loader

Principal

Diagnostic

Grossesse dans le diabète de type 2

Le diabète sucré n'exclut pas la possibilité de supporter et de donner naissance à un enfant en bonne santé. En cas de maladie de type 2, la grossesse doit être planifiée et sous la supervision de spécialistes. En fonction de l’état de santé, le niveau de sucres, pas toutes les périodes, sera favorable à la conception.

Il existe également une autre forme de diabète gestationnel (diabète chez la femme enceinte), ce type se manifestant pendant la gestation et nécessitant une surveillance étroite par les médecins. Avec le développement d'une telle maladie, la future mère peut observer les symptômes associés et consulter un médecin.

Causes et mécanismes du développement du diabète sucré

Une telle maladie, comme le diabète de type 2 (non insulino-dépendant) survient chez les femmes, principalement au moyen âge. Les facteurs de troubles métaboliques et l'hyperglycémie (taux de glucose élevés) peuvent être l'obésité, la malnutrition, la prévalence rapide des hydrates de carbone et le manque d'exercice, ou d'une prédisposition génétique.

Ce type se caractérise par le manque de sensibilité des tissus corporels à l'insuline, alors qu'il continue à être produit dans le volume requis. Il en résulte un excès de sucre dans le sang périphérique, ce qui entraîne une hyperglycémie et diverses complications. L'excès de sucre provoque des spasmes vasculaires, un dysfonctionnement rénal, une hypertension.

Planification de la grossesse

Une grossesse non planifiée avec un diabète de type 2 peut avoir les conséquences les plus négatives pour la femme enceinte et le fœtus:

  • complication du diabète pendant la grossesse, développement d'une hypoglycémie, cétoacitose;
  • les complications dans le fonctionnement des vaisseaux sanguins, la progression de maladies telles que la cardiopathie ischémique, la néphropathie;
  • gestose (toxicose à un stade avancé de la grossesse, elle se caractérise par une pression artérielle élevée, un œdème);
  • Immaturité du fœtus avec une masse importante (un excès de glucose peut entraîner un poids du nouveau-né de 4 à 6 kg).
  • dommages au cristallin ou à la rétine de l'œil de la mère, troubles de la vision;
  • insuffisance placentaire ou décollement placentaire;
  • naissance prématurée ou fausse couche.

L'enfant mange du glucose de sa mère, mais au stade de la formation, il est incapable de se doter de la norme d'insuline nécessaire, dont le développement se heurte au développement de divers vices. C'est la principale menace pour le futur bébé, le pourcentage du patrimoine génétique de cette maladie est assez faible si un seul des parents souffre de diabète.

Lors du diagnostic du diabète de type 2, la planification de la grossesse implique une bonne compensation, le choix de la dose d'insuline optimale et la normalisation des valeurs quotidiennes en sucre. Un tel résultat est difficile à atteindre en peu de temps, mais les mêmes mesures visent à réduire le risque de complications, car pendant la grossesse, le corps doit en fournir deux.

En outre, le médecin peut prescrire plusieurs hospitalisations: lors de son inscription à l'examen, en prenant tous les tests et en prescrivant de l'insuline; pendant la grossesse, l'hospitalisation n'est prescrite que lorsque cela est nécessaire, lorsque les indicateurs peuvent représenter une menace pour la vie de l'enfant ou de la mère; avant d'accoucher.

L'effet de l'excès de poids

Une autre étape importante dans la planification de la grossesse sera la bonne alimentation équilibrée, l'exercice (dans les limites du médecin). Agir mieux à l’avance, même si on ne peut ignorer que la perte de poids est utile en soi et pas seulement avant la grossesse.

Un excès de poids corporel est observé chez la plupart des femmes, ce symptôme n'est noté qu'en présence d'une maladie de type 2 acquise. Outre les conséquences négatives connues de l'excès de poids sur les vaisseaux sanguins et les articulations, l'obésité peut devenir un obstacle à la conception ou à l'accouchement naturel.

La fructification fœtale est une charge supplémentaire pour tout le corps et, associée à un excès de poids et au diabète sucré, de graves problèmes de santé sont probables.

Un nutritionniste ou un endocrinologue peut vous aider à faire le bon régime. Il est erroné de considérer que la prise de poids pendant la grossesse est naturelle, le besoin en énergie augmente réellement, mais un excès de graisse sous-cutanée indique une suralimentation ou un dysfonctionnement du métabolisme.

Comment sont les naissances

Le contrôle total des sucres et le strict respect des recommandations des spécialistes permettront de donner naissance à un enfant de manière naturelle. En outre, avec le diabète, la césarienne peut être prescrite en cas de complications:

  1. avec une forme sévère de gestose;
  2. si le poids de l'enfant est supérieur à 4 kg;
  3. s'il n'y a aucune possibilité de contrôler le glucose;
  4. avec des dommages aux reins;
  5. en cas de décollement placentaire;
  6. avec hypoxie foetale.

En règle générale, les accouchements ont lieu dans un hôpital spécialisé pour les femmes en travail avec diabète sucré. En l'absence d'un tel examen, un endocrinologue est requis. Après la naissance d'un enfant, le besoin en insuline diminue, le spécialiste ajuste la dose et donne les recommandations nécessaires. Avec des tests positifs et un bien-être de la mère et du nouveau-né, l'allaitement est acceptable.

Diabète gestationnel

Cette forme de la maladie est d'abord manifestée et diagnostiquée pendant la gestation du fœtus. Le développement de la maladie est causé par une diminution de la résistance au glucose (une violation du métabolisme glucidique) dans le corps de la future mère. Dans la plupart des cas, après l'accouchement, la tolérance au glucose redevient normale, mais environ 10% des parturientes présentent des signes de diabète, qui deviendront plus tard un type de maladie.

Facteurs pouvant interférer avec le fonctionnement correct du métabolisme glucidique:

  • l'âge de la femme enceinte est de 40 ans;
  • tabagisme;
  • prédisposition génétique, lorsque des proches parents reçoivent un diagnostic de diabète;
  • avec un indice de masse corporelle supérieur à 25 avant la grossesse;
  • une forte augmentation de poids en présence d'un excès de poids;
  • naissance d'un enfant pesant plus de 4,5 kg plus tôt;
  • la mort du fœtus dans le passé pour des raisons inconnues.

Le médecin nomme la première étude sur la tolérance au glucose lors de son enregistrement. Si les tests montrent une teneur en sucre normale, un deuxième examen est prévu pendant 24 à 28 semaines de gestation.

Les premiers signes du diabète chez la femme enceinte ne sont pas toujours déterminés immédiatement, plus souvent les symptômes sont attribués à un dysfonctionnement mineur du corps dans le contexte de l’apparition de l’enfant.

Néanmoins, s'il y a des mictions fréquentes, une bouche sèche et une soif constante, une perte de poids et une perte d'appétit, une fatigue accrue, il est utile de consulter un médecin. Si de tels signes de la maladie se manifestent, le spécialiste de la clinique attribue les tests nécessaires. La pleine conscience du corps permettra d'éviter les doutes et de déterminer rapidement l'apparition du diabète.

Diabète et grossesse: de la planification à l'accouchement

Assez récemment, les médecins se sont catégoriquement opposés au fait que les femmes atteintes de diabète sucré soient tombées enceintes et ont donné naissance à des enfants. On croyait que dans ce cas, la probabilité d'un bébé en bonne santé est trop faible.

