loader

Principal

Les causes

Insuline hormonale et son rôle dans l'organisme

Le système endocrinien humain (hormonal) est représenté par une multitude de glandes sécrétant des hormones, dont chacune remplit des fonctions vitales dans le corps. Le plus étudié est l'insuline. C'est une hormone à base de peptides (nutritionnelle), c'est-à-dire constituée de plusieurs molécules d'acides aminés. L'hormone sert principalement à abaisser le taux de sucre dans le sang en le transportant dans tous les tissus du corps humain. Selon la version de la base de données PubMed, les utilisateurs du réseau ont demandé environ 300 000 fois ce qu’est l’insuline et son rôle dans l’organisme. Un tel indicateur est un record absolu parmi les hormones.

L'insuline est synthétisée dans les cellules bêta endocrines de la queue du pancréas. Cette zone est appelée l'île de Langerhans en l'honneur du scientifique qui l'a découverte. Malgré l’importance de l’hormone, celle-ci ne produit que 1 à 2% du corps.

L'insuline est synthétisée selon l'algorithme suivant:

  • Au départ, la glande pancréatique produit de la préproinsuline. C'est l'insuline principale.
  • Dans le même temps, un peptide signal est synthétisé, servant de conducteur de préproinsmuline. Il devra délivrer l'insuline base aux cellules endocrines, où elle se transforme en proinsuline.
  • Le précurseur fini reste longtemps dans les cellules endocrines (dans l'appareil de Golgi) afin de compléter complètement le processus de maturation. Après l'achèvement de cette étape, il est divisé en insuline et peptide C. Ce dernier reflète l'activité endocrinienne du pancréas.
  • La substance synthétisée commence à interagir avec les ions zinc. La conclusion de celle-ci des cellules bêta au sang humain ne se produit qu'avec une augmentation de la concentration en sucre.
  • Il est possible d'interférer avec la synthèse d'insuline par son antagoniste - le glucagon. Sa production a lieu dans les cellules alpha des îlots de Langerhans.

Depuis 1958, l'insuline a été mesurée en unités d'action internationales (MED), où 1 unité est de 41 μg. Le besoin humain en insuline est affiché en unités glucidiques (UE). La norme hormonale par âge est la suivante:

  • Nouveau-nés:
    • sur un estomac vide de 3 unités;
    • après avoir mangé jusqu'à 20 unités.
  • Adultes:
    • jeûner au moins 3 unités;
    • après avoir mangé pas plus de 25 unités.
  • Personnes âgées:
    • sur un estomac vide de 6 unités;
    • après avoir mangé jusqu'à 35 unités.

La structure de la molécule d'insuline comprend deux chaînes de polipetidnye, qui contient des unités de monomère de 51 protéine représentée sous la forme de résidus d'acides aminés:

  • Une chaîne - 21 liens;
  • Chaîne B - 30 liens.

2 circuit sont reliées par des liaisons disulfure, en passant par les restes des acides aminés de soufre (cysteine). Le troisième pont est situé uniquement dans la chaîne A.

Le rôle de l'hormone dans le corps

L'insuline joue un rôle majeur dans le métabolisme. En raison de son effet, les cellules reçoivent de l'énergie et le corps conserve un équilibre entre la division et la saturation avec diverses substances.

En raison de la petite nature de l'hormone, son stock ne peut être reconstitué à partir d'aliments. Sinon, l'insuline, comme toute autre protéine, serait digérée sans exercer aucune influence sur l'organisme.

Pour ce dont vous avez besoin d'insuline, vous pouvez comprendre en regardant la liste de ses fonctions:

  • amélioration de la pénétration du glucose à travers les membranes cellulaires;
  • activation des enzymes de glycolyse (oxydation du glucose);
  • stimulation de la production de glycogène par le foie et les tissus musculaires;
  • renforcer la production de graisses et de protéines;
  • affaiblir l'effet des substances qui décomposent le glycogène et la graisse.

Les fonctions d'insuline listées sont basiques. Vous pouvez voir ses objectifs secondaires ci-dessous:

  • amélioration de l'assimilation par les cellules des acides aminés;
  • augmenter la quantité de calcium et de magnésium entrant dans les cellules;
  • stimulation de la synthèse des protéines;
  • influence sur le processus de formation des esters.

Grâce au transport du glucose vers les cellules du corps, l'insuline donne au corps l'énergie dont il a besoin. C'est la seule hormone qui abaisse la glycémie. Un tel effet d'échelle permet les effets suivants:

  • La croissance musculaire Le rôle de l'insuline dans le corps humain ne se limite pas aux fonctions de base. Tous les tissus musculaires sous son influence commencent à augmenter de volume. Ceci est dû à l'influence de l'hormone sur les organites non membranaires de la cellule vivante (ribosome). L'essence de leur impact réside dans la synthèse de protéines importantes pour la croissance musculaire. C'est pourquoi les bodybuilders utilisent souvent des cocktails de protéines, qui sont son homologue artificiel.
  • La production de glycogène. Pour comprendre pourquoi vous avez besoin d'insuline dans votre corps, vous pouvez examiner le système enzymatique qui a été exposé à l'hormone. Son activité est grandement accrue. Surtout si vous regardez la synthèse du glycogène. Bien que l’insuline soit son antagoniste, sa production est liée et plus une substance est synthétisée, plus l’autre sera riche.

Comment l'hormone fonctionne

En étudiant les caractéristiques de l'insuline, vous devez faire attention à son mécanisme d'action. Il repose sur la fourniture d'une influence sur les cellules cibles qui ont besoin de glucose. Le plus exigé dans ses tissus adipeux et musculaires. Le sucre n'est pas moins important pour le foie. Les cellules cibles consomment du glucose au besoin et stockent le surplus excédentaire. Le stock est sous forme de glycogène. Au début de la faim, le glucose en est libéré et envoyé dans le sang, où son cycle se répète.

L'équilibre de l'insuline et du glucose dans le sang est assuré par son antagoniste - le glucagon. S'il y a des perturbations dans la production d'une hormone qui chez l'homme est élevé (hyperglycémie) ou tombe (hypoglycémie) sucre dans le sang. Chacune de ces complications peut provoquer des conséquences terribles, y compris la mort.

Influence sur la santé humaine

La réduction de la concentration en sucre provoquée par une quantité trop élevée d'insuline est appelée hypoglycémie. Une personne éprouve une grave faiblesse, jusqu'à la perte de conscience. Dans les cas graves, une issue fatale et un coma hypoglycémique sont possibles. Contrairement à cette condition, il existe une hyperglycémie causée par une faible concentration de l'hormone ou sa faible digestibilité. Il se manifeste sous la forme de diabète sucré. Il existe 2 types de maladies:

  • Le premier type est appelé insulinodépendant en raison du besoin d'injections d'insuline d'une personne. Il y a une maladie due à une violation du pancréas. Le traitement comprend l'injection d'hormones et la correction du mode de vie.
  • Le second type est appelé dépend non insulinodépendant ainsi qu'une hormone produite par le pancréas, mais en quantité insuffisante ou cellules cibles perçoivent pire. Les gens ont plus de 40 ans, en particulier ceux qui souffrent d'obésité. L'essence du traitement prend des médicaments qui améliorent la perception de l'hormone et le mode de vie correct.

Qu'est-ce que l'insuline?

Pour le corps humain, l'hormone d'insuline appartenant au groupe peptidique est très importante. Il est produit par le pancréas, responsable du contrôle de la quantité de glucose dans le sang. Une concentration réduite ou élevée de l'hormone dans le sang provoque des maladies dangereuses pour une personne. Le traitement du diabète sucré par l'insuline est considéré comme l'une des méthodes de traitement les plus efficaces.

Le corps humain a besoin d'insuline pour maintenir une glycémie optimale.

Fonction primaire

L'insuline est une protéine qui, malgré sa taille, a une grande importance dans l'organisme humain. Sa structure consiste en 2 chaînes du 51ème résidu d'acide aminé (A et B). Structure de chaîne A - 21 résidus d'acides aminés, respectivement, dans la structure de la chaîne 30. La concentration d'insuline dans le sang affecte le fonctionnement de tout le métabolisme humain. Mais la fonction principale de l'insuline est de stabiliser le taux de sucre dans le plasma sanguin. Sous l'action de la molécule d'insuline, le glucose est transporté vers les cellules graisseuses, musculaires et nerveuses. L'hormone agit sur le métabolisme des glucides, convertissant le glycogène en glucose. Ainsi, l'hormone protège une personne du développement du diabète sucré.

Une autre caractéristique importante de l'hormone est son appartenance à l'anabolisant. Les principaux effets de l'insuline comme un anabolisant exprimé dans le fait qu'il aide à mettre en œuvre la délivrance d'acides aminés dans le muscle, construire le muscle, mais il réduit la graisse du corps de l'opération par la combustion des hydrates de carbone à la place. Il fournit un excès de glucose aux muscles, au foie et au tissu adipeux. La place des résidus dépendra directement de la nutrition humaine. L'hormone a des propriétés stimulantes et suppressives parallèles, indiquées dans le tableau.

De quoi est-il produit?

L'insuline est synthétisée en cas de pénurie de glucose dans le sang. sucre réduit favorise la libération de cette hormone pour revenir au glucose normale 3,3-5,5 mmol / l sur un estomac vide. La production d'insuline dans l'organisme est responsable du pancréas. multipass fonctionnement, dans lequel le précurseur est transformé en préproinsuline, proinsuline ci-après, l'insuline et complète le circuit - Synthèse de l'insuline.

De l'insuline est formée dans les cellules du pancréas avec le peptide du groupe C, les ions zinc et l'améline. Après avoir mangé un pancréas sucré, le patient le produit en grande quantité. L'augmentation de la sécrétion d'insuline est due à une augmentation du calcium dans le sang, du potassium et des acides gras. Si le niveau de glucagon augmente, le corps détourne moins d'une hormone.

Avec le syndrome de Somoji, il y a un excès chronique d'hormones et l'insuline n'aide pas à réduire la concentration de sucre dans le sang.

Normes chez les adultes et les enfants

Pour déterminer la quantité d'insuline, vous avez besoin d'une analyse spéciale. Sur un estomac vide, le sang veineux se rend. Le niveau standard de l'hormone a de tels indicateurs:

  • pour une personne adulte en bonne santé - 4,1 à 5,9 mmol / l;
  • pour les enfants âgés de 1 mois à 14 ans - 3,3-5,6 mmol / l;
  • pour les enfants jusqu'à 1 mois - 2,8-4,4 mmol / l;
  • pour les femmes âgées et les femmes enceintes - 4,6-6,7 mmol / l.
Retour au sommaire

Augmentation de la concentration

Une augmentation de la sécrétion d'insuline se produit pour les raisons suivantes:

  • diabète sucré de type 2;
  • présence dans le régime alimentaire d'aliments contenant de nombreux glucides et confiseries;
  • malnutrition;
  • Augmentation de l'activité physique de manière stable;
  • expériences régulières
  • surpoids;
  • manque de chrome et de vitamine E.

Lorsque l'insuline dans le corps est produite de manière excessive, il existe de tels symptômes:

  • faim stable, même après avoir mangé;
  • fatigue constante;
  • essoufflement, qui se forme même après une légère charge;
  • douleur dans les muscles;
  • convulsions;
  • écorcher la peau;
  • mauvaise cicatrisation des plaies.
Retour au sommaire

Signes d'augmentation avec le sucre normal

Une concentration élevée d'insuline avec des taux de sucre dans les limites normales peut signaler le syndrome d'Itenko-Cushing. En raison de cette pathologie, le système surrénalien libère plus d’hormones, ce qui entraîne diverses complications. L'augmentation de la concentration de l'hormone affecte l'acromégalie (maladie hypophysaire caractérisée par un excès d'hormone de croissance). Un taux élevé d'hormone avec du sucre normal peut provoquer des infections, des maladies du foie et des tumeurs.

Que dois-je faire?

Pour normaliser le niveau de l'hormone, il est nécessaire d'examiner le médecin pour diagnostiquer les causes. Après le médecin donne des recommandations claires. Le plus souvent, ils sont réduits à un régime alimentaire et à de l'exercice, parfois vous avez besoin de médicaments. Le régime alimentaire riche en hormone se compose de fruits, de légumes, d’œufs, de poisson et de viande faible en gras. Il est indésirable d'utiliser des produits de confiserie, du sel, des saucisses, des conserves, de l'alcool.

Faible taux d'hormone d'insuline

La teneur en insuline peut également diminuer. La réduction hormonale est influencée par de telles circonstances:

  • expériences régulières
  • non-respect du régime alimentaire;
  • consommation excessive de produits à base de farine et de sucre;
  • pathologies infectieuses et chroniques;
  • diabète sucré;
  • manque de circulation.

Les signes d'un manque d'hormone:

  • augmentation des taux de glucose;
  • visites constantes aux toilettes sur un petit
  • soif épuisante.
Retour au sommaire

Au bon niveau de sucre

La diminution du taux d'insuline avec une quantité normale de glucose dans le sang est l'un des principaux symptômes du diabète de type 1 ou des troubles du système endocrinien. Il est également possible de décomposer le bilan eau-sel, qui se traduit par une diminution de la pression, un dysfonctionnement du système circulatoire dans les organes, en particulier dans le cerveau.

Comment s'améliorer?

Normaliser le niveau de l'hormone peut être par injection. La formule de mélange est désignée par le médecin. Après avoir pris de l'insuline, la condition devrait s'améliorer, mais les injections doivent être effectuées régulièrement. Pour cela, les types d'hormone suivants sont utilisés:

  • Rapide Efficace après 5 minutes. Le résultat se manifeste en une heure, mais l'action de l'insuline ne dure pas longtemps.
  • Court Le résultat est dans 30 minutes. L'action de l'hormone courte dure un peu plus longtemps que le rapide.
  • Moyenne L'injection est faite avec un type rapide ou court. De ce fait, l'effet dure environ 12 heures.
  • Le long Il est entré avec un type court ou rapide. Il est appliqué le matin et fonctionne toute la journée.
  • Intégré. Il est composé de types moyens et courts. Fait à l'avance, généralement utilisé par les patients qui ne savent pas faire un mélange par eux-mêmes.

Pour éviter les complications, un traitement approprié avec un niveau réduit d’hormones est prescrit uniquement par le médecin traitant. Avant d'utiliser le médicament, vous devez étudier la description qui y est jointe.

En plus de l'insuline, montre l'exercice avec modération et de l'alimentation, dans lequel il doit y avoir de la viande maigre, des légumes (choux), le persil, le yogourt, les fruits (pommes), les baies (bleuets).Trebuetsya exclure le menu des pommes de terre, la semoule, le riz et le sucre miel produits De plus, des suppléments biologiques, y compris du zinc et du calcium, aideront.

Qu'est-ce que l'insuline et quel est son rôle dans l'organisme?

Tout le monde a entendu parler du diabète. Heureusement, beaucoup de personnes n’ont pas une telle maladie. Bien qu'il arrive souvent que la maladie se développe très discrètement, imperceptiblement, seulement avec un examen planifié ou dans une situation d'urgence, montrant votre visage. Le diabète dépend du niveau d'une certaine hormone, produite et absorbée par le corps humain. La nature de l'insuline, son fonctionnement et les problèmes pouvant entraîner son excès ou sa déficience seront décrits ci-dessous.

Hormones et santé

Le système endocrinien est l'un des composants du corps humain. De nombreux organes produisent des substances complexes - les hormones. Ils sont importants pour l'assurance qualité de tous les processus dont dépend l'activité vitale d'une personne. L'une de ces substances est l'hormone insuline. Son excès affecte uniquement le travail de nombreux organes, mais aussi la vie elle-même, car une chute brutale ou une augmentation du niveau de cette substance peut provoquer le coma ou même la mort d'une personne. Par conséquent, un certain groupe de personnes souffrant d'une violation du niveau de cette hormone, portent constamment une seringue contenant de l'insuline pour pouvoir se faire une injection vitale.

Insuline hormonale

Qu'est-ce que l'insuline? Cette question intéresse ceux qui connaissent son abondance ou sa pénurie, pas par ouï-dire, ni ceux qui n’ont pas abordé le problème du déséquilibre de l’insuline. L'hormone produite par le pancréas a reçu son nom du mot latin "insula", qui signifie "île". Son nom provient de la zone d'éducation - les îlots de Langerhans, situés dans les tissus du pancréas. À l'heure actuelle, cette hormone a été étudiée de manière approfondie par les scientifiques, car elle affecte tous les processus se produisant dans tous les tissus et organes, bien que sa tâche principale soit d'abaisser le taux de sucre dans le sang.

L'insuline en tant que structure

La structure de l'insuline n'est plus un secret pour les scientifiques. L'étude de cet important pour tous les organes et systèmes de l'hormone a commencé dès la fin du XIXe siècle. Il est à noter que les cellules du pancréas qui produisent l'insuline - les îlots de Langerhans, tire son nom de l'étudiant en médecine, d'abord attiré l'attention sur l'accumulation de cellules dans le tissu étudié sous un corps de microscope du système digestif. Près d'un siècle s'est écoulé depuis 1869, avant que l'industrie pharmaceutique n'ait mis en place une production de masse de médicaments contenant de l'insuline, afin que les personnes atteintes de diabète puissent améliorer de manière significative leur qualité de vie.

La structure de l'insuline est une combinaison de deux chaînes polypeptidiques constituées de résidus d'acides aminés reliés par des ponts disulfures. La molécule d'insuline contient 51 résidus d'acides aminés, divisés en deux groupes - 20 sous le "A" et 30 sous le "B". Les différences entre l'homme et l'insuline porcine, par exemple, est présent en un seul résidu à l'indice « B », l'insuline humaine et l'hormone pancréatique bovine diffère de trois index de résidus « B ». Par conséquent, l'insuline naturelle du pancréas de ces animaux - l'un des composants les plus communs pour les médicaments dans le diabète.

Recherche scientifique

L'interdépendance du travail pancréatique de mauvaise qualité et le développement du diabète - une maladie accompagnée d'une augmentation de la glycémie et des taux d'urine - ont été remarqués par les médecins pendant longtemps. Mais ce n'est qu'en 1869 qu'un étudiant en médecine de Berlin, Paul Langerhans, âgé de 22 ans, a découvert des groupes de cellules pancréatiques auparavant inconnus des scientifiques. Et c'est sous le nom du jeune chercheur qu'ils ont obtenu leur nom - les îlots de Langerhans. Après un certain temps au cours des expériences, les scientifiques ont montré que le secret de ces cellules affecte la digestion, et son absence augmente fortement le taux de sucre dans le sang et l'urine, ce qui a un impact négatif sur l'état du patient.

Le début du XXe siècle a été marqué par la découverte par le scientifique russe Ivan Petrovich Sobolev de la dépendance du métabolisme des glucides à l’activité de production de la sécrétion des îlots de Langerhans. Pendant longtemps, les biologistes ont déchiffré la formule de cette hormone afin de pouvoir la synthétiser artificiellement, car il y a de très nombreux patients diabétiques et le nombre de personnes atteintes de cette maladie ne cesse de croître.

Ce n'est qu'en 1958 que la séquence d'acides aminés a été déterminée, à partir de laquelle une molécule d'insuline s'est formée. Pour cette découverte, un biologiste moléculaire du Royaume-Uni, Frederick Sanger, a reçu le prix Nobel. Mais le modèle spatial de la molécule de cette hormone en 1964, utilisant la méthode de diffraction des rayons X, a été déterminé par Dorothy Crowfoot-Hodgkin, pour lequel elle a également reçu le prix scientifique le plus élevé. L'insuline dans le sang est l'un des principaux indicateurs de la santé humaine, et sa fluctuation au-delà de certains indices normatifs est la raison d'un examen approfondi et de l'établissement d'un certain diagnostic.

Où est produite l'insuline?

Afin de comprendre ce que l'insuline est nécessaire pour comprendre - pourquoi l'homme a besoin d'un pancréas, en fait, il est le corps appartenant au système endocrinien et digestif qui produit cette hormone.

La structure de chaque organe est complexe, car en plus des départements de l'organe, divers tissus composés de différentes cellules y travaillent. Une caractéristique du pancréas sont les îlots de Langerhans. Ce sont des accumulations spéciales de cellules productrices d'hormones situées dans tout le corps de l'organe, bien que leur emplacement principal soit la queue du pancréas. Selon un biologiste, chez un adulte, il existe environ un million de ces cellules et leur masse totale ne représente qu'environ 2% du poids corporel.

Comment l'hormone "douce" est-elle produite?

L'insuline dans le sang, contenue dans une certaine quantité, est l'un des indicateurs de la santé. Pour en arriver à un concept si évident pour l'homme moderne, les scientifiques avaient besoin de plus d'une douzaine d'années de recherches minutieuses.

Initialement, deux types de cellules ont été isolés, parmi lesquels les îlots de Langerhans, - les cellules de type A et les cellules de type B. Leur différence consiste dans la production de différentes dans leur orientation fonctionnelle du secret. Les cellules de type A produisent du glucagon, une hormone peptidique qui favorise la dégradation du glycogène dans le foie et maintient un taux constant de glucose dans le sang. Les cellules bêta sécrètent l'insuline - hormone peptidique du pancréas qui abaisse le taux de glucose sanguin, ce qui affecte tous les tissus et, par conséquent, les corps du corps humain ou animal. Il existe une relation claire - pancréatiques cellules A-potentialisent l'apparition du glucose, ce qui rend le travail des cellules B sécrétant l'insuline, ce qui réduit le taux de sucre. Depuis les îlots de Langerhans, l'hormone "douce" est produite et pénètre dans la circulation sanguine en plusieurs étapes. La préproinsuline, précurseur peptidique de l'insuline, est synthétisée sur les ribosomes du bras court du chromosome 11. Cet élément initial consiste en 4 types de résidus d'acides aminés - peptide A, peptide B, peptide C et peptide L. Il pénètre dans le réticulum endoplasmique du réseau eucaryote, où le peptide L en est coupé.

Ainsi, la préproinsuline se transforme en proinsuline, pénétrant dans l'appareil dit de Golgi. C'est là que mûrit l'insuline: la proinsuline perd le peptide C, se divisant en insuline et en résidu peptidique biologiquement inactif. À partir des îlots de Langerhans, l'insuline est sécrétée par l'action du glucose dans le sang, qui pénètre dans les cellules B. En conséquence du cycle de réactions chimiques des granules de sécrétion, l'insuline sécrétée est sécrétée plus tôt.

Quel est le rôle de l'insuline?

L'action de l'insuline a été longtemps étudiée par des physiologistes, physiopathologistes. À l'heure actuelle, c'est l'hormone la plus étudiée du corps humain. L'insuline est importante pour presque tous les organes et tissus, participant à la majorité absolue des processus métaboliques. Un rôle particulier est attribué à l'interaction de l'hormone du pancréas et des glucides.

Le glucose est une substance dérivée dans le métabolisme des glucides et des graisses. Il pénètre dans les cellules B des îlots de Langerhans et les fait sécréter activement de l'insuline. Le travail maximum que cette hormone effectue au transport du glucose dans les tissus gras et musculaires. Qu'est-ce que l'insuline pour le métabolisme et l'énergie dans le corps humain? Elle permet ou empêche de nombreux processus, affectant ainsi le travail de pratiquement tous les organes et systèmes.

La voie de l'hormone dans le corps

L’insuline est l’une des hormones les plus importantes qui affectent tous les systèmes du corps. Son niveau dans les tissus et les fluides du corps sert d'indicateur de l'état de santé. La voie que cette hormone passe de la production à l'élimination est très compliquée. La plupart du temps, il est excrété par les reins et le foie. Mais les scientifiques mènent une étude sur la clairance de l'insuline dans le foie, les reins et les tissus. Ainsi, dans le foie, en passant par la veine porte, appelée système porte, environ 60% de l'insuline produite par le pancréas se dissout. La quantité restante, soit les 35 à 40% restants, est excrétée par les reins. Si l'insuline est administrée par voie parentérale, il ne passe pas la veine du portail, ce qui signifie que l'élimination de base est effectuée par les reins qui affectent leur santé et, si je puis dire, est usée.

L'essentiel est l'équilibre!

L'insuline peut être appelée régulateur dynamique des processus de formation et d'utilisation du glucose. Augmenter le taux de sucre dans le sang de plusieurs hormones, par exemple, le glucagon, la somatotropine (hormone de croissance), l'adrénaline. Mais le niveau de glucose ne réduit que l'insuline et en cela il est unique et extrêmement important. C'est pourquoi on l'appelle aussi hormone hypoglycémiante. Un indicateur caractéristique de certains problèmes de santé est la glycémie, qui dépend directement de la production de la sécrétion des îlots de Langerhans, car elle réduit l'insuline dans le glucose sanguin.

La glycémie, déterminée à jeun chez un adulte en bonne santé, est de 3,3 à 5,5 mmol / litre. Selon la durée de consommation d'une personne, cet indicateur varie entre 2,7 et 8,3 mmol / litre. Les scientifiques ont constaté que manger provoque une augmentation du taux de glucose à plusieurs reprises. Une augmentation régulière prolongée de la quantité de sucre dans le sang (hyperglycémie) indique le développement du diabète sucré.

L'hypoglycémie - une diminution de cet indicateur, peut entraîner non seulement un coma, mais aussi une issue fatale. Si le niveau de sucre (glucose) tombe en dessous de la valeur physiologiquement acceptable, le travail comprend des hormones hyperglycémiques (contre-insuline) libérant du glucose. Mais l'adrénaline et les autres hormones du stress suppriment fortement la sécrétion d'insuline, même dans le contexte d'un taux de sucre élevé.

L'hypoglycémie peut se développer avec une diminution de la quantité de glucose dans le sang due à l'excès de médicaments contenant de l'insuline ou à une production excessive d'insuline. L'hyperglycémie, au contraire, déclenche la production d'insuline.

Maladies insulino-dépendantes

L'augmentation de l'insuline provoque une baisse de la glycémie qui, en l'absence de mesures d'urgence, peut entraîner un coma hypoglycémique et la mort. Une telle affection est possible avec une tumeur bénigne non détectée provenant des cellules bêta des îlots de Langerhans dans le pancréas-insulinome. Une seule dose d'insuline en excès, administrée intentionnellement, a été utilisée pendant un certain temps dans le traitement par la schizophrénie pour potentialiser le choc insulinique. Mais l'administration à long terme de doses importantes d'insuline provoque un complexe de symptômes appelé syndrome de Somogy.

Une augmentation régulière de la glycémie est appelée diabète sucré. Spécialistes cette maladie est divisée en plusieurs types:

  • Le diabète de type 1 est basé sur l'insuffisance de la production d'insuline par les cellules pancréatiques, l'insuline dans le diabète de type 1 étant un médicament essentiel;
  • Le diabète de type 2 se caractérise par une diminution du seuil de sensibilité des tissus insulino-dépendants à cette hormone;
  • MODY-diabète est un complexe de défauts génétiques qui, ensemble, réduisent la quantité de sécrétion de cellules B dans les îlots de Langerhans;
  • Le diabète sucré gestationnel ne se développe que chez la femme enceinte, après la naissance, il disparaît ou est significativement réduit.

Un trait caractéristique de tout type de cette maladie est non seulement une augmentation du taux de glucose dans le sang, mais également une violation de tous les processus métaboliques, ce qui entraîne des conséquences graves.

Avec le diabète, vous devez vivre!

Il n'y a pas si longtemps, le diabète sous forme d'insulinzavisimoy était considéré comme quelque chose qui détériorait sérieusement la qualité de vie du patient. Mais aujourd'hui, de nombreux dispositifs sont développés pour ces personnes, ce qui simplifie grandement les tâches quotidiennes de maintien de la santé. Ainsi, par exemple, un stylo-seringue pour insuline est devenu un attribut indispensable et pratique pour la prise régulière de la dose d'insuline nécessaire, et le glucomètre vous permet de ne pas quitter la maison, de contrôler indépendamment le taux de sucre dans le sang.

Types de préparations d'insuline modernes

Les personnes qui sont obligées de prendre des médicaments contenant de l'insuline savent que l'industrie pharmaceutique les produit dans trois positions différentes, caractérisées par la durée et le type de travail. Ce sont les types d'insuline.

  1. L'insuline ultra-courte est une nouveauté en pharmacologie. Ils ne fonctionnent que pendant 10 à 15 minutes, mais pendant ce temps, ils ont le temps de jouer le rôle d'insuline naturelle et d'exécuter toutes les réactions métaboliques dont le corps a besoin.
  2. L'insuline courte ou rapide est prise immédiatement avant les repas. un tel médicament commence à agir 10 minutes après son administration par voie orale, et la durée de son action est au maximum de 8 heures à partir du moment de l'administration. Ce type se caractérise par une dépendance directe à la quantité de substance active et à la durée de son travail - plus la dose est élevée, plus la dose est longue. Les injections d'insuline courte sont administrées par voie sous-cutanée ou intraveineuse.
  3. L'insuline moyenne représente le plus grand groupe d'hormones. Ils commencent à travailler 2-3 heures après l'introduction dans le corps et durent 10-24 heures. Différents médicaments de l'insuline moyenne peuvent avoir différents pics d'activité. Souvent, les médecins prescrivent des médicaments complexes qui incluent l'insuline courte et moyenne.
  4. Les insulines à action prolongée sont considérées comme des médicaments de base, qui sont pris 1 fois par jour et sont donc appelés basiques. Pour travailler l'insuline de l'action prolongée commence après seulement 4 heures, par conséquent aux formes sérieuses de la maladie à manquer sa réception n'est pas recommandée.

Décidez de la question de savoir quelle insuline choisir pour un cas spécifique de diabète, peut être médecin dans le traitement de nombreuses circonstances et l'évolution de la maladie.

Qu'est-ce que l'insuline? Une hormone vitale du pancréas, la plus étudiée, responsable de la réduction de la glycémie et de la participation à la quasi-totalité des processus métaboliques dans la grande majorité des tissus de l'organisme.

Insuline - la fonction de l'hormone dans le corps humain

C'est un mot mordant d'insuline. Pisano réécrit beaucoup à son sujet. Certains le perçoivent comme un verdict, quelqu'un comme un espoir et quelqu'un est complètement indifférent au sujet.

Mais si, pour une raison quelconque, le lecteur est intéressé par cette problématique, alors il reste des questions en suspens et tout n’est pas clair pour lui.

Nous allons essayer de l'expliquer dans un langage compréhensible, en utilisant moins de termes médicaux, pour lesquels le corps a besoin de ce produit du pancréas, quelles fonctions lui sont assignées et à quel point cet îlot de vie est important pour l'homme.

Oui, c'est comme ça que l'insula est traduit du latin.

Qu'est-ce que l'insuline?

Ceux qui considèrent la fonction de l'insuline de manière unilatérale ne sont pas tout à fait justifiés. lui attribuant le rôle d'un taxi biologique, qui devrait fournir le glucose du point A au point B, tout en oubliant que cette hormone fournit non seulement le métabolisme des hydrates de carbone, mais aussi des électrolytes, des graisses et des protéines.

Sa capacité de communication à travers la membrane cellulaire des éléments biologiques tels que les acides aminés, les lipides, les nucléotides ne peut pas être surestimée.

Par conséquent, il ne faut pas nier que c'est l'insuline immunoréactive (IRI) qui remplit la fonction régulatrice essentielle de la perméabilité de la membrane.

Les caractéristiques de performance mentionnées ci-dessus permettent à ce produit biologique de se positionner comme une protéine aux propriétés anabolisantes.

Il existe deux formes de l'hormone:

  1. Insuline libre - stimule l'absorption du glucose par les tissus adipeux et musculaires.
  2. Cohérent - il ne réagit pas avec les anticorps et n'est actif que contre les cellules graisseuses.

Quel corps fonctionne?

Immédiatement, il convient de noter que l’organe synthétisant le «facteur d’échange», ainsi que le processus de sa production, n’est pas un banc de shirpotrebovskaya provenant d’une salle semi-souterraine. C'est un complexe biologique multifonctionnel complexe. Dans un corps sain, son effet sur la fiabilité est comparable à une horloge suisse.

Le nom de ce maître est le pancréas. Depuis l'Antiquité, sa fonction d'affirmation de la vie a été connue, qui influence la transformation de la nourriture consommée en énergie vitale. Plus tard, ces processus ont été appelés métaboliques ou métaboliques.

Pour plus convaincant donnera un exemple: dans l'ancien Talmud, livre de vie des règles et canons des Juifs, le pancréas est appelé « le doigt de Dieu. »

En touchant légèrement l'anatomie humaine, nous soulignons qu'il se situe derrière l'estomac dans la cavité abdominale. Par sa structure, le fer ressemble vraiment à un organisme vivant séparé.

Il a presque tous ses composants:

Le "pancréas" est constitué de cellules. Ces derniers, à leur tour, forment des îlots qui ont reçu le nom d'îlots pancréatiques. Un autre nom est donné en l'honneur du découvreur de ces îlots vitaux du pathologiste allemand Paul Langerhans - îlots de Langerhans.

La présence de formations de cellules insulaires a été corrigée par un allemand, mais le médecin russe L. Sobolev a découvert que ce sont ces cellules qui isolent (synthétisent) l'insuline.

Rôle dans le corps humain

Le processus de compréhension du mécanisme de la production d'insuline et de compréhension de son effet sur le métabolisme prend en compte non seulement les médecins, mais aussi les biologistes, les biochimistes et les ingénieurs en génétique.

La responsabilité de sa production est attribuée aux cellules β.

En réponse au niveau de sucre dans le sang et les processus métaboliques, il remplit les fonctions suivantes:

  • motive les cellules membranaires pour augmenter leur perméabilité;
  • est le principal catalyseur du clivage du glucose;
  • motive la synthèse du glycogène, un composant glucidique complexe qui stocke l'énergie vitale;
  • active les processus de production de lipides et de protéines.

En l'absence d'hormones, les conditions préalables à l'apparition d'une maladie grave - le diabète sucré - sont créées.

Un lecteur qui ne comprend pas parfaitement pourquoi cette hormone est nécessaire peut avoir une opinion erronée sur son rôle dans le processus de la vie. Disons que c'est un régulateur absolu de toutes les fonctions de la vie, qui n'apporte qu'un seul avantage.

C'est loin d'être le cas. Tout devrait être dosé avec modération, alimenté correctement, à la bonne quantité, au bon moment.

Imaginez un instant que vous deveniez une "cuillère" avec des cuillères, des canettes, des tasses, un miel si utile de mai.

On peut dire la même chose du doux soleil du matin et du soleil impitoyable de midi.

Pour comprendre, considérons un tableau qui donne une idée de ses fonctions de polarité différente:

Il motive la production de glycogène, appelée ainsi. polysaccharide - la deuxième installation de stockage d'énergie la plus importante.

Il arrête le processus de décomposition du glycogène.

Renforce le mécanisme de dégradation du sucre.

Active le processus de création des ribosomes, qui à leur tour synthétisent les protéines et, par conséquent, la masse musculaire.

Empêche le catabolisme (destruction) des protéines.

Sert de communicateur d'acides aminés pour les cellules musculaires.

Garde la graisse, empêchant l'utilisation de son énergie.

Transporte le glucose dans les cellules adipeuses.

Ses excédents agissent comme des destructeurs des artères, car ils provoquent leur blocage, créant autour d'eux des tissus musculaires mous.

À la suite du phénomène ci-dessus, la pression artérielle augmente.

Établi sa relation dans l'émergence de nouvelles formations dangereuses dans le corps. L'insuline est une hormone et son excès sert de facteur de motivation pour la reproduction cellulaire, y compris le cancer.

Tissus dépendant de l'insuline

La division des tissus corporels en fonction des signes de dépendance repose sur le mécanisme par lequel le sucre pénètre dans les cellules. Dans l'insulinzavisimye, le glucose est ingéré par l'insuline et, au contraire, par d'autres, indépendamment.

Le premier type est le foie, le tissu adipeux et les muscles. Ils ont des récepteurs qui interagissent avec ce communicateur, augmentent la sensibilité et le débit des cellules, déclenchant des processus métaboliques.

Avec le diabète, cette "compréhension mutuelle" est violée. Voici un exemple avec une clé et un cadenas.

Le glucose veut entrer dans la maison (dans la cage). La maison a une serrure (récepteur). Pour cela, elle a une clé (insuline). Et tout va bien, quand tout va bien - la clé ouvre doucement la serrure, laissant entrer la cage.

Mais voici le problème - la serrure s'est brisée (pathologie dans le corps). Et la même clé, ne peut pas ouvrir le même verrou. Le glucose ne peut pas pénétrer dans la maison, c’est-à-dire dans le sang. Qu'est-ce que le pancréas, à quels tissus envoyer un signal - nous n'avons pas assez de glucose, pas d'énergie? Eh bien, elle ne sait pas que le verrou est cassé et donne au glucose la même clé, produisant encore plus d'insuline. Qui est également incapable d'ouvrir la porte.

Au début de la résistance à l'insuline (immunité), le fer produit de plus en plus de portions. Le niveau de sucre augmente. En raison de la forte concentration accumulée de l'hormone, le glucose se «presse» néanmoins dans les organes insulino-dépendants. Mais cela ne peut pas continuer si longtemps. En travaillant sur l'usure, les cellules β sont épuisées. Le taux de sucre dans le sang atteint une valeur seuil, qui caractérise l'apparition du diabète de type 2.

Le lecteur peut avoir une question légitime et quels facteurs externes et internes peuvent déclencher une résistance à l'insuline?

C'est assez simple. Désolé pour la grossièreté, mais il est irrépressible zhor et l'obésité. C'est gras, enveloppant les tissus musculaires et le foie, ce qui conduit à ce que les cellules perdent leur sensibilité. 80% de la personne elle-même, et seulement lui-même, par manque de volonté et d'indifférence envers lui-même, entre dans un état aussi grave. Un autre 20% fait l'objet d'une conversation d'un format différent.

Il est intéressant de noter un fait intéressant - comme dans le corps humain, une des lois évolutionnistes de la philosophie est réalisée - la loi de l'unité et la lutte des contraires.

Il s'agit du pancréas et du fonctionnement des cellules α et des cellules β.

Chacun d'eux synthétise son produit:

  • cellules α - produisent du glucagon;
  • Les cellules β sont respectivement l'insuline.

L'insuline et le glucagon, étant en fait des antagonistes inconciliables, jouent néanmoins un rôle décisif dans l'équilibre des processus métaboliques.

L'essence est la suivante:

  1. Le glucagon - une hormone polypeptidique, stimule l'augmentation du taux de glucose dans le sang, provoquant le processus de lipolyse (formation de graisse) et de métabolisme énergétique.
  2. L'insuline est un produit protéique. Au contraire, il est inclus dans le processus de réduction du sucre.

Leur lutte irréconciliable, aussi paradoxalement que cela puisse paraître, stimule de manière positive de nombreux processus vitaux dans le corps.

Vidéo de l'expert:

Normes dans le sang

Inutile de dire l'importance de son niveau stable, qui devrait aller de 3 à 35 microU / ml. Cet indicateur indique un pancréas sain et une performance de haute qualité des fonctions qui lui sont assignées.

Dans l'article, nous avons évoqué l'idée que "... tout devrait être avec modération". Ceci, bien sûr, s'applique au travail des organes endocriniens.

Le niveau surélevé est une bombe avec une horloge armée. Cette condition indique que le pancréas produit des hormones, mais en raison d'une certaine pathologie, les cellules ne le perçoivent pas (ne le voient pas). Si vous ne prenez pas de mesures d'urgence, la réaction en chaîne se produira immédiatement, affectant non seulement les organes internes individuels, mais également les composants complexes entiers.

Si vous avez une insuline élevée, cela peut être provoqué:

  • effort physique significatif;
  • dépression et stress à long terme;
  • dysfonctionnement hépatique
  • l'émergence du diabète dans le second type;
  • acromégalie (excès anormal d'hormone de croissance);
  • l'obésité;
  • myotonie dystrophique (maladie neuromusculaire);
  • insulinome - tumeur active des cellules β;
  • une violation de la résistance des cellules;
  • déséquilibre de l'hypophyse;
  • ovaire polykystique (maladie gynécologique polyendocrine);
  • oncologie des glandes surrénales;
  • pathologie du pancréas.

De plus, dans des cas particulièrement graves, avec un taux élevé d'hormones, les patients peuvent ressentir un choc insulinique entraînant une perte de conscience.

Lorsque les niveaux élevés de l'hormone chez l'homme apparaît la soif, les démangeaisons de la peau, la léthargie, la faiblesse, la fatigue, une miction excessive, une mauvaise cicatrisation des plaies, la perte de poids avec un bon appétit.

La faible concentration, au contraire, parle de la fatigue corporelle et de la détérioration du pancréas en particulier. Il est déjà incapable de bien fonctionner et ne produit pas la bonne quantité de substance.

Raisons d'un indicateur réduit:

  • présence de diabète sucré de type 1;
  • hypodynamie;
  • dysfonctionnements dans la glande pituitaire;
  • Effort physique excessif, surtout sur un estomac vide;
  • abus de produits raffinés à partir de farine blanche et de sucre;
  • épuisement nerveux, dépression;
  • maladies infectieuses chroniques.
  • trembler dans le corps;
  • tachycardie;
  • irritabilité
  • anxiété et anxiété non motivée;
  • transpiration, évanouissement;
  • faim anormalement forte.

En contrôlant le niveau de sucre, l'introduction rapide de l'insuline dans le sang d'une personne supprime cette symptomatologie et normalise le bien-être général du patient.

Alors, après tout, quelle est la concentration d'insuline normale pour les hommes et les femmes?

Dans la forme moyenne, il est presque le même pour les deux sexes. Cependant, une femme a certaines circonstances que le sexe fort n'a pas.

La norme de l'insuline dans le sang chez la femme à jeun (μU / ml):

L'insuline: quelle est l'hormone, le niveau de sang, le niveau de diabète et d'autres maladies, l'introduction

Quelle est cette substance - l'insuline, si souvent écrite et parlée dans le contexte du diabète désormais répandu? Pourquoi, à un moment donné, il cesse d'être produit dans les quantités nécessaires ou, inversement, est-il synthétisé en excès?

L'insuline est une substance biologiquement active (BAS), une hormone protéique qui contrôle le taux de glucose dans le sang. Synthétiser cette hormone des cellules bêta qui appartiennent à l'appareil insulaire (îlots) pancréas, ce qui explique le risque de développer le diabète en violation de ses capacités fonctionnelles. En plus de l'insuline, sont synthétisés dans le pancréas et d'autres hormones, en particulier le facteur hyperglycémique (glucagon) produit des cellules d'îlots alpha de l'appareil et participe également à maintenir des concentrations constantes de glucose dans le corps.

Les valeurs d'insuline dans le sang (plasma, sérum) d'un adulte sont dans la gamme de 3 à 30 μU / ml (ou jusqu'à 240 pmol / L).

Les enfants de moins de 12 ans ne doivent pas dépasser 10 μU / ml (ou 69 pmol / l).

Bien que quelque part le lecteur atteigne la norme jusqu'à 20 microU / ml, quelque part jusqu'à 25 microU / ml - dans des laboratoires différents, la norme peut être légèrement différente. qui produit une étude, pas les valeurs données dans diverses sources.

Insuline accrue peut désigner comme pathologie, par exemple, le développement d'une tumeur pancréatique (insulinome) et une condition physiologique (grossesse).

Diminution du taux d'insuline peut indiquer le développement du diabète sucré ou simplement la fatigue physique.

Le rôle principal de l'hormone est l'hypoglycémie

L'action de l'insuline dans le corps humain (et pas seulement chez l'homme, à cet égard, tous les mammifères sont similaires) est sa participation aux processus du métabolisme:

  • Cette hormone permet au sucre, obtenu avec la nourriture, de pénétrer librement dans les cellules musculaires et graisseuses, augmentant la perméabilité de leurs membranes:
  • C'est un inducteur de la production de glucose à partir du glucose dans les cellules hépatiques et musculaires:
  • L'insuline favorise l'accumulation de protéines, ce qui augmente leur synthèse et la prévention des caries et des produits gras (il aide le tissu adipeux pour capturer le glucose et le convertir en graisse (c'est là où sont les réserves de graisse non désirés et pourquoi l'amour excessif de glucides conduit à l'obésité);
  • Augmenter l'activité des enzymes qui favorisent la dégradation du glucose (effet anabolisant), cette hormone interfère avec le travail d'autres enzymes qui cherchent à décomposer les graisses et le glycogène (effet anti-catabolique de l'insuline).

L'insuline - partout et partout, elle participe à tous les processus métaboliques du corps humain, mais le but principal de cette substance est de fournir un métabolisme glucidique, puisque c'est la seule hormone hypoglycémiante, alors que ses "adversaires", les hormones hyperglycémiques, qui cherchent à augmenter la teneur en sucre dans le sang, sont beaucoup plus (adrénaline, hormone de croissance, glucagon).

En premier lieu, le mécanisme d'insuline par les cellules bêta des îlots déclenche une concentration accrue de glucides dans le sang, mais jusqu'à cette hormone commence à produire, une fois qu'une personne mâcher un morceau de quoi que ce soit comestible, avaler et délivre à l'estomac (et pas nécessairement la nourriture était des glucides). De cette façon, la nourriture (n'importe laquelle) provoque une augmentation du taux d'insuline dans le sang et la faim sans nourriture au contraire réduit sa teneur.

De plus, le processus de formation de l'insuline stimule d'autres hormones, des concentrations élevées de certains oligo-éléments dans le sang, par exemple le potassium et le calcium, une quantité accrue d'acides gras. S'oppose à la production d'insuline au plus haut degré de l'hormone de croissance (STH). D'autres hormones, dans une certaine mesure, réduisent également la production d'insuline, par exemple la somatostatine, synthétisée par les cellules delta de l'appareil des îlots du pancréas, mais son action n'a toujours pas le pouvoir de l'hormone de croissance.

De toute évidence, les fluctuations du taux d'insuline dans le sang dépendent des variations de la glycémie dans l'organisme. On comprend donc pourquoi l'insuline est utilisée pour déterminer la quantité de glucose par les méthodes de laboratoire et la quantité de glucose (analyse sanguine pour le sucre).

Vidéo: l'insuline et ses fonctions - animation médicale

Insuline et maladie "du sucre" des deux types

Le plus souvent, la sécrétion et l'activité fonctionnelle des hormones décrites changent dans le diabète de type 2 (diabète sucré non insulinodépendant - NIDDM), qui se forme souvent chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées en surpoids. On demande souvent aux patients pourquoi le poids supplémentaire est un facteur de risque pour le diabète. Et cela se produit de la manière suivante: l'accumulation de réserves de graisse en excès s'accompagne d'une augmentation des lipoprotéines dans le sang, ce qui contribue à réduire le nombre de récepteurs à l'hormone et à en modifier l'affinité. Le résultat de telles violations est une diminution de la production d'insuline et, par conséquent, une diminution de son taux dans le sang, ce qui conduit à une augmentation de la concentration de glucose qui ne peut être éliminée en temps opportun à cause d'une déficience en insuline.

D'ailleurs, certaines personnes, l'apprentissage de leurs résultats (hyperglycémies, profil lipidique altérée), bouleversé à l'époque, à cette occasion, commencent à chercher des moyens de prévenir les maladies dangereuses - ils « assis » de toute urgence sur un régime pour perdre du poids corporel. Et très bien faire! Une telle expérience peut être très utile pour tous les patients du groupe à risque de diabète: les mesures prises en temps opportun permettent de retarder indéfiniment le développement de la maladie et ses conséquences, ainsi que la dépendance aux drogues qui réduisent le sucre dans le sang de sérum (plasma).

Une image légèrement différente est observée dans le diabète de type 1, appelé insulinodépendant (IDDM). Glucose dans ce cas autour des cellules est plus que suffisant, ils se baignent simplement dans l'environnement de sucre, mais pour maîtriser le matériel énergétique important ne peut pas en raison de la carence absolue du conducteur - il n'y a pas d'insuline. Les cellules ne peuvent pas prendre de glucose, et à la suite de telles circonstances, le corps commence à violer d'autres processus:

  • La graisse de réserve, pas complètement brûlée dans le cycle de Krebs, est envoyée au foie et participe à la formation des corps cétoniques;
  • Une augmentation significative du sucre dans le sang entraîne l'apparition d'une soif incroyable, une grande quantité de glucose commence à excréter dans les urines;
  • le métabolisme glucidique est dirigé vers un autre chemin (de sorbitol), en formant un sorbitol en excès, qui commence à se déposer dans divers domaines, en formant des conditions pathologiques: la cataracte (lentille oculaire), la polynévrite (dans les conducteurs nerveuses), le processus d'athérosclérose (dans la paroi vasculaire).

Le corps, en essayant de compenser ces troubles, stimule la dégradation des graisses, entraînant une augmentation des triglycérides sanguins, mais le niveau de la fraction utile de cholestérol diminue. La dysprotéinémie athérogène réduit les défenses de l'organisme, ce qui se traduit par une modification d'autres indicateurs de laboratoire (augmentation de la fructosamine et de l'hémoglobine glycosylée, perturbation de la composition électrolytique du sang). Dans un tel état de déficit absolu en insuline, les patients deviennent plus faibles, ont constamment soif, ils ont une grande quantité d'urine libérée.

Dans le cas du diabète, la carence en insuline affecte finalement pratiquement tous les organes et systèmes, c’est-à-dire que sa carence contribue au développement de nombreux autres symptômes qui enrichissent le tableau clinique de la maladie «sucrée».

Qu'est-ce qui "dira" les excès et les lacunes

Une augmentation de l'insuline, c'est-à-dire une augmentation de son taux dans le plasma sanguin (sérum) peut être attendue dans le cas de certaines conditions pathologiques:

  1. Insulinome - îlots de tissus tumoraux Langerhans, non contrôlés et en grande quantité, produisant une hormone hypoglycémiante. Ce néoplasme donne un niveau d'insuline assez élevé et la teneur en glucose à jeun est réduite. Pour le diagnostic de l'adénome du pancréas de ce type produisent un calcul du rapport de l'insuline et de glucose (I / G) de la formule: valeur quantitative de l'hormone dans le sang, uU / ml (teneur en sucre déterminée dans le matin à jeun, mmol / l - 1,70).
  2. Le stade initial de la formation du diabète sucré insulinodépendant, plus tard le niveau d'insuline commencera à tomber, et le sucre se développera.
  3. L'obésité. Pendant ce temps, ici et dans le cas de certaines autres maladies est nécessaire de distinguer la cause et l'effet: dans les premières étapes ne sont pas causer l'obésité, l'insuline élevée, mais au contraire, des niveaux élevés de l'hormone améliore l'appétit et facilite la transformation rapide du glucose provenant de la graisse alimentaire. Cependant, tout est tellement interrelié qu’il n’est pas toujours possible de retracer clairement la cause première.
  4. Maladies du foie.
  5. Acromégalie Chez les personnes en bonne santé, les niveaux élevés d'insuline diminue rapidement le taux de glucose dans le sang, ce qui stimule fortement la synthèse de l'hormone de croissance chez les patients ayant des valeurs d'insuline d'augmentation de l'acromégalie et l'hypoglycémie ultérieure provoque aucune réaction particulière de la part de l'hormone de croissance. Cette caractéristique est utilisée comme échantillon stimulant lors de la surveillance de l'équilibre hormonal (l'injection intraveineuse d'insuline ne provoque pas d'augmentation significative de la STH dans l'heure ou 2 heures après l'introduction de l'insuline).
  6. Syndrome d'Itenko-Cushing. La violation du métabolisme glucidique dans cette maladie est due à la sécrétion accrue de glucocorticoïdes, qui supprime le processus d'utilisation du glucose, qui, malgré le niveau élevé d'insuline, reste dans le sang à des concentrations élevées.
  7. L'insuline est élevée dans la dystrophie musculaire, qui résulte de divers troubles métaboliques.
  8. Grossesse, coulant normalement, mais avec une augmentation de l'appétit.
  9. Intolérance héréditaire au fructose et au galactose.

L'introduction d'insuline (à grande vitesse) sous la peau provoque une forte augmentation de l'hormone dans le sang du patient, qui est utilisée pour retirer le patient du coma hyperglycémique. L'utilisation d'hormones et de médicaments hypoglycémiants pour traiter le diabète entraîne également une augmentation de l'insuline dans le sang.

Il convient de noter que bien que de nombreuses personnes sachent déjà qu’il n’existe pas de remède à une augmentation du taux d’insuline, il existe un traitement pour une maladie spécifique dans laquelle un tel «trouble» survient dans le statut hormonal et une violation de divers processus métaboliques.

Une diminution des taux d'insuline est observée dans le diabète sucré et les types 1 et 2. La seule différence est qu'avec le DSNID, le déficit en hormone est relatif et causé par d'autres facteurs que le déficit absolu en DSID. En outre, la baisse des valeurs quantitatives de l'hormone dans le sang entraîne des situations stressantes, un stress physique intense ou l'impact d'autres facteurs défavorables.

Pourquoi est-il important de connaître le niveau d'insuline?

Les indices absolus du niveau d'insuline obtenus lors des études en laboratoire n'ont pas, en eux-mêmes, de grande valeur diagnostique, car les valeurs quantitatives de la concentration en glucose ne sont pas très nombreuses. C'est-à-dire, avant de juger de toute violation dans le corps, associée au comportement de l'insuline, il faut étudier sa relation avec le glucose.

A cette fin (pour augmenter la signification diagnostique de l'analyse), test de stimulation de la production d'insuline par le glucose (Test de stress), ce qui montre que chez les personnes atteintes du diabète sucré latent, l'hormone hypoglycémiante produite par les cellules bêta du pancréas est en retard, sa concentration se développe plus lentement, mais atteint des valeurs plus élevées que les personnes en bonne santé.

En plus du test de charge avec glucose, une recherche diagnostique utilise test provocateur ou, comme on l'appelle, un test de famine. L'essence des échantillons est de déterminer le patient sanguin à jeun valeurs de glucose quantitatives, l'insuline et le peptide C (partie protéique de la molécule de proinsuline), après quoi le patient est limité à la nourriture et des boissons pour un jour ou plus (jusqu'à 27 heures), d'effectuer toutes les 6 heures indicateurs d'étude d'intérêt (glucose, insuline, peptide C).

Donc, si l'insuline est augmentée principalement dans des conditions pathologiques, à l'exception de la grossesse normale, où une augmentation de son niveau considéré comme un phénomène physiologique, la détection de fortes concentrations de l'hormone, ainsi qu'une diminution du taux de sucre sanguin, joue un rôle important dans le diagnostic de:

  • Processus tumoraux localisés dans les tissus de l'appareil des îlots du pancréas;
  • Hyperplasie du tissu des îlots;
  • Insuffisance en glucocorticoïdes;
  • Une pathologie hépatique sévère;
  • Diabète sucré au stade initial de son développement.

Pendant ce temps, la présence de ces états pathologiques tels que le syndrome de Cushing, l'acromégalie, la dystrophie musculaire, les maladies hépatiques nécessitent une étude des taux d'insuline, même à diagnostiquer pour surveiller les organes et les systèmes d'exploitation et la préservation de la performance.

Comment prennent-ils et prennent l'analyse?

La teneur en insuline est déterminée dans le plasma (le sang est prélevé dans un tube à essai avec de l'héparine) ou dans le sérum (le sang prélevé sans anticoagulant est centrifugé). Pour travailler avec du matériel biologique, procéder immédiatement (maximum après un quart d'heure), car cet environnement ne tolère pas un long «temps d'inactivité» sans traitement.

Avant l'étude, le patient est expliqué la signification de l'analyse, ses caractéristiques. La réaction du pancréas aux aliments, aux boissons, aux médicaments, à l'activité physique est telle que le patient doit mourir de faim avant le test pendant 12 heures, ne pas effectuer de gros travaux physiques, exclure l'utilisation de médicaments hormonaux. Si ce dernier est impossible, c’est-à-dire que le médicament ne peut être ignoré, il est consigné sur le formulaire d’analyse que le test est effectué dans le contexte de l’hormonothérapie.

Une demi-heure avant la ponction veineuse (le sang est prélevé de la veine) à la personne qui attend la queue pour analyse, ils proposent de se coucher sur le canapé et de se détendre autant que possible. Le patient doit être averti que le non-respect des règles peut affecter les résultats, puis une rentrée dans le laboratoire et, par conséquent, des restrictions répétées seront inévitables.

Introduction de l'insuline: seule la première injection fait peur, alors - une habitude

Si tant d'attention a été accordée à l'hormone hypoglycémiante produite par le pancréas, alors aucun mal touchera brièvement l'insuline comme un médicament est prescrit pour une variété d'états pathologiques et, tout d'abord, pour les patients diabétiques.

L'introduction de l'insuline par les patients est devenue chose courante, même les enfants y font face âge scolaire qui fréquentent le médecin enseigne toutes les astuces (en utilisant le dispositif pour l'administration de l'insuline, d'observer les règles d'asepsie, accédez aux propriétés du médicament et de connaître l'effet de chaque type). Sur les injections d'insuline « s'asseoir » pratiquement tous les patients atteints de diabète de type 1 et les patients atteints de diabète sucré grave du diabète insulinodépendant. En outre, l'insuline arrête certaines conditions d'urgence ou complications du diabète en l'absence de l'effet d'autres médicaments. Toutefois, dans les cas de diabète de type 2 après la stabilisation de l'hormone hypoglycémiante du patient sous forme d'injection est remplacé par d'autres moyens, est utilisé à l'intérieur, afin de ne pas déranger les seringues, calculer et dépend du site d'injection, ce qui est de se rendre sans habitudes est assez difficile, même s'il y en a compétences pour effectuer des manipulations médicales simples.

Le meilleur médicament avec un minimum d'effets secondaires et sans contre-indications graves est une solution d'insuline dont la base est l'insuline de l'homme.

Dans la structure à l'insuline humaine est plus semblable hormone hypoglycémiante pancréas de porc, ici il est, dans la plupart des cas, et a sauvé l'humanité pendant de nombreuses années pour obtenir (par génie génétique), ou semi-synthétiques formes d'ADN recombinant de l'insuline. Pour le traitement du diabète chez l'enfant, seule l'insuline humaine est actuellement utilisée.

Les injections d'insuline ont pour tâche de maintenir une glycémie normale, évitant les extrêmes: saute (hyperglycémie) et tombe en dessous des niveaux acceptables (hypoglycémie).

Attribution de types insulines, le calcul de leur dose en fonction des caractéristiques de l'organisme, l'âge, comorbidités ne produit qu'un médecin dans une base strictement individuelle. Il enseigne également le patient comment faire leurs propres injections d'insuline, sans avoir recours à une aide extérieure, désigne l'insuline de la zone, donne des conseils sur la nutrition (devrait convenir la prise alimentaire avec l'arrivée de l'hormone hypoglycémiante dans le sang), mode de vie, la routine quotidienne, l'exercice. En général, dans le bureau d'un patient, endocrinologue reçoit toutes les connaissances nécessaires, dont dépend la qualité de sa vie, au patient ne peut les utiliser correctement et suivre strictement toutes les recommandations de votre médecin.

Vidéo: sur l'injection d'insuline

Types d'insuline

Les patients recevant une hormone hypoglycémiante sous forme injectable devront déterminer quels sont les types d'insuline, à quelle heure de la journée (et pourquoi) ils sont prescrits:

  1. Insulines ultracourtes, mais une action courte (Humalog, Novorapid) - ils apparaissent dans le sang de quelques secondes à 15 minutes, le pic de leur action est atteint en une heure et demie, mais à 4 Chasa le patient est à nouveau sans insuline et il est nécessaire de se demander si cette le moment veut de toute urgence manger.
  2. L'insuline à action prolongée (Actrapid HM, Insuman rapide, Humulin régulier) - effet est une demi-heure à 45 minutes après l'injection et dure 6 à 8 heures de pointe d'action hypoglycémique se situe dans l'intervalle compris entre 2 - 4 heures après l'administration.
  3. insuline à action intermédiaire (Humulin NPH, Insuman Basal, HM Protafan) - attendre un effet rapide de l'introduction de ce type d'insuline est pas nécessaire, il se produit à l'intérieur de 1 - 3 heures au sommet est comprise entre 6 - 8 heures et se termine après 10 - 14 heures ( dans les autres cas jusqu'à 20 heures).
  4. Insulines à longue durée d'action (jusqu'à 20 à 30 heures, parfois jusqu'à 36 heures). Le représentant du groupe: un médicament unique qui n'a pas le pic d'action - Insulin Glargin, dont les patients sont plus connus sous le nom de "Lantus".
  5. Des insulines d'action ultra-durable (jusqu'à 42 heures). En tant que représentant, vous pouvez appeler le médicament danois Insulin Degludek.

Les insulines à longue durée d'action et à très longue durée d'action sont administrées une fois par jour, elles ne conviennent pas aux urgences (jusqu'à ce qu'elles atteignent le sang). Bien entendu, dans le cas du coma, l'insuline à action ultra-courte est utilisée, ce qui rétablit rapidement les taux d'insuline et de glucose, les rapprochant de la normale.

En attribuant au patient différents types d'insuline, le médecin calcule la dose de chacun, la méthode d'administration (sous la peau ou dans le muscle), indique les règles de mélange (si nécessaire) et les heures d'administration en fonction de la prise alimentaire. Probablement, le lecteur a déjà compris que le traitement du diabète sucré (en particulier l'insuline) ne tolérera pas une attitude frivole à l'égard du régime. Les repas (de base) et les «collations» sont étroitement liés au niveau d'insuline au moment du repas; ils doivent donc être strictement contrôlés par le patient lui-même - sa santé en dépend.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

Le diabète sucré est une maladie courante du système endocrinien avec une évolution chronique. La maladie se caractérise par une augmentation de la concentration de glucose dans le sang due à un manque d'insuline (une hormone du pancréas).

Le zéphyr est un dessert délicat, fabriqué à partir de protéines et de purée de baies en fouettant. Son nom était la douceur orientale exquise nommée d'après le vent d'ouest, représenté dans les mythes grecs antiques comme un jeune homme charmant avec des ailes dans le dos.

Les médicaments modernes du diabète de type 2 complètent la vie des patients. On sait que le diabète sucré est une pathologie qui se traduit par une synthèse insuffisante de l'insuline dans le corps humain, provoquant des violations du métabolisme des glucides.