modérée et des exercices quotidiens sont recommandés pour une femme enceinte. Les longues promenades en plein air, la natation sont utiles. En outre, vous devez toujours suivre les recommandations du médecin pour ajuster votre alimentation. En outre, un médicament complètement naturel qui peut être consommé par les femmes enceintes-Diabenot, n'est pas mal du tout. Lire plus ici.

Régime dans le diabète sucré gestationnel pendant la grossesse

Le diabète pendant la grossesse pendant la grossesse est la principale méthode thérapeutique, qui permet de réduire le taux de sucre dans le sang. Son essence réside dans une forte restriction de la quantité de glucides et une augmentation de la proportion de protéines, de graisses végétales et de fibres.

Dans l'alimentation, il faut limiter autant que possible les glucides «légers» et les féculents contenus dans les sucreries, les farines et les produits de confiserie, les pommes de terre. Contre-indications au diabète gestationnel pendant la grossesse - manger du pain, des pâtisseries, des pâtes. Il est nécessaire de limiter la consommation de tomates, oignons, fruits sucrés.

Une journée est autorisée à manger une poignée de baies acides, une orange, une pomme ou un demi-pamplemousse. Sur votre table, il ne devrait pas y avoir de fruits sucrés (bananes, raisins, melons). Il est strictement interdit de boire des boissons gazeuses sucrées.

Les aliments préférés des femmes enceintes avec ce diagnostic devraient être:

  • viande maigre,
  • poisson,
  • fruits de mer,
  • les fromages,
  • lait,
  • produits de soja,
  • les lentilles.

Le menu du jour devrait être du porridge, des légumes frais et des fruits. Le régime alimentaire devrait comprendre des aliments protéiques (30-60%), des graisses végétales (30%), des glucides complexes (40%).

Interdit d'utiliser:

  1. aliments frits et gras,
  2. produits semi-finis,
  3. restauration rapide,
  4. nourriture en conserve,
  5. la plupart des produits de viande (boulettes, saucisses, saucisses).

Les produits laitiers gras (crème sure, crème, beurre, fromage) sont autorisés dans une quantité minimale.

Beaucoup de femmes dans la situation ne représentent pas leur vie sans glace. Pendant cette période, il agit non seulement comme une douceur préférée, mais aussi comme un remède à la maison merveilleux pour les brûlures d'estomac. Il n'est pas nécessaire de l'abandonner si vous avez assez de force pour apprendre à le faire vous-même, en remplaçant le sucre par un édulcorant naturel.

Il est important que la future mère mange des portions modérées et ne mange pas trop. L'option idéale est 6-8 fois par jour. En outre, une boisson rentable d’eau propre apportera des avantages - au moins 2 litres par jour.

Phytothérapie

La phytothérapie dans le diabète peut normaliser les taux de sucre dans le sang, améliorer l'état général et prévenir le développement de complications. Bien sûr, avant d'appliquer une ordonnance, vous devriez consulter votre médecin et obtenir son approbation.

  • Bien aide la décoction d'herbes: 60 grammes de feuilles de myrtille verser un litre d'eau bouillante, insister 20 minutes, égoutter. Prendre jusqu'à 5 fois par jour pour 100 ml.
  • Les fonctions du pancréas stimulent bien la sécrétine, qui est contenue dans le chou, l'artichaut, la carotte. Améliorer la condition aidera le jus de plante fraîchement pressé.
  • Contre les complications du diabète, on utilise des doses de vitamines (baies de framboise, d'argousier, de canneberge, de framboisier, de feuilles d'orties et de bouillie). Il est utile de prendre des baies forestières, des myrtilles, de faire des bouillons à base de trèfle, de camomille, de réglisse ou de violette. Ces plantes agissent comme des biostimulants puissants, combattent l'inflammation et favorisent la régénération des tissus rénaux.
Conséquences possibles

Quel est le diabète sucré gestationnel dangereux pendant la grossesse? La gravité de la maladie réside dans le fait qu'elle perturbe le métabolisme, ce qui affecte négativement le fonctionnement de l'organisme de la femme et provoque une pénurie de nutriments pour le fœtus.

Selon les statistiques, seulement 15% des femmes souffrent de diabète pendant la grossesse. Ils apprennent sa présence seulement après le test, sans ressentir aucun symptôme ni anxiété. Malheureusement, tout le monde n’a pas cette chance. Les complications les plus courantes du diabète gestationnel sont:

  • Les échecs dans le travail du système reproducteur. À l'avenir, cela se traduira par des fausses couches, des naissances prématurées et même une mort foetale intra-utérine.
  • La mort de la mère. Une perspective similaire attend la moitié des femmes diagnostiquées avec une cardiopathie ischémique.
  • Gestose - Toxicose tardive, se manifestant par des poches, une pression accrue, des convulsions, une perte de protéines dans les urines. La gestose du diabète pendant la grossesse risque de développer une pré-éclampsie, lorsque des dommages irréversibles se produisent dans le système vasculaire et la circulation. La pré-éclampsie peut se transformer en éclampsie, dont l'issue est le coma et la mort subséquente.
  • Polyhydramnios, ce qui peut provoquer une naissance prématurée.
  • Diabetic foetopathie fœtale et néonatale se caractérise par sa grande taille (supérieure à 4 kg), une pathologie des organes et systèmes organiques, les troubles respiratoires et neurologiques, des maladies cardiovasculaires extrémités -sosudistymi, cyanose, des hémorragies sur le visage et le corps, l'enflure, l'hypoglycémie d'état flasque.
  • Développement de la jaunisse chez un enfant dans les premières heures après la naissance. De l'ictère physiologique, il se distingue par le degré de sévérité et la durée du traitement.
  • La mort d'un nouveau-né est la plus terrible des variantes possibles. Si une femme dans le besoin d'un traitement pendant la grossesse, mais pour une raison quelconque n'a pas eu ou ne sont pas conformes aux recommandations du médecin dans 80% des cas, son bébé nouveau-né mort dans les face premiers jours de vie. Avec le temps, le traitement choisi aide à réduire ce risque à 15%.

Si une femme a un diabète anamnésique, cela ne signifie pas qu'elle ne peut pas accoucher. Il est recommandé de planifier la grossesse à l'avance. Au stade préliminaire, vous devez subir les examens nécessaires, puis surveiller attentivement votre propre condition et suivre attentivement toutes les recommandations du médecin traitant.

Si, au cours de la grossesse précédente, une femme avait déjà un diabète gestationnel, une attention particulière devrait être portée au régime alimentaire, maintenir son poids dans la norme et effectuer régulièrement des exercices physiques. Ces mesures aideront à éviter les effets indésirables et à réduire le risque de développer une forme permanente de diabète après l'accouchement.

Accouchement avec diabète gestationnel

Avec ce diagnostic, certaines complications peuvent survenir pendant le travail. En raison des caractéristiques de développement, l'enfant peut être très grand. Dans ce cas, vous devez faire une césarienne.

Si la mère est atteinte de diabète gestationnel, le bébé naît avec un faible taux de sucre dans le sang. Mais cette fonctionnalité ne nécessite pas de correction médicale. Pendant l'allaitement, le taux de glucose redeviendra normal. Jusque-là, les numérations globulaires doivent être surveillées par un laboratoire.

Une femme après l'accouchement devrait continuer à suivre un régime hypocalorique, cela aidera à se débarrasser de l'hyperglycémie et à éviter le développement du diabète à l'avenir.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Cyclamate Sodium

Les complications

La description est actuelle sur 02/01/2017 Nom latin: Cyclamate de sodium Formule chimique: C6èmeH12NNaO3S Code CAS: 139-05-9Nom chimiquePropriétés chimiquesLe sel de sodium de l'acide cyclamique est un édulcorant largement connu d'origine synthétique.

La neuropathie diabétique (DN) est une lésion du système nerveux périphérique chez les patients atteints de diabète sucré (DM).PathogenèseLa pathogénie de la neuropathie diabétique n'a pas encore été établie et repose actuellement sur deux théories principales: métabolique et vasculaire.

Instructions de comprimés.rfMenu principalSeules les instructions officielles les plus récentes sur l'utilisation des médicaments! Les instructions aux médicaments sur notre site Web sont publiées sous une forme inchangée dans laquelle elles sont attachées aux médicaments.