Aujourd'hui, la situation dans le cortex a changé: dans n'importe quelle pharmacie, vous pouvez acheter un glucomètre de poche qui vous permettra de surveiller le taux de sucre dans le sang quotidiennement et, si nécessaire, plusieurs fois par jour. Dans la plupart des consultations et des maternités, il y a tout l'équipement nécessaire pour mener une grossesse et un accouchement chez les diabétiques, ainsi que pour nourrir les enfants nés dans de telles conditions.

Grâce à cela, il est devenu évident que la grossesse et le diabète sucré - les choses sont tout à fait compatibles. Une femme atteinte de diabète avec le même succès peut produire un enfant en parfaite santé, comme une femme en bonne santé. Cependant, au cours de la grossesse, les risques de complications chez les patients diabétiques sont extrêmement élevés, la condition principale pour une telle grossesse est la surveillance constante d'un spécialiste.

Types de diabète sucré

La médecine distingue trois types de diabète:

  1. Diabète insulino-dépendant, il est également appelé diabète de type 1. Il développe en règle générale l'adolescence;
  2. Diabète non insulino-dépendant, respectivement, diabète de type 2. Il se produit chez les personnes de plus de 40 ans avec un surpoids;
  3. Gestationnel diabète sucré pendant la grossesse.

La plus fréquente chez les femmes enceintes est le type 1, pour la simple raison que cela affecte les femmes en âge de procréer. Le diabète de type 2, bien qu’il soit en soi plus courant, est beaucoup moins courant chez les femmes enceintes. Le fait est que les femmes sont confrontées à ce type de diabète beaucoup plus tard, avant la ménopause et même après son apparition. Le diabète gestationnel est extrêmement rare et cause beaucoup moins de problèmes que tous les types de maladie.

Diabète sucré gestationnel

Ce type de diabète ne se développe que pendant la grossesse et passe complètement après l'accouchement. Sa cause est la charge croissante sur le pancréas due à la libération d'hormones dans le sang, dont l'action est à l'opposé de l'insuline. Habituellement, le pancréas fait face à cette situation, mais dans certains cas, le taux de glycémie augmente sensiblement.

Bien que le diabète gestationnel soit extrêmement rare, il est souhaitable de connaître les facteurs de risque et les symptômes afin d’exclure ce diagnostic de vous-même.

Les facteurs de risque sont:

  • l'obésité;
  • syndrome des ovaires polykystiques;
  • sucre dans l'urine avant ou au début de la grossesse;
  • présence de diabète sucré chez un ou plusieurs parents;
  • diabète dans les grossesses précédentes.

Plus il y a de facteurs dans un cas particulier, plus le risque de développer la maladie est grand.

Les symptômes diabète sucré pendant la grossesse, généralement exprimé pas clairement, et dans certains cas, il se produit de manière asymptomatique. Cependant, même si les symptômes sont suffisamment prononcés, il est difficile de suspecter le diabète. Jugez par vous-même:

  • forte soif;
  • un sentiment de faim;
  • mictions fréquentes;
  • vision floue.

Comme vous pouvez le constater, presque tous ces symptômes sont courants pendant une grossesse normale. Par conséquent, il est si nécessaire de prendre régulièrement et en temps opportun un test sanguin pour le sucre. Lorsque le niveau est élevé, les médecins prescrivent des études supplémentaires. Plus sur le diabète gestationnel →

Diabète et grossesse

Donc, il est décidé, il devrait y avoir une grossesse. Cependant, avant de procéder à la mise en œuvre du plan, il ne serait pas mauvais de comprendre le sujet afin de représenter ce qui vous attend. En règle générale, ce problème est pertinent pour les patients atteints de diabète de type 1 pendant la grossesse. Comme déjà mentionné ci-dessus, les femmes atteintes de diabète de type 2 n'aspirent généralement pas et ne peuvent souvent pas accoucher.

Planification de la grossesse

Rappelez-vous une fois pour toutes, avec toute forme de diabète, seule une grossesse planifiée est possible. Pourquoi Tout est assez évident. Si la grossesse est accidentelle, une femme en sera informée quelques semaines seulement après le jour de la conception. Durant ces quelques semaines, tous les systèmes et organes de base de la future personne sont déjà en train de se former.

Et si pendant cette période le taux de sucre dans le sang chute au moins une fois, les pathologies développementales ne peuvent être évitées. De plus, les sauts idéaux du taux de sucre ne devraient pas se produire au cours des derniers mois avant la grossesse, car cela pourrait affecter le développement du fœtus.

De nombreux patients atteints de diabète sucré de forme légère ne mesurent pas régulièrement la glycémie et ne se souviennent donc pas des chiffres exacts qui sont généralement considérés comme la norme. Ils n'en ont pas besoin, il suffit simplement de faire un test sanguin et d'écouter le verdict du médecin. Cependant, pendant la planification et la prise en charge de la grossesse, ces indicateurs devront être surveillés de manière indépendante. Vous devez donc les connaître maintenant.

Normal est le niveau 3,3-5,5 mmol. La quantité de sucre de 5,5 à 7,1 mmol est appelée état de prédiabète. Si le taux de sucre dépasse le chiffre de 7,1 prières, nous parlons déjà d'un stade de diabète sucré.

Il s'avère que la préparation à la grossesse doit commencer dans 3-4 mois. Procurez-vous un lecteur de glycémie de poche pour pouvoir vérifier le niveau de sucre à tout moment. Alors, rendez visite à votre gynécologue et endocrinologue et leur dire que vous planifiez une grossesse.

Le gynécologue examine la femme pour détecter la présence d’infections concomitantes d’infections génito-urinaires et aidera à les traiter si nécessaire. L'endocrinologue vous aidera à choisir une dose d'insuline à compenser. La communication avec l'endocrinologue est obligatoire et tout au long de la grossesse.

Non moins obligatoire sera consultation ophtalmologiste. Sa tâche est d'examiner les vaisseaux du fond de l'œil et d'évaluer leur état. Si certains d'entre eux semblent peu fiables, ils sont cautérisés pour éviter les ruptures. Une consultation répétée d'un ophtalmologiste est nécessaire avant l'accouchement. Des problèmes avec les vaisseaux du jour ophtalmique peuvent bien devenir des indications pour la césarienne.

On vous conseillera peut-être de consulter d’autres spécialistes pour évaluer les niveaux de risque pendant la grossesse et vous préparer aux conséquences possibles. Ce n'est qu'après que tous les experts auront donné leur accord pour la grossesse qu'il sera possible d'annuler la contraception.

À partir de ce moment, la quantité de sucre dans le sang doit être surveillée attentivement. La réussite dépend souvent de la santé de l’enfant, de sa vie et de celle de la mère.

Contre-indications à la grossesse dans le diabète sucré

Malheureusement, dans certains cas, une femme souffrant de diabète sucré est toujours contre-indiquée. En particulier, la combinaison du diabète avec les maladies et les pathologies suivantes est absolument incompatible avec la grossesse:

  • ischémie;
  • insuffisance rénale;
  • gastro-entéropathie;
  • facteur Rh négatif chez la mère.

Caractéristiques du cours de la grossesse

Au début de la grossesse sous l'influence de l'hormone œstrogène chez les femmes enceintes atteintes de diabète sucré, il existe une amélioration de la tolérance aux glucides. Dans ce contexte, la synthèse de l'insuline augmente. Pendant cette période, la dose quotidienne d'insuline devrait naturellement être réduite.

À partir de 4 mois, lorsque le placenta se forme enfin, il commence à produire des hormones contre-insuline, telles que la prolactine et le glycogène. Leur action revient à l'action de l'insuline, à la suite de quoi le volume des injections devra être augmenté à nouveau.

En outre, à partir de à partir de la 13ème semaine il est nécessaire de renforcer le contrôle du taux de sucre dans le sang, car cette période commence le pancréas de l'enfant. Elle commence à réagir au sang de sa mère et s'il y a trop de sucre en elle, le pancréas réagit en s'injectant de l'insuline. En conséquence, le glucose se décompose et est transformé en graisse, c'est-à-dire que le fruit recrute activement la masse grasse.

En outre, si, pendant toute la grossesse, un enfant rencontre souvent du sang maternel «sucré», il est fort probable qu’à l’avenir, il sera également confronté au diabète. Bien entendu, pendant cette période, l’indemnisation pour le diabète est nécessaire.

Faites attention à ce que la dose d’insuline soit choisie à tout moment par un endocrinologue. Seul un spécialiste expérimenté peut le faire rapidement et avec précision. Bien que des expériences indépendantes puissent mener à des résultats désastreux.

Vers la fin de la grossesse l'intensité de la production d'hormones contre-insuline diminue à nouveau, ce qui oblige à diminuer la dose d'insuline. En ce qui concerne l'accouchement, il est presque impossible de prévoir le niveau de glucose dans le sang. Par conséquent, le contrôle sanguin est effectué toutes les quelques heures.

Principes de gestion de la grossesse dans le diabète sucré

Il est tout à fait naturel que la prise en charge de la grossesse de ces patients soit fondamentalement différente de la prise en charge de la grossesse dans toute autre situation. Le diabète sucré pendant la grossesse est assez prévisible, ce qui crée des problèmes supplémentaires pour les femmes. Comme on peut le voir dès le début de l'article, les problèmes associés à la maladie commenceront à déranger la femme, même au stade de la planification.

La première visite chez un gynécologue aura lieu chaque semaine et en cas de complications, les visites seront quotidiennes ou la femme sera hospitalisée. Cependant, même si tout se passe bien, il reste plusieurs fois à rester à l’hôpital.

L'hospitalisation pour la première fois est fixée rapidement, jusqu'à 12 semaines. Pendant cette période, un examen complet de la femme est effectué. Identification des facteurs de risque et des contre-indications à la grossesse. Sur la base des résultats de l'enquête, il est décidé de garder la grossesse ou de l'interrompre.

La deuxième fois qu'une femme doit se rendre à l'hôpital dans 21-25 semaines. À ce moment, un réexamen est nécessaire, au cours duquel les complications et les pathologies possibles sont identifiées et le traitement est également prescrit. Au cours de la même période, une femme est référée pour une échographie et l'étude est ensuite effectuée chaque semaine. Ceci est nécessaire pour surveiller l'état du fœtus.

La troisième hospitalisation est pour une période de 34 à 35 semaines. Et dans un hôpital, la femme reste déjà en forme. Encore une fois, l'affaire ne se passera pas sans enquête. Son but est d'évaluer l'état de l'enfant et de décider quand et comment l'accouchement aura lieu.

Le diabète seul n'empêchant pas un accouchement naturel, cette option est toujours la plus souhaitable. Cependant, le diabète entraîne parfois des complications, à cause desquelles il est impossible d'attendre une grossesse à terme. Dans ce cas, le début du travail est stimulé.

Il existe également un certain nombre de situations qui obligent les médecins à arrêter initialement la version de la césarienne, notamment:

  • un gros fruit;
  • présentation pelvienne;
  • complications diabétiques prononcées chez la mère ou le fœtus, y compris ophtalmique.

Accouchement avec diabète sucré

Pendant l'accouchement a également ses propres caractéristiques. Tout d'abord, vous devez préparer le canal de naissance à l'avance. Si cela peut être fait, la naissance commence généralement par une ponction du liquide amniotique. En outre, pour améliorer l'activité professionnelle, les hormones nécessaires peuvent entrer. Un composant obligatoire dans ce cas est l'anesthésie.

Le taux de sucre dans le sang et le rythme cardiaque du foetus sont contrôlés à l'aide du KGT. Lorsque l’activité de naissance de la femme enceinte est atténuée, l’ocytocine est injectée par voie intraveineuse et l’insuline lorsque le sucre est injecté brusquement.

Au fait, dans certains cas, le glucose peut être administré en parallèle avec l'insuline. Il n'y a rien de séditieux et de dangereux en cela, il n'est donc pas nécessaire de résister à un tel parcours de médecins.

Si, après l'administration d'ocytocine et l'ouverture du col de l'utérus, l'activité de la naissance commence à s'estomper ou qu'une hypoxie fœtale aiguë se produit, les obstétriciens peuvent avoir recours à des forceps. Si l'hypoxie commence avant l'ouverture du col, il est fort probable que l'accouchement aura lieu par césarienne.

Cependant, que la naissance ait lieu naturellement ou par césarienne, les chances d'avoir un bébé en bonne santé sont suffisamment élevées. L'essentiel est de soigner soigneusement votre corps et de répondre à temps à tous les changements négatifs, tout en respectant strictement les prescriptions du médecin.

Grossesse dans le diabète sucré de type 2

Le diabète sucré de type 2 (indépendant de l'insuline) est une modification du métabolisme associée à l'insensibilité des tissus à l'action de l'hormone insuline. À la suite d'une telle dégradation, une hyperglycémie se développe - une augmentation de la quantité de glucose dans le sang périphérique. Pendant la grossesse, le diabète non insulino-dépendant peut entraîner de nombreuses complications chez la mère et le fœtus.

Causes de la maladie

Le diabète sucré non insulino-dépendant survient principalement chez les femmes d'âge moyen. Plusieurs facteurs provoquent son apparition:

  • l'obésité;
  • nutrition inefficace (prédominance de glucides facilement assimilables dans l'alimentation);
  • hypodynamie;
  • prédisposition génétique

Le diabète de type 2 survient avant même le début de la grossesse et est associé à des caractéristiques de mode de vie. La plupart des femmes qui souffrent de ces maladies sont en surpoids. Souvent, les problèmes chez ces femmes surviennent avant la conception de l'enfant. L'obésité est l'un des signes d'un syndrome métabolique - une condition dans laquelle la possibilité d'une grossesse et la gestation d'un enfant est sous une grande question.

Mécanismes de développement du diabète

Le diabète non insulino-dépendant est caractérisé par une perte de sensibilité des tissus corporels à l'insuline. Avec cette condition, l'hormone insuline est produite en quantité suffisante, mais seules les cellules sont pratiquement incapables de la percevoir. En conséquence, la teneur en sucre dans le sang périphérique augmente, ce qui entraîne inévitablement le développement d'un grand nombre de complications.

L'hyperglycémie est dangereuse non pas par elle-même, mais par l'impact négatif qu'elle a sur le corps d'une femme enceinte. Une grande quantité de sucre entraîne un vasospasme, qui affecte nécessairement le fonctionnement de tous les organes importants. Le placenta souffre également, ce qui signifie que le fœtus ne reçoit pas suffisamment de nutriments et d’oxygène. Les reins sont cassés, l'hypertension artérielle et d'autres problèmes de santé se développent. Toutes ces conditions résultent d'une teneur élevée en sucre dans le sang et ne peuvent être corrigées qu'avec une diminution significative du glucose.

Symptômes du diabète sucré de type 2

Les symptômes de la maladie sont similaires pour tous les types de diabète. En prévision du bébé, ces symptômes peuvent ne pas être trop prononcés et même masqués dans les conditions habituelles typiques des femmes enceintes. Une miction fréquente, une soif constante et une forte sensation de faim sont très caractéristiques des femmes enceintes et ne sont pas toujours associées aux symptômes d’une maladie progressive.

Les manifestations du diabète de type 2 dépendent largement de la gravité de ses complications. Les lésions rénales chez les femmes enceintes apparaissent gonflement du visage et des extrémités. Les spasmes associés des vaisseaux sanguins entraînent le développement d'une hypertension. Les chiffres de la pression artérielle chez les femmes enceintes peuvent atteindre 140/90 mm Hg. et ci-dessus, ce qui est extrêmement défavorable pour le fœtus.

La polyneuropathie diabétique se caractérise par la défaite des fibres nerveuses des membres supérieurs et inférieurs. Il y a un engourdissement, des picotements, une sensation de ramper et d'autres signes d'un trouble du système nerveux. Avec l'allongement de la maladie, de nombreuses femmes se plaignent de douleurs dans les jambes, aggravées la nuit.

L’une des manifestations les plus graves du diabète est dommages au cristallin (cataractes) et à la rétine (rétinopathie). Avec ces pathologies, la vision tombe et même les chirurgiens expérimentés ne parviennent pas toujours à corriger la situation. Les lésions rétiniennes diabétiques constituent l'une des indications de la césarienne.

Diagnostic du diabète non insulino-dépendant

La détermination du taux de glucose chez la femme enceinte est effectuée deux fois: à la première apparition et à une période de 30 semaines. Les futures mères atteintes de diabète recommandent une surveillance continue de la glycémie à l'aide d'un glucomètre personnel. Cet appareil vous permet de toujours connaître la quantité de glucose et de modifier votre alimentation en fonction des résultats.

La plupart des femmes atteintes de diabète insulino-dépendant connaissent leur état avant la conception de l'enfant. Si la maladie a été détectée pour la première fois pendant la grossesse, un test simple pour déterminer la tolérance au glucose est obligatoire. Cette méthode vous permet de déterminer la quantité de sucre dans le sang à jeun et deux heures après avoir mangé et de diagnostiquer avec précision la maladie.

Influence du diabète sucré de type 2 sur la grossesse

Le diabète non insulino-dépendant est considéré comme l'une des pathologies les plus graves pendant la grossesse. Cette condition entraîne le développement de nombreuses complications dangereuses:

  • la gestose;
  • insuffisance placentaire;
  • décollement placentaire;
  • polyhydramnios;
  • fausse couche spontanée;
  • naissance prématurée.

La complication la plus grave de la grossesse est la gestose. Cette maladie spécifique se développe suffisamment tôt et se manifeste dès le 22-24 semaines par un gonflement et une tension artérielle irrégulière. À l'avenir, les reins sont impliqués dans le processus, ce qui ne fait qu'aggraver la condition de la future mère. La gestose sur fond de diabète est l’une des causes fréquentes de naissance prématurée ou de décollement placentaire plus précocement que le temps prescrit.

Chez les 2/3 des femmes atteintes de diabète de type 2, des polyhydramnios se développent pendant la grossesse. L'excès de liquide amniotique conduit à ce que l'enfant prenne une position oblique ou transversale dans l'utérus de la mère. En fin de grossesse, cette condition peut nécessiter une opération par césarienne. La naissance indépendante dans la mauvaise position du fœtus menace de graves blessures pour les femmes et les enfants.

Le diabète affecte l'état du fœtus, entraînant l'apparition de complications graves:

  • fœtopathie diabétique;
  • hypoxie fœtale chronique;
  • retard dans le développement de l'enfant dans l'utérus;
  • la mort du fœtus.

Traitement des complications de la grossesse chez les diabétiques de type 2

Beaucoup de femmes atteintes de diabète insulino-dépendant, avant la conception d'un enfant, prennent des médicaments qui réduisent la quantité de sucre dans le sang périphérique. En prévision du bébé, tous ces médicaments sont annulés. La plupart des médicaments dont la glycémie est inférieure sont interdits aux femmes enceintes en raison de leurs effets négatifs sur le développement du fœtus.

Pendant la grossesse, presque toutes les femmes atteintes de diabète, sont transférés à la réception de l'insuline. Ce médicament vous permet de contrôler de manière fiable la quantité de sucre dans le sang et permet ainsi d'éviter le développement de complications. La posologie d'insuline est choisie par l'endocrinologue en tenant compte de l'âge gestationnel et des données des tests de laboratoire. Au lieu des seringues traditionnelles, il est recommandé que les futures mères utilisent des pompes à insuline.

Une grande importance dans la correction des troubles métaboliques est donnée à régime alimentaire. À partir du régime alimentaire d'une femme enceinte, les glucides à éliminer (cuisson, confiserie, sucre, confiture, pommes de terre) sont exclus. L'utilisation de produits contenant des matières grasses est quelque peu restreinte. Les fruits et légumes frais sont autorisés avec modération.

Une attention particulière est accordée non seulement au régime alimentaire de la future mère, mais mode d'alimentation. Une femme enceinte atteinte de diabète doit manger au moins 6 fois par jour, mais en très petites portions. Comme collations, vous pouvez utiliser des produits laitiers, des fruits et des noix. Une des collations devrait être une heure avant le sommeil pour éviter que le sucre de nuit ne diminue dans le sang.

Les naissances chez les femmes atteintes de diabète sucré de type 2

Avec toutes les recommandations du médecin et un bon contrôle de la glycémie, il est possible d'avoir un enfant dans le canal de naissance naturel. Donner naissance à une femme atteinte de diabète devrait être dans une maternité spécialisée. Si cela n'est pas possible, vous devez obtenir le soutien d'un endocrinologue expérimenté qui peut vous aider à gérer les fluctuations du taux de sucre dans le sang périphérique.

La césarienne est réalisée dans les situations suivantes:

  • le poids du fruit est supérieur à 4 kg;
  • gestose sévère ou éclampsie;
  • hypoxie fœtale sévère;
  • décollement placentaire;
  • lésions rénales graves;
  • incapacité à contrôler adéquatement le glucose.

Après la naissance d'un enfant, le besoin en insuline chez une femme diminue considérablement. À ce moment-là, l'endocrinologue devrait ajuster la nouvelle posologie du médicament et recommander à la femme un soulagement. Si la femme et son bébé se sentent bien, l'allaitement n'est pas contre-indiqué.

Accouchement et grossesse avec diabète sucré de type I et II

Le diabète pendant la grossesse peut se développer si l'insuline (une hormone du pancréas) est produite en quantités insuffisantes.

Dans ce cas, le corps d'une femme doit travailler pour deux pour fournir de l'insuline et elle-même et l'enfant. Si la fonction du pancréas n'est pas suffisante, le taux de sucre dans le sang n'est pas régulé et peut dépasser la norme. Dans ce cas, ils parlent de diabète sucré gestationnel chez la femme enceinte.

Si les médecins peuvent diagnostiquer à temps, l'augmentation du sucre n'aura pas d'effet négatif sur le fœtus et sur le corps de la femme elle-même. Par conséquent, dès les premiers soupçons sur le développement d'une maladie de tout type, il est nécessaire de suivre scrupuleusement toutes les recommandations du médecin. En règle générale, après la naissance d'un enfant, un tel diabète passe. Bien que dans le même temps, la moitié des futures mères risquent de connaître à nouveau ce problème lors de grossesses ultérieures.

Diabète maternité: le moment est inchangé

Diabète gestationnel et grossesse, ce problème peut commencer sur une période de 16 à 20 semaines. Avant cela ne peut pas arriver, car le placenta n'est pas encore complètement formé. Dans la seconde moitié de la grossesse, le placenta commence à produire du lactogène et de l'œstriol.

Le but principal de ces hormones est de favoriser le développement correct du fœtus, ce qui n’a pas d’effet sur l’accouchement, mais aussi une action anti-insuline. Dans le même temps, le taux d'hormones contribuant au développement du diabète de type 2 (cortisol, œstrogènes, progestérone) augmente dans le corps féminin.

Tout cela est aggravé par le fait que souvent les femmes enceintes deviennent moins actives qu'auparavant, bougent moins, commencent à abuser des aliments à haute teneur en calories, augmentent rapidement leur poids, ce qui interférera quelque peu avec l'hérode normale.

Tous ces facteurs provoquent une résistance accrue à l'insuline. En d'autres termes, l'insuline cesse d'exercer son influence, contrôle mal la teneur en glucose dans le sang. Chez les personnes en bonne santé, ce moment défavorable est compensé par des réserves adéquates de leur propre insuline. Mais, malheureusement, la progression de la maladie ne peut être stoppée par toutes les femmes.

À propos du diabète 2 types de femmes enceintes déclarent les signes alarmants suivants:

  1. - besoin accru d'uriner et augmenter la quantité d'urine quotidienne;
  2. - un sentiment constant de soif;
  3. - perte de poids sur fond de perte d'appétit;
  4. - fatigue accrue.

Habituellement, ces symptômes ne reçoivent pas une attention appropriée et cette condition s'explique par la grossesse même. Par conséquent, les médecins, en règle générale, ne connaissent pas les changements qui ont commencé. Mais il est important de se rappeler que la forte teneur en sucre entraîne de graves conséquences, parmi lesquelles:

  • -Développement de la gestose (la pression artérielle augmente, l'œdème se développe, la protéine est détectée dans l'urine);
  • - multicoupleur;
  • - troubles des vaisseaux (rétinopathie, néphropathie, neuropathie);
  • - violation de la circulation sanguine dans la chaîne mère-placenta-fœtus, entraînant une insuffisance foetoplacentaire et une hypoxie fœtale;
  • -La mort foetale dans l'utérus;
  • -Expansion des maladies infectieuses de l'appareil génital.

Qu'est-ce qui est dangereux pour le diabète de type 1 et de type 2 chez le fœtus?

Le diabète sucré et la grossesse sont dangereux car la maladie augmente le risque de malformations du fœtus. Cela est dû au fait que l'enfant mange du glucose de la mère, mais ne reçoit pas suffisamment d'insuline et que son pancréas n'est pas encore développé.

L’état constant d’hyperglycémie entraîne un manque d’énergie, de sorte que les organes et les systèmes du futur bébé ne se développent pas correctement. Au deuxième trimestre, le fœtus commence à développer son propre pancréas, qui doit utiliser le glucose non seulement dans le corps du bébé, mais aussi pour normaliser le taux de sucre de la future mère.

En conséquence, l'insuline est produite en très grande quantité, ce qui conduit à une hyperinsulinémie. Ce processus peut entraîner une hypoglycémie chez le nouveau-né (car le pancréas de la mère est utilisé pour deux), la respiration et l'asphyxie. Une teneur en sucre élevée ou faible est dangereuse pour le fœtus.

Des répétitions fréquentes d'hypoglycémie peuvent perturber le développement neuropsychiatrique de l'enfant. Si le diabète de type 1 chez la femme enceinte n'est pas compensé au deuxième trimestre, il peut entraîner une déplétion des cellules foetales, une hypo-insulinémie et, par conséquent, la croissance intra-utérine du bébé sera freinée.

Si le glucose dans le corps de l'enfant à naître est trop élevé, il se transforme progressivement en graisse. Au moment de la naissance, ces enfants peuvent peser de 5 à 6 kg et, au moment de l'accouchement, ils peuvent subir des lésions de l'humérus et d'autres blessures. En même temps, malgré le poids et la taille élevés, certains médecins estiment que ces enfants sont immatures à certains égards.

Détection du diabète gestationnel chez la femme enceinte

La grossesse a tendance à augmenter la concentration de sucre dans le sang après avoir mangé. Cela est dû à l’absorption accélérée des glucides et à l’allongement du temps d’assimilation des aliments. Ces processus sont basés sur une activité réduite du système digestif.

Lors de la première visite de la consultation féminine, le médecin détermine s'il existe un risque pour la femme enceinte de développer un diabète gestationnel. Chaque femme présentant des facteurs de risque est testée pour sa tolérance au glucose. Si le résultat est négatif, la grossesse est maintenue de la manière habituelle et le patient doit être testé à nouveau la semaine 24-28.

Un résultat positif oblige le médecin à conduire une femme enceinte, considérant la pathologie sous la forme de diabète sucré de tout type. Si, lors de la première visite, les facteurs de risque n'ont pas été identifiés, un test de dépistage de la tolérance au glucose est prévu pendant 24 à 28 semaines. Cette recherche comporte beaucoup d'informations, bien que très simples. Le soir précédent, la femme peut manger des aliments contenant 30 à 50 g de glucides, le matin, lorsque le jeûne nocturne atteint 8 à 14 heures.

Pendant cette période, vous ne pouvez boire que de l'eau. Le matin, à jeun, prenez le sang veineux et déterminez immédiatement le niveau de sucre. Si le résultat est caractéristique du diagnostic de diabète gestationnel, le test est arrêté. Si la glycémie est normale ou altérée sur un estomac vide, la femme reçoit une boisson pendant cinq minutes contenant 75 g de glucose et 250 ml d'eau. Le temps de prise de liquide est le début des tests. Après 2 heures, le test sanguin veineux est à nouveau effectué, pendant cette période, le taux de glucose ne doit pas dépasser la valeur de 7,8 mmol / litre.

Si l'échantillon de sang déterminera la glycémie plus de 11,1 mmol / L dans les vaisseaux capillaires (fingerstick) ou du sang veineux tout au long de la journée, il est la base d'un diagnostic de diabète gestationnel et ne nécessite aucune preuve supplémentaire. La même chose peut être dite lorsque la glycémie à jeun supérieure à 7 mmol / L dans le sang veineux et plus de 6 mmol / litre de sang obtenu à partir d'un doigt.

Traitement du diabète chez la femme enceinte

Très souvent, une compensation pour le diabète gestationnel est obtenue par un régime alimentaire. Mais la valeur énergétique des produits ne peut être fortement réduite. Il sera correct de prendre des aliments souvent et en petites portions, cinq à six fois par jour, en prenant des collations entre le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner.

Le régime ne doit pas contenir de glucides digestibles (bonbons, brioches), car ils entraînent une forte augmentation de la glycémie. Vous devez également réduire la consommation d'aliments gras (beurre, crème, viande grasse), car avec l'insuline, les graisses sont transformées en corps cétoniques, entraînant une intoxication. Nécessairement besoin d'inclure dans le régime des fruits frais (à l'exception des bananes, des raisins et des melons), des légumes verts et des légumes.

Très bien, si une femme a un glucomètre à domicile, elle peut mesurer le taux de glucose elle-même. Dans ce cas, la dose d'insuline peut être régulée indépendamment en fonction de la concentration en sucre pendant une période donnée. Si le régime ne réduit pas la glycémie, les médecins prescrivent une insulinothérapie.

Les comprimés pour réduire le sucre dans de tels cas ne s'appliquent pas, car ils ont un effet négatif sur le fœtus. Pour bien choisir la dose d'insuline, une femme doit être hospitalisée au département d'endocrinologie. Et tout cela peut être évité si des mesures opportunes sont prises pour prévenir le diabète.

Naissance dans le diabète de type 1

Si une femme reçoit un diagnostic de diabète sucré gestationnel, les naissances naturelles seront privilégiées pour une période n'excédant pas 38 semaines. L'essentiel dans ce cas est d'effectuer une surveillance constante de la condition de la femme enceinte.

L'enfant dans ce cas l'accouchement physiologique tolère également bien. Si, au cours d'une grossesse, une femme a subi un traitement à l'insuline, l'endocrinologue, après la naissance, décidera de continuer à utiliser ou non ces médicaments. Le contrôle de la glycémie doit nécessairement se poursuivre en post-partum.

Césarienne, qui remplace le travail, effectué uniquement en présence d'indications obstétriques, comme l'hypoxie et un retard de croissance fœtale sévère, ainsi que la grande taille du bébé, le bassin étroit ou des complications de la mère.

Bébé est venu au monde

La plus belle chose qu'une mère puisse faire pour son bébé après l'accouchement est de l'allaiter. Dans le lait maternel, il contient tous les nutriments nécessaires à la croissance et au développement de l’enfant, qui constituent son immunité. Et la mère qui allaite peut utiliser pour une communication supplémentaire avec un bébé. Par conséquent, vous devriez essayer de conserver l'allaitement et nourrir le bébé le plus longtemps possible.

La posologie de l'insuline, ainsi qu'un régime alimentaire pendant la période d'allaitement, devraient recommander l'endocrinologue. En pratique, il a été observé que l'allaitement peut entraîner une chute brutale du taux de sucre (hypoglycémie). Pour éviter cela, la mère devrait boire un verre de lait avant le début de l’alimentation.

Si la femme avait le diabète gestationnel, puis au plus tard 6 semaines après la naissance, il est nécessaire de remettre l'analyse et déterminer le niveau de la glycémie à jeun, et de faire un test de tolérance (stabilité) au glucose. Cela vous permet d'évaluer l'évolution du métabolisme des glucides et, si nécessaire, d'ajuster les aliments.

Comme il existe un risque de développement ultérieur du diabète de type 2, une femme après l'accouchement doit subir des examens pendant plusieurs années. Une fois tous les 2 à 3 ans, un test de tolérance doit être effectué et une analyse doit être faite pour le sucre à jeun. En cas de violation de la tolérance, l’enquête devrait être menée chaque année. La prochaine grossesse peut être planifiée après environ un an et demi et doit être soigneusement préparée pour la conception.

Action pour anticiper le diabète chez les femmes enceintes

Il est nécessaire de refuser l'utilisation de sucre raffiné, d'exclure les aliments salés et gras. Nécessairement dans le menu doivent être présents des fibres sous forme de son, microcellulose, pectine. Il faut bouger beaucoup, au moins 2 heures par jour pour aller au grand air. Si quelqu'un de parents proches est atteint de diabète ou si l'âge de la femme est proche de 40 ans, vous devez mesurer deux fois par an le taux de glucose 2 heures après avoir mangé.

Le taux de sucre dans le sang chez les femmes enceintes prélevées du doigt (capillaire) est de 4 à 5,2 mmol / litre sur un estomac vide et pas plus de 6,7 mmol / litre deux heures après avoir mangé.

Facteurs de risque d'apparition du diabète chez la femme enceinte:

  • - une femme enceinte a plus de 40 ans;
  • - Le diabète est disponible auprès de parents proches. Si l'un des parents souffre de la maladie, le risque est doublé si les deux sont malades - trois fois;
  • - une femme appartient à une race non blanche;
  • - IMC (indice de masse corporelle) avant la grossesse était supérieur à 25;
  • - le poids corporel augmente dans un contexte de surcharge pondérale;
  • - fumer;
  • - le poids de l'enfant né avant dépasse 4,5 kg;
  • - Les grossesses précédentes ont entraîné la mort du fœtus pour des raisons inconnues.

Diabète chez les femmes enceintes de type 2

Les premiers plats conviennent aux soupes de légumes, de produits laitiers et de poisson. Shchi et Borshch ne peuvent manger que végétarien ou sur un bouillon faible.

Le deuxième plat - poulet, poisson maigre, agneau et bœuf faible en gras. Les légumes conviendront à n'importe quelle quantité.

Veillez à utiliser des produits à base de lait aigre (kéfir, crème sure, lait caillé, fromage cottage).

Comme en-cas, vous pouvez utiliser du poisson bouilli ou de la gelée, du jambon maigre, du pâté maison sans ajouter de beurre, du fromage ou du fromage Adyghe.

À partir de boissons, vous pouvez utiliser du thé avec du lait, de l'eau minérale, de l'infusion de rose de hanche.

Le pain doit être diabétique à partir de farine de seigle grossière. Sur les fruits et les baies aigres, la gelée sur la saccharine.

Diabète sucré de type 2 et grossesse: risques possibles et recommandations des médecins

Le diabète sucré de type 2 est une maladie grave associée à un manque d'insuline dans le corps.

Cette maladie entraîne de nombreuses complications, contribue à la perturbation du métabolisme, il était donc presque impossible de concevoir, de donner naissance à un enfant en bonne santé.

Aujourd'hui, il existe des médicaments spéciaux, des équipements qui permettent de donner naissance à un bébé, ainsi que de l'allaiter si la grossesse entraîne des complications. En savoir plus sur le diabète de type 2 chez les femmes enceintes.

Évaluation des risques

Une femme avec 2 types de diabète sucré est extrêmement importante pendant la grossesse pour maintenir une glycémie normale.

Cela permettra à la grossesse de se poursuivre sans complications et d’éviter une détérioration de la santé de la future mère.

Plus les valeurs du sucre tendent à être optimales, plus il est probable qu'un bébé en bonne santé naisse.

Même au stade de la planification de la grossesse, il est nécessaire qu'une femme subisse une série d'examens et passe de nombreuses analyses. Elle doit passer un examen avec un obstétricien-gynécologue, un thérapeute, un endocrinologue.

Pour évaluer le risque de complications du diabète, ainsi que le résultat de la grossesse, il faut effectuer les études suivantes:

  • test sanguin pour l'hémoglobine glyquée;
  • mesure régulière de la pression;
  • analyse de l'urine quotidienne pour déterminer la teneur en protéines et la clairance de la créatinine pour les tests rénaux;
  • mesure du niveau de sucre;
  • en présence de protéines dépassant la norme, on vérifie la présence d'infections des voies urinaires;
  • un test sanguin pour l'urée et la créatinine plasmatique;
  • consultation d'un ophtalmologiste pour évaluer l'état des vaisseaux rétiniens;
  • évaluation de la propension à l'hypoglycémie;
  • un test sanguin pour les hormones thyroïdiennes;
  • recherche sur la possibilité de développer une neuropathie.

En cas de négligence de ces études, le risque de complications est très élevé, tant pour la mère que pour l'enfant.

Une femme enceinte atteinte de diabète de type 2 doit se méfier des conditions suivantes:

  • avortement spontané;
  • polyhydramnios, infections, gestoses tardives;
  • acidocétose, hypoglycémie;
  • cardiopathie ischémique;
  • développement de néphropathie, rétinopathie, neuropathie.

Très souvent, un enfant à la naissance ne peut pas survivre.

Si la naissance était réussie, alors, néanmoins, l'émergence de nombreuses pathologies et vices. Dans la plupart des cas, le développement du fœtus est inégal, sa taille et son poids sont plus élevés que la normale.

Le système nerveux central peut être affecté, l'activité du cœur peut être perturbée et le foie peut être élargi. De nombreuses complications peuvent commencer à se manifester seulement après l'accouchement dans les premières semaines de la vie. En outre, tout au long de la vie de l’enfant, le diabète de type 1 peut se développer à tout moment.

Les symptômes

En raison de l'insuline, tous les processus métaboliques dans le corps sont affectés. Avec son déficit, l'absorption du glucose est perturbée, ce qui augmente le niveau de sucre. Par conséquent, le principal symptôme du diabète est l'excès de sucre normal.

Pour le diabète de type 2, la valeur de la glycémie est de 7,7-12,7 mmol / l.

Les symptômes comprennent des mictions fréquentes, la soif, la bouche sèche, une énorme consommation de fluides, fatigue, troubles du sommeil, augmentation ou diminution de l'appétit, augmentation de la transpiration, des démangeaisons de la peau. De plus, des pustules apparaissent et les plaies guérissent beaucoup plus longtemps.

Avec la progression, le diabète de type 2 acquiert une autre symptomatologie dont la manifestation dépend de la gravité des complications. Avec la défaite des reins, l'œdème des membres et du visage de la femme enceinte sera inévitable.

Les spasmes vasculaires provoquent une hypertension, dans laquelle les indicateurs peuvent dépasser 140/90 mm Hg. Art.

La polyneuropathie diabétique s'accompagne de la défaite des fibres nerveuses des membres, à la suite de laquelle il existe des signes d'un trouble du système nerveux.

Ce sentiment de chair de poule, d'engourdissement, de picotement. Il y a souvent des douleurs dans les jambes, qui sont particulièrement évidentes la nuit. La complication la plus grave est le problème avec la lentille ou la rétine.

La défaite du premier est la cause des cataractes et des lésions rétiniennes se développent dans la rétine. Dans ces cas, la vision diminue considérablement, même la cécité est possible.

Caractéristiques du cours de la grossesse

À ce jour, de nombreux médicaments et outils d'auto-surveillance permettent à un enfant en bonne santé de naître avec le diabète de type 2.

La chose la plus importante dans cette situation est de surveiller le taux de sucre dans le sang et de consulter constamment un médecin, de passer les tests nécessaires et de passer un test.

Il est très important de planifier une grossesse à l'avance. Avant cela, il est nécessaire d'évaluer tous les risques possibles, pour amener la teneur en sucre au taux le plus approximatif de la norme.

Il est également nécessaire de rappeler que la formation principale du fœtus, à savoir le développement du cerveau, de la colonne vertébrale, des poumons et de nombreux autres organes, a lieu au cours des 7 premières semaines. À cet égard, il est particulièrement important dans cette période de maintenir un taux de glucose stable dans le sang.

De plus, la femme peut saisir les complications, car la grossesse affaiblit davantage le corps et fait progresser la maladie, sans aucun contrôle.

Traitement

Dans tous les cas, il est nécessaire de compter sur le médecin et en présence d'un diabète, il est tout simplement vital.

Pour le traitement de cette maladie et le maintien du corps, il est nécessaire de respecter deux règles: appliquer une insulinothérapie adéquate et suivre un régime prescrit par un spécialiste.

Le régime quotidien doit contenir une quantité réduite de graisses (60 à 70 g) et de glucides (200 à 250 g). Dans ce cas, la norme protéique devrait au contraire être augmentée et atteindre 1 à 2 g pour 1 kg de poids.

La valeur énergétique au poids normal devrait être de 2000-2200 kcal. Si l'obésité est observée, alors elle devrait être réduite à 1600-1900 kcal. La nourriture devrait être une fraction. Assurez-vous d'inclure les vitamines A, B, C et D, l'iodure de potassium et l'acide folique. Il est interdit de manger des glucides rapides.

Pour maintenir la glycémie, vous devez utiliser de l'insuline. Sa posologie est déterminée par l'endocrinologue.

Dans le même temps, il est nécessaire de changer constamment les indicateurs pour qu'ils soient toujours dans la norme. Dans le diabète de type 2, des antidiabétiques sous forme de comprimés sont également pris.

Les femmes enceintes doivent être éliminées car elles ont un effet négatif sur le développement du fœtus.

Accouchement avec diabète sucré de type 2

Il est préférable de les conduire dans un hôpital spécial.

Cependant, en l'absence d'une telle possibilité, il est recommandé que, outre l'obstétricien-gynécologue, un endocrinologue surveille le niveau de sucre.

Si la grossesse se déroule sans complications, l’état de santé est constamment surveillé et ne cause aucune peur, il est tout à fait possible de procéder à un accouchement naturel.

Les césariennes sont souvent nécessaires. Cela est principalement dû au fait que chez ces femmes parturientes, le fœtus est généralement gros et pèse plus de 4 kg.

La forte probabilité de complications telles que l'hypertension, décollement prématuré du placenta, l'éclampsie, prééclampsie sévère, hypoxie fœtale, vasculaire ou une insuffisance rénale. De plus, il n'est pas toujours possible de contrôler efficacement le niveau de sucre.

Après la naissance de l'enfant au cours de la semaine, la teneur en sucre est significativement réduite, puis revient au niveau antérieur à la grossesse. Durant cette période, il est important de revoir le dosage de l'insuline ou même d'arrêter temporairement son utilisation. L'allaitement est préservé si l'état de santé d'une femme et d'un enfant est normal.

Grossesse dans le diabète de type 2 - que craindre?

Le problème du diabète sucré chez les femmes enceintes revêt une importance médicale et sociale.

Récemment, il y a eu une augmentation du nombre de femmes enceintes atteintes de cette pathologie, due à la compensation de la condition de la femme et à la restauration de sa fonction fertile.

Malgré les succès obtenus, le diabète continue d’entraîner une incidence élevée de complications pour la mère et son bébé.

Mécanisme de développement de la maladie

La maladie est causée par une détérioration de la sensibilité au récepteur de l'insuline (résistance à l'insuline) combinée à un déficit d'insuline, ou sans elle, ce qui conduit à une perturbation du métabolisme des glucides avec des changements ultérieurs dans les tissus.

C'est ce qui explique l'augmentation du glucose dans le sang, il ne peut pas pénétrer dans la cellule à l'aide de l'hormone insuline (Figure 1). En raison du niveau insuffisant de glucose dans les cellules et de sa teneur élevée dans le sang, toutes les formes de métabolisme changent.

Principes de planification de la grossesse pour le diabète sucré de type 2

La planification de la grossesse est le moyen de réduire les complications possibles du diabète. Il est nécessaire d'atteindre la normalisation du taux de glucose avant le début de la gestation, de sorte que pendant la période d'embryogenèse, l'influence d'un niveau accru de glucides est exclue.

Nous devons nous efforcer de chiffres glycémie à jeun avec une limite inférieure de 3,3 et une moins supérieure à 5,5 mmol / l, et 1 heure après la prise alimentaire ne soit pas supérieure à 7,8 mmol / l.

Il est très important de transférer une femme des comprimés à l'insulinothérapie avant la grossesse afin que la concentration de glucose soit déjà maîtrisée dès les premières phases du développement de l'embryon.

Une efficacité élevée a permis la mise en place d'une pompe à insuline, appelée «pancréas artificiel», qui sécurise automatiquement la bonne quantité d'insuline dans la circulation sanguine.

Une pompe à insuline doit être installée avant le début de la grossesse. L'examen doit être effectué par de nombreux spécialistes: gynécologue, endocrinologue, néphrologue, généticien, cardiologue.

Examen obligatoire de l'ophtalmologiste avec évaluation de l'état des vaisseaux du fond, si nécessaire - utilisation de la phoagulation au laser (il ne faut pas laisser les vaisseaux se rompre). Il est nécessaire de commencer à utiliser de l'acide folique, ainsi que des préparations d'iode au moins 3 mois avant la grossesse souhaitée.

Principes de prise en charge de la grossesse

Une femme souffrant de diabète de type 2 a toujours besoin de tests supplémentaires:

  • Auto-contrôle régulier de la glycémie (au moins quatre fois par jour);
  • Mesure du taux d'hémoglobine glyquée.

Cet indicateur reflète la sévérité de l'évolution du diabète et fournit des informations sur le niveau de compensation au cours des 3 derniers mois), il est nécessaire de reprendre cet indicateur toutes les 4 à 8 semaines. S'efforcer d'atteindre le niveau d'hémoglobine glyquée jusqu'à 6,5%.

  • Examen d'urine avec la définition de l'albuminurie.

Cet indicateur caractérise le travail des reins), le réservoir. culture d'urine (définition de l'infection), détermination de l'acétone dans l'urine.

  • observation obligatoire de l'endocrinologue, néphrologue, cardiologue, neurologue, ophtalmologiste (avec examen du fond de teint 1 fois par trimestre);

Traitement: les règles pour prendre des médicaments à différents moments

La réduction de la glycémie pendant la grossesse est autorisée uniquement avec l'aide de l'insuline. Toutes les formes de médicaments en comprimés provoquent des malformations du fœtus. Nommé principalement la production d'ingénierie de l'insuline.

Il est important de savoir que dans les différentes périodes de la grossesse, le besoin de changer d'insuline. A 1 et 3 récepteurs trimestres amélioration de la sensibilité à l'insuline dans les 2e trimestre une augmentation des niveaux de glucose dans le sang en raison de l'action des hormones antagonistes (de cortisol et glucagon), de sorte que d'augmenter la dose d'insuline.

Dépendance de la dose d'insuline à l'âge gestationnel

Le diabète augmente souvent la pression artérielle. Il faut savoir que pour corriger la pression il faut prendre le médicament "Dopegit", qui est permis aux femmes enceintes.

En outre interdit de recevoir des médicaments dans le groupe des statines ( « atorvastatine » « rosuvastatine » et al.) Et les inhibiteurs du récepteur de l'angiotensine II ( « de Losartan » « irbesartan »).

Conformité au régime

Le contrôle de la teneur en glucose peut être réalisé en combinant une insulinothérapie et un régime alimentaire correctement sélectionnés.
Il est nécessaire de respecter les règles suivantes:

  • le contenu calorique énergétique des aliments devrait être de 2000 kcal (pour l'obésité: 1600-1900);
  • 55% - glucides (avec restriction de la réception des glucides faciles à digérer - sucre, sirops, raisins, confitures), 30% - matières grasses, 15% - protéines;
  • n'utilisez pas de substituts de sucre;
  • teneur suffisante en vitamines et en minéraux dans les aliments consommés

Effectuer des hospitalisations planifiées

Avec le diabète, trois hospitalisations prévues sont nécessaires:

  • La première hospitalisation dans les premiers stades.

Il est nécessaire pour: un examen attentif, la détection d'une pathologie concomitante, l'évaluation du risque obstétrical, la possibilité de préserver cette grossesse, la sélection des doses d'insuline nécessaires, la conduite d'une thérapie à des fins préventives.

  • Au cours de la deuxième hospitalisation (21-24 semaines), l'état du fœtus est évalué et les complications du diabète sont corrigées.
  • Lors de la troisième hospitalisation (après 32 semaines), le calendrier et la méthodologie de l'accouchement, le calendrier des complications, le cas échéant, sont déterminés.

Quel est le danger pour la mère et l'enfant?

Risques pour les conditions foetales associées à la présence de diabète chez les femmes:

  • un gros fruit (macrosomie) qui cause des difficultés lors de l'accouchement;
  • poches du fœtus;
  • anomalies et malformations;
  • violation du flux sanguin placentaire, qui provoque une hypoxie fœtale;
  • avortement de grossesse;
  • mort foetale in utero;
  • un syndrome de troubles respiratoires après la naissance;
  • naissance prématurée.

Pour une évaluation régulière du fœtus, il est nécessaire de procéder à une échographie aux dates suivantes:

  • 10-12 semaines - pour déterminer les anomalies développementales grossières, exclusion du syndrome de Down;
  • 20-23 semaines - pour éliminer les anomalies du développement, déterminer l'état du fœtus, évaluer le liquide amniotique;
  • 28-32 semaines - pour identifier la macrosomie du fœtus, l'insuffisance du flux sanguin placentaire, le profil biophysique du fœtus, la détermination de l'indice du liquide amniotique;
  • avant l'accouchement (évaluation du fœtus, calcul de la masse attendue).

A partir de la 30ème semaine, CTG hebdomadaire obligatoire avec un décompte des mouvements fœtaux, échographie Doppler pour déterminer l'apport sanguin dans le flux sanguin utérin placentaire.
Une femme enceinte est susceptible d'avoir les complications suivantes:

  • gestose (jusqu'à une condition grave - éclampsie);
  • instabilité de la pression artérielle;
  • détérioration de la vision (progression de la rétinopathie);
  • détérioration des reins (néphropathie);
  • coma hypo- ou hyperglycémique;
  • infections fréquentes du système urinaire;
  • blessures élevées lors de l'accouchement.

Conduction du travail chez les femmes atteintes de diabète de type 2

Les enfants qui passent par le canal de naissance naturel s'adaptent mieux aux conditions externes que ceux extraits par césarienne.
En effectuant le travail, il faut:

  1. Déterminer la concentration de glucose au moins 2 fois par heure.
  2. Ne laissez pas la pression augmenter lors de l'accouchement.
  3. Surveillance continue du rythme cardiaque fœtal (surveillance CTG).

Indications pour l'accouchement chirurgical (en plus du conventionnel) dans le diabète:

  • Complications diabétiques progressives (troubles de la vision, fonction rénale).
  • Présentation pelvienne.
  • Fœtus de grande taille (ne pas laisser de blessures lors de l'accouchement).
  • Hypoxie du fœtus (violation de l'apport sanguin dans le système utéro-placentaire).

La présence d'une telle maladie chez les femmes, comme le diabète de type 2, la classe parmi les groupes à haut risque pour le développement de complications chez elle et chez le fœtus.

Cependant, en raison d'une planification compétente de la grossesse, de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement, il est devenu possible de compenser pleinement les troubles complexes du corps dans cette maladie à tous les stades de développement: de la conception à la naissance.

Plus D'Articles Sur Le Diabète

En regardant ce que les doses à boire et regarder un édulcorant, le fructose, par exemple un relativement inoffensif en comparaison avec le sucre, analogue naturel de sucre, podslasiteli chimique pour la santé humaine ne sont pas moins nocifs que le sucre, sinon plus, à participer à eux, je le recommande vivement.

La plupart des hommes atteints de diabète de type 1 ou de type 2 ont des problèmes de puissance. Les chercheurs suggèrent que le diabète augmente le risque de dysfonction érectile par 3 fois par rapport aux hommes du même âge qui ont une glycémie normale.

Indice de résistance à l'insuline

Alimentation électrique

Le syndrome de résistance à l'insuline est une pathologie qui précède le développement du diabète. Pour identifier ce syndrome, l'indice d'insulinorésistance (HOMA-IR) est utilisé